Je sais que tu sais – Gilles Abier

jesaisquetusaisÀ quatorze ans, l’existence d’Axelle jusqu’ici paisible, a basculé. Elle a glissé, Axelle. Une grande glissade qui s’éternise, lente et insidueuse. La demoiselle lisse et sage, la princesse, la poupée de porcelaine comme aimait l’appeler son grand frère Martial est désormais toute chiffonnée. Renversante stupeur, insupportable perte, profonde tristesse, terrible colère… impuissance… et puis aujourd’hui, trois ans plus tard c’est le tourment qui a envahi son corps et son esprit. Sa vie est emplie d’une souffrance de chaque instant depuis que son frère est mort, assassiné. Tombé à terre, soudainement. Six balles tirées, pas d’issue possible.
Et le meurtrier, Axelle va le rencontrer dans quelques minutes. Il n’est pas un inconnu ; Bastien était le meilleur ami de Martial. Elle l’attend, dans le parloir de la prison avec Madame Ngoun. En marche vers l’entendement, la vérité, le pardon… Elle a découvert Madame Ngoun dans un documentaire télévisé sur le génocide cambodgien. Cette dernière a assisté à l’exécution de son père et de son frère par les Khmers rouges. Fondatrice de l’association « Choisir la vie », elle accompagne les gens meurtris dans leur reconstruction et les porte sur la voie du pardon.
Sa famille étant murée dans le chagrin, Axelle accepte la main que lui tend Madame Ngoun. Entreprendre l’ascension de la pente, quitter l’ombre et marcher vers l’éclaircie. Voir Bastien, lui parler, l’écouter, faire la lumière sur ce malheur et entendre peut-être ce qu’il lui a écrit juste après avoir tué son frère dans une lettre qu’elle n’a jamais pu ouvrir… n’a-t-elle pas d’ailleurs pressenti la teneur de cette lettre…
Emportée par l’angoisse et la détermination d’Axelle, je l’ai suivie pas à pas, mot à mot dans sa quête de vérité. Un chemin sombre et tortueux où les apparences sont trompeuses et la réalité féroce.

« Il suffirait d’un rien pour que je lâche prise et que le torrent de la rancoeur m’emporte au loin. Je baigne dans une eau de rage dont je ne bois jamais la tasse. Toujours à flot. Mais pour combien de temps ? »

« – Imagine que tu as une balance en face de toi. D’un côté, se tient la vie de ton frère, de l’autre sa mort. Aujourd’hui, tu donnes plus de poids à sa mort. La balance penche de son côté. Alors que c’est sa vie qui devrait peser la plus lourd. C’est elle qui a le plus d’importance. En pardonnant à ce jeune homme, tu te libères de la mort de ton frère pour ne garder que sa vie. »

« Le remords qui ronge, celui qui grignote un peu chaque jour, ne s’embarrasse d’aucune cohérence. Il n’a pas de logique, il n’est pas lucide. Il s’installe en toi sans raison et tu l’accueilles à bras ouverts. Tu lui fais même une place au chaud. »

Lire les avis de Jérôme et Noukette

Livre reçu en Service de Presse.

Je sais que tu sais, roman de Gilles Abier, dès 13 ans, Collection Ego, Éditions Talents Hauts, Février 2016 —

Publicités

15 réflexions sur “Je sais que tu sais – Gilles Abier

  1. On voudrait tous une Madame Ngoun dans nos vies.
    Tu lis de beaux livres forts ma Nadège, j’ai tellement de plaisir à te lire et découvrir tes lectures.
    Je t’embrasse fort fort

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s