J’ai suivi un nuage – Maëlle Fierpied et Julie Guillem

jaisuiviunnuage

Rémi vit avec sa maman dans une maison où l’atmosphère change d’un jour à l’autre. Tantôt il fait gris, tantôt il fait soleil. Tour à tour, la tristesse s’installe lourdement, la colère monte orageuse, la joie explose euphorique. Nuages, tempêtes, ciel azur se succèdent au rythme de l’humeur de sa maman.

Rémi, du haut de ses 8-9 ans, traverse ses variations nébuleuses avec empathie et plein d’amour. Il est heureux quand il voit sa maman le sourire aux lèvres, virevoltante, préparant des pâtisseries, cueillant des fleurs… leur maison s’habille de lumière et de chaleur. Et il est triste quand il la trouve mélancolique, au fond de son lit, le visage fermé, les yeux chagrins… leur maison revêt alors un habit sombre et froid. Dans ces moments-là, Rémi s’acclimate, sagement il fait silence et attend que passe la grisaille. En revanche, quand ce temps pâle s’éternise, il part chez Papé et Mamé. Des grands-parents bienveillants doux et prévenants. Quelquefois, cette situation le fatigue, le contrarie, l’énerve. Heureusement il y a la poésie, les haïkus partagés avec sa maman, et à l’école les rédactions.

Mais un jour, sa maman entre à l’hôpital psychiatrique. Pour que le soleil réapparaisse enfin, pour chasser les nuages gris qui encombrent sa vie,  elle a besoin d’aide et de soins. Le petit garçon est inquiet, il sait que sa maman est malade mais il est difficile pour lui d’imaginer sa mère entourée de fous…

Un roman rempli d’amour. L’amour immense de Rémi pour sa maman, une maman « embrouillée ». À travers le regard, les mots, les interrogations, l’imaginaire, les angoisses et les incompréhension du petit garçon, Maëlle Fierpied livre un roman fort et juste, quant aux illustrations de Julie Guillem, il s’en dégage beaucoup de douceur et de délicatesse.

« Nous sommes dans un jour gris. Ces jours-là, maman est grise elle aussi. Triste, molle et fragile comme du verre. Je sais que je ne dois pas faire de bruit ou même me faire remarquer. Elle risquerait de s’énerver. Il lui est déjà arrivé de se mettre en colère pour rien du tout. Comme si le monde lui-même lui était devenu insupportable. »

« Si maman est un nuage, moi je suis le petit arbre en dessous. Alors, quand maman pleure, c’est moi qui suis mouillé. (…) Mais maintenant je me rends compte que ça ne me dérange pas d’être mouillé de temps en temps. Je n’ai pas peur de suivre un nuage. »

J’ai suivi un nuage, roman écrit par Maëlle Fierpied et illustré par Julie Guillem, dès 8 ans, L’école des loisirs, collection Neuf, janvier 2018 —

Publicités

7 commentaires sur “J’ai suivi un nuage – Maëlle Fierpied et Julie Guillem

  1. un thème délicat à aborder avec les enfants mais essentiel. Ils comprennent instinctivement quand la dépression ronge l’adulte mais ils n’ont bien sûr pas les mots pour le dire.. et l’adulte lui, enfermé dans sa culpabilité a besoin de ces ouvrages dont celui que tu nous présente ici Nadège pour aider l’enfant à ne pas culpabiliser.. la dépression est une maladie psychique et c’est un long combat pour le parent en souffrance tout comme pour l’enfant. Je note ce livre. Une mine d’or ton blog 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s