Le rêve d’un fou – Nadine Monfils

revedunfou.JPG

Le rêve d’un fou, ou quand un homme ordinaire fait de sa vie, une quête extraordinaire… Nadine Monfils, émue par l’histoire, vraie, de Ferdinand Cheval, s’est attelée à y distiller un souffle romanesque. Avec délicatesse et tendresse, elle a trempé sa plume dans les pensées de ce doux rêveur-bâtisseur génial,  a tissé une fable, créé des rencontres, révélés des sentiments, en glissant ici et là des petites phrases écrites par le Facteur Cheval lui-même. Ode à la liberté, à l’espoir, à l’art, évocation de la foi à un idéal, ce petit livre est profondément humain et pénétrant.
L’homme a souvent vu sa vie bousculée par la mort ; sa mère lorsqu’il est enfant, son père dans l’adolescence, un de ses fils à seulement un an, sa première femme, sa fille adorée Alice à quinze ans… Il aurait pu s’effondrer de désespoir, mais au contraire, Ferdinand va transcender son malheur et ses douleurs amassées au fil des ans. En 1879 il va entrevoir au milieu de son potager – à Hauterives dans la Drôme – un Palais merveilleux… Et voilà donc qu’à chacune de ses tournées de facteur, il ramasse des pierres et le soir se met à bâtir, à sculpter, à imaginer des formes des arabesques tout un bestiaire mythologique des cascades des grottes… Il consacrera trente-trois années de son existence à édifier son Palais Idéal, seul, de ses seules mains, en hommage à sa fille disparue. Dans son village, on le prendra pour un fou mais bientôt une multitude de gens viendra admirer son œuvre, l’œuvre d’un fou génial qui sera classée au Monument Historique par André Malraux en 1969.
Sur sa route, le Facteur Cheval  rencontrera Joseph,un peintre qui deviendra son ami et son confident. Ensemble, il parleront d’art et d’inspiration, et évoqueront leur fille respective – sa femme a quitté brutalement Joseph en emportant leur petite Marthe, qu’il n’a jamais revue -. À la mort de son ami, Ferdinand n’a plus le goût à poursuivre la construction de son rêve jusqu’au jour où il reçoit une lettre de Marthe…

« Les rêves, ça chasse les larmes. »

« Quand on fait ce qu’on aime, on ne sent pas ce lourd vêtement sur soi. Il ne pèse soudain plus rien. La passion fait de nous des oiseaux. »

« – Enfin, réfléchis! Tu n’imagines quand même pas qu’il y a une sorte de bonhomme là-haut, assis sur un trône, qui s’amuse à regarder tout ce qui se trafique ici-bas? Les hommes sont pareils à des fourmis qui grouillent, s’entremêlent, se grimpent dessus et s’écrabouillent. Des fourmis qui, de toute façon, ne tirent aucune leçon de la vie et continuent à reproduire les mêmes conneries, jusqu’au jour où la planète deviendra invivable. On avait deux magnifique cadeaux : la nature et l’amour. Et qu’est-ce que nous, crétins d’humains, en faisons? Du gâchis. On piétine tout sans vergogne. Et ceux qui ont du respect se font bouffer par les autres. Pourquoi un dieu aurait-il créer ça? Nous ne sommes que des rouages d’un mouvement perpétuel qui fait avancer et reculer les aiguilles invisibles d’une horloge inutile. Tic! Tac! Boum! C’est ça le sens de l’existence. »

« Notre art nous ressemble bien plus que notre apparence physique. Il traduit ce que nous sommes réellement et ce que, parfois, nous n’osons pas exprimer par la parole. Il est le reflet de notre âme. La cour de récréation où s’ébattent nos anges et nos démons. »

Le rêve d’un fou, roman de Nadine Monfils inspiré librement de la vie du Facteur Cheval, Fleuve éditions, septembre 2019 —

Publicité

8 commentaires sur “Le rêve d’un fou – Nadine Monfils

    1. Il me semble que le film colle vraiment à la réalité, alors que ce livre est romancé… mais comme je n’ai pas vu le film, je ne m’avance pas plus…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s