Le feu au cœur – Bertrand Belin (Ain’t talkin’ – Bob Dylan)

Comme la nuit je m’avance dans ce jardin
Aucune fleur debout, pas de parfum
À la fontaine, au chant glacé de son eau
Je sens l’ennemi dans mon dos

Je me tais, j’avance
Dans ce jardin noir de bleu
Le feu au cœur j’avance
Tous ignorant tout de ce feu

On dit prie et tout va mieux
Oh mère prie pour moi si tu peux
Il faut aimer son prochain mais tu vois
Comme un oiseau noir, niche au cœur de l’Homme

Je me tais, j’avance
Passé je brûlerai ce pont
Le feu au cœur j’avance
Les pauvres ne portent même plus de nom

Je suis las, las de pleurnicher
Les larmes ne m’ont rien apporté
Si je devais les trouver endormi

Je tuerai un à un mes ennemis

Je me tais, j’avance
Parmi les fourberies et les tromperies
Le feu au cœur j’avance
Par les villes foutues, vidées et endormies

Le loup capital veut ta peau
Le monde cupide ta peau
Il te fera lâcher tôt la lutte
Toi-même tu guideras ta chute

Je me tais, j’avance
Parmi les on-dit dans les commérages
Le feu au cœur j’avance
Il est temps de faire équipage

Leur mépris bientôt te cloue

Un beau matin tu ne te lèves plus du tout
Quant à moi, au bout où je suis
Je veux venger mon père à tout prix

Je me tais, j’avance
Le pas mal assuré dans la pente
Le feu au cœur j’avance
Toujours cette image qui me hante

Le compagnon de route, mes sœurs elles
N’ont pas moins que moi le cœur en flamme
Mais il n’y a pas ici de chapelles
Pour déposer le fardeau de nos âmes

Je me tais, j’avance
Mon chien est à bout, à bout
Le feu au cœur j’avance
Toujours cette image qui me hante

Maintenant le ciel s’ouvre
On veut se sentir soulagé
Honneur sagesse et ride
D’aucuns disent que le ciel est vide

Je me tais, j’avance
Sur le dos le reste d’un des miens
Le feu au cœur j’avance
Dans le talon, un mal de dents de chien

La peine semble sans fin
Partout de quoi pleurer, partout
Qui pense que cette peine feinte
N’a qu’à venir ici prendre le pouls

Je me tais, j’avance
Voilà bien longtemps je crains

Le feu au cœur j’avance
De n’être plus qu’un point dans le lointain

Comme la nuit j’avançais dans ce jardin
Dans la chaleur d’été, dans l’herbe chauffée
Pardon madame, j’ai dit pardon madame
Il n’y a plus personne, plus de jardinier

Je me tais, j’avance
Voilà bien longtemps je crains

Le feu au cœur j’avance
de n’être plus qu’un point dans le lointain

4 commentaires sur “Le feu au cœur – Bertrand Belin (Ain’t talkin’ – Bob Dylan)

  1. Je l’apprécie cet artiste👌. Il chantait une très jolie chanson sur l’album des Liminanas qui s’appelait « dimanche ». Ses textes, son univers, c’est original. Merci pour ce joli partage musical. Bises bretonnes, excellent weekend Nadège 🙂

  2. J’ai découvert B.Belin il y a une dizaine d’années (déjà!)..et l’ecoute avec toujours autant de sensibilité. Il apporte vraiment quelque chose au coeur et aux oreilles d’unique. « Le feu au coeur » est une magnifique adaptation et ton blog « enchanté » est également plein de douceur. Bonne continuation..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s