Kadogo – Ingrid Chabbert et Joël Alessandra

kadogo

Aujourd’hui, c’est la fête dans le village de Gabriel : les chants s’élèvent accompagnés par le son des tam tams, les femmes dansent et les hommes assis à même le sable discutent. Tous les habitants se réjouissent de l’anniversaire de Gabriel, onze ans. Âge important et estimé puisqu’il marque le passage vers le monde des adultes. Le jeune garçon, lui, n’a pas le sentiment d’avoir changé depuis la veille. Jouer au foot avec ses frères est toujours aussi amusant.

Mais quelque chose se trame dans le cercle des hommes entourant l’oncle de Gabriel. On a un cadeau à lui remettre, semble-t-il… Serait-ce un ballon, comme l’année dernière? Non, il ne s’agit pas de cela, l’objet empaqueté dans une toile de jute a une forme allongée… C’est plutôt lourd, ça rutile, Gabriel a l’air heureux : c’est une kalachnikov!

Le soir venu, alors qu’il s’apprête à dormir, on vient le chercher et avec rudesse et précipitation, on le balance, lui et son fusil à l’arrière d’une jeep, au milieu d’autres enfants de son âge. Les visages sont graves, les yeux apeurés, les gorges serrées et les corps tremblants. On ne leur parle pas, on ne leur explique rien. Ils s’enfoncent dans la nuit – le fichu passage du petit garçon à l’homme -.

En quelques heures, Gabriel est devenu un Kadogo – qui signifie, ironiquement, en swahili « encore petit » – , un enfant soldat. On lui a dérobé sa jeunesse, sa liberté, son innocence. On lui a imposé la violence, l’horreur, la guerre.

Un album sur l’enrôlement des enfants soldats à travers le regard de l’un d’eux. Les mots et les dessins sont pertinents, forts, avisés et poignants. Un album à lire avec son enfant, afin d’écouter ses interrogations et d’ouvrir la discussion . Un texte d’Amnesty International en fin d’album apporte des précisions et évoque sa lutte – ses solutions – contre le fléau de l’embrigadement d’enfants en Afrique et en Asie. Un sujet dur mais nécessaire.

Kadogo, album d’Ingrid Chabbert et Joël Alessandra, dès 8 ans, Éditions Des ronds dans l’eau, soutenu par Amnesty International, Mars 2017 —

Publicités

12 réflexions sur “Kadogo – Ingrid Chabbert et Joël Alessandra

  1. Celui-ci il faut absolument que je me le trouve! Quel destin tragique pour ces pauvres enfants, rien qu’à lire ton billet ça me donne froid dans le dos.
    As-tu déjà eu l’occasion de voir le film « Rebelle » de Kim Nguyen? C’est sur les enfants soldats…
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s