Les aventures d’Alice au Pays des Merveilles – Lewis Carroll, traduction Henri Parisot, illustrations Nicole Claveloux

100_9609

Sous une chaleur écrasante, Alice est assise sur le talus auprès de sa soeur ainée qui lit un livre sans image ni dialogue. Fatiguée de ne rien faire, l’ennui la guette… Soudain, la fillette voit passer devant elle un lapin blanc, sortant de son gousset une montre. L’animal semble courir après le temps. Par une impulsion naturelle, voilà qu’Alice se lève et emboîte le pas du lapin qui s’élance dans un terrier. Ni une ni deux, elle saute à son tour dans ce trou interminable… Une chute si longue qu’elle a l’impression de se rendre de l’autre côté de la terre, aux antipodes. Alice ne le sait pas encore, mais le monde dans lequel elle est en train de glisser est infiniment bizarre.

Il faut dire que la petite fille est issue de la bourgeoisie victorienne où la rigueur est de mise. Malgré son étourderie, sa curiosité, son enthousiasme et son caractère rêveur, Alice est polie, sérieuse, cultivée, et observe les règles de la bienséance.

En se laissant tomber dans le terrier du lapin blanc, elle va perdre progressivement tous ses repères. Les personnages, des animaux pour la plupart – un chat, une tortue, un ver à soie, un lièvre de Mars, une souris… – qu’Alice va rencontrer tout au long de son chemin sont merveilleusement étranges. Certains ont des propos confus, d’autres disparaissent et apparaissent en un éclair, ils agissent de façons incongrus, parlent beaucoup.

La mémoire d’Alice lui joue des tours, les poèmes qu’elle connaissait jusqu’ici par coeur se sont envolés. Elle discute avec elle-même, se pose des questions et tente d’y répondre. De géante à minuscule, elle passe d’un état à un autre sans cesse perdant ainsi son identité propre.

Ce monde semble complètement déréglé, contradictoire, absurde, illogique : le non-sens règne. Le lapin blanc est constamment en retard, pour le Chapelier il est toujours l’heure du thé, la reine de coeur d’une terrible cruauté envoie régulièrement ses sujets se faire couper la tête, Alice manque de se noyer dans une mare emplie de ses larmes, le ver à soi fume, le chat s’efface, les dialogues de sourd s’enchaînent, les poèmes et autres jeux de mots s’empilent… La déraison envahit Alice.

Un magnifique conte où l’auteur prend un certain plaisir à dénoncer la société dans laquelle il vit, renversant les règles établies. Si les aventures délirantes d’Alice font beaucoup rire, elles poussent également à la réflexion. Et puis, cette édition-là est très belle (réédition à l’identique de l’album paru en 1974) : les illustrations de Nicole Claveloux transportent littéralement le lecteur dans le monde que décrit Lewis Carroll si bien traduit par Henri Parisot.

« – Dans cette direction-ci, répondit le Chat en faisant un vague geste de la patte droite, habite un Chapelier ; et dans cette direction-là, ajouta-t-il en faisant le même geste de son autre patte, habite un Lièvre de Mars. Vous pouvez, selon votre préférence, aller voir l’un ou l’autre : ils sont fous tous les deux.

– Mais je n’ai nulle envie d’aller chez les fous, fit remarquer Alice.

– Oh ! Vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle. »

« Alice se dit qu’elle n’avait de sa vie, vu un aussi bizarre terrain de croquet : il n’était constitué que de creux et de bosses ; les boules, c’étaient des hérissons vivants, et les maillets, des flamands vivants. Les soldats devaient se plier en deux, pieds et mains appuyés au sol, pour former des arceaux.

La principale difficulté, dès le début, pour Alice, eut trait au maniement de son flamand ; elle réussissait assez aisément à le tenir à bras-le-corps, les pattes pendantes, mais, en général, au moment précis où, ayant obtenu un raidissement satisfaisant du cou de l’oiseau, elle s’apprêtait à lui faire frapper de la tête le hérisson, comme par un fait exprès le flamand se retournait pour la regarder dans les yeux d’un air si intrigué qu’elle ne pouvait s’empêcher d’éclater de rire (…) »

100_9610

100_9611

100_9612

challenge-a-la-decouverte-des-prenoms-1

Les aventures d’Alice au Pays des Merveilles, écrites par Lewis Carroll en 1865, traduites par Henri Parisot et illustrées par Nicole Claveloux, (réédition à l’identique du livre paru chez Grasset en 1974), Octobre 2013 —

Publicités

6 réflexions sur “Les aventures d’Alice au Pays des Merveilles – Lewis Carroll, traduction Henri Parisot, illustrations Nicole Claveloux

    1. J’ai vu le film dans mon enfance, et récemment avec mes enfants mais je n’avais jamais lu le livre. Voilà qui est fait et je n’ai pas été déçu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s