Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle – Rohan O’Grady

Etcestcommeçaquona.JPG

Sur une île au large des côtes de la Colombie britannique, deux enfants débarquent pour l’été. Seuls. La dernière guerre y a laissé des traces. Du vide surtout. Peu d’hommes sont rentrés. Les habitants vivent dans un passé poussiéreux, dans la mémoire de leurs proches disparus, avec mélancolie. L’arrivée de Barnaby et Christie va d’abord agacer,  bousculer leurs habitudes puis insuffler un vent nouveau.
Barnaby, orphelin, doit rejoindre son tuteur – son oncle Sylvester – durant les vacances estivales. Il passe le reste de l’année dans un pensionnat. Son oncle quitte régulièrement l’île pour ses affaires, alors le garçon est confié à un couple d’épiciers qui voit en lui la réincarnation de leur fils perdu. Christie, elle, s’installe chez la dame aux chèvres afin de se remplumer un peu et prendre des couleurs avant de retrouver sa mère à la rentrée en ville.
Les deux seuls enfants de l’île se chamaillent beaucoup les premiers temps et enchaînent les bêtises. Les îliens échauffés par ces garnements font appel à l’unique représentant de l’ordre : le sergent Coulter. Ce dernier leur inflige une punition : nettoyer le cimetière. Une pénitence qui va rapprocher les deux enfants. Ils lèvent tous les deux le voile sur leur vie. Des vies où la mort, la violence, l’alcool, la solitude,  se sont immiscés. Des enfants qui ont grandi trop vite, et se méfient des adultes. Une amitié se tisse jour après jour et se scelle par un pacte : tuer ensemble l’oncle de Barnaby avant qu’il ne le tue. Car le jeune orphelin doit hériter à sa majorité d’une grande fortune laissée par ses parents, et son oncle, un monstre selon les dires de Barnaby, la convoite depuis fort longtemps… Bientôt, les enfants font la connaissance d’Une-Oreille, un couguar extrêmement dangereux. Alors qu’une battue est organisée pour le traquer, Barnaby et Christie s’attachent à lui, lui donnent des gâteaux, des caresses et glissent autour de son cou un collier de pâquerettes…
Cette histoire écrite il y plus de cinquante ans est un enchantement. L’atmosphère y est sombre et tendre à la fois, la palette d’émotions est grande, les personnages hauts en couleur, la magie se mêle subtilement au réel, la mort rôde, la survie s’installe, l’humour noir fuse… Un roman d’aventure aux influences gothiques, captivant élégant et délicieusement impertinent.

« Ils aimaient Une-Oreille et étaient persuadés que tout ce dont le félin avait besoin pour être tout à fait comblé c’était d’accepter leur amour et le leur rendre. (…) Une-Oreille renoncerait à ses mauvaises manières et à ses habitudes alimentaires bizarres. En un mot, il rentrerait dans le droit chemin et se mettrait à les adorer autant qu’eux l’adoraient ; il engraisserait grâce à un régime à base de roulés à la cannelle, de confiseries, il boirait du vin de framboise et non plus du sang, et tous les trois vivraient heureux pour l’éternité dans le meilleur des mondes. (…) De son côté, Une-oreille les détestait un peu plus profondément chaque jour, et la seule pensée de leurs menottes collantes et leurs haleines chargées de réglisse le faisait grimacer. »

« (…) leur manque d’expérience était un plus, car, n’étant soumis à aucun principe préconçu, ils n’avaient que l’embarras du choix quant à la façon de commettre un assassinat. Un meurtre par balle serait, ils le savaient, la méthode la plus simple, mais ils n’avaient aucune préférence. Si ça avait été faisable, cela n’aurait rien changé pour eux d’utiliser une corde, une arme blanche ou du poison pour trucider Oncle Sylvester, du moment qu’Oncle Sylvester était trucidé. »

Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle, roman de Rohan O’Grady, traduit pour la première fois en France par Morgane Saysana (paru en 1963 aux Canada), illustration de couverture originale d’Edward Gorey, à partir de 13 ans, collection jeunesse Monsieur Toussaint Laventure, éditions Monsieur Toussain Louverture, juin 2019 —

2 commentaires sur “Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle – Rohan O’Grady

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s