Ça ressemble à une vie – Roger Wallet

100_9614

Le romancier crée des personnages, leur tisse une histoire, leur invente un destin. Il monte une sorte d’échafaudage plus ou moins solide, fabrique des événements, entrelace des situations… Il construit, de sa plume, une vie.

Roger Wallet nous parle aussi d’une vie, mais celle-ci devient le personnage principal du livre. L’auteur nous conte l’existence de Louis Even, mais cela aurait pu être celle d’une toute autre personne. La Vie est au centre du livre.

Parce qu’ aucune vie ne ressemble à une autre – c’est ce qui en fait d’ailleurs sa valeur -, celle-ci devient de fait, inestimable. Elle est unique. Les épisodes qui constituent la vie de chacun sont plus ou moins nombreux et variés mais des grands évènements aux petits riens, au final, tout compte.

L’auteur déroule donc le parcours de vie de monsieur Even, un menuisier ; l’ atrocité d’une guerre, la mort qui rôde, des naissances, un fils brillant, un autre plus lent, l’amour, le désir, l’infidélité, la rupture, l’ombre menaçante de la maladie, le travail du bois, la prospérité, la fierté, la bienveillance, la déception, les sourires, les larmes, les traits qui se tirent, l’inquiétude, le poids des ans, le départ.

Peu de mots dans cette prose poétique. De l’épure. Juste l’essence. Aucune fioriture. Pas de jugement. Aucun préjugé. Une ponctuation rare. Des phrases comme un flot. Puis des respirations. Une vie qui s’écoule. Des sensations. Des images. Des symboles. Des palpitations.

Fragments de vie, morceaux choisis.

Entre nos mains, des battements de coeur.

Qu’il est bon de vivre.

La Vie. Ainsi soit-elle.

« petite maison fond du jardin

basse si basse gare au bâti

vieux poêle à bois parfois la fumée reflue

noircit au plafond de drôles de paysages

sur la toile cirée le soir cahier d’écolier un crayon

il dessine

une chambre un berceau elle se penche sur lui

j’aimerais… plus ajouré ici plus… elle pose la main

dans ses cheveux

sur son ventre

puis la lampe vacille

tendresse »

Un  grand merci à Philisine pour ce livre voyageur.

Ça ressemble à une vie, écrit par Roger Wallet, Editions des Vanneaux, 2005 —

Publicités

10 réflexions sur “Ça ressemble à une vie – Roger Wallet

  1. Si tu savais comme ce texte m’est précieux. Je l’ai fait découvrir avec bonheur à Philisine et depuis elle le défend avec une passion que j’admire et que j’adore^^

    1. Oui j’ai lu sur ton blog à quel point ce livre t’est précieux et après l’avoir moi-même lu je te comprends. Merci à toi pour m’avoir fait découvrir (par l’intermédiaire de Philisine) cet auteur et ce très beau texte.

  2. Ton billet me touche beaucoup , il me fait penser à ma cousine qui viens de perdre la vie à 53 ans mais qui a vécu intensément toutes ces années .Il faut vraiment que je découvre ce livre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s