Chaplin en Amérique – Laurent Seksik et David François

chaplin.JPG

Charlie Chaplin, figure incontournable du cinéma muet a traversé et traversera encore la vie de nombreuses générations d’hommes de femmes et d’enfants. Le personnage qu’il inventât – Charlot – est gravé dans toutes les têtes : pantalon large, chaussures immenses, veste boutonnée étriquée, petit chapeau melon, cane remuante, moustache, visage expressif tour à tour drôle triste sérieux facétieux toujours émouvant, démarche « en canard ». Quel plaisir donc d’avoir entre les mains cette bande dessinée retraçant l’existence fabuleuse romanesque ébouriffante de cet homme charmeur inventif et malin, animé d’une énergie folle, d’une détermination à toute épreuve! Ce premier tome – il y en aura trois -, relate l’arrivée de Chaplin en Amérique en 1912, l’esprit plein de rêves de gloire. Très vite, lui qui brûle les planches des théâtres anglais depuis son plus jeune âge, avec un succès d’estime seulement, est repéré par un célèbre producteur d’Hollywood. Commence alors le récit de la fulgurante ascension du comédien, émaillé de flash-back éclairants ses origines – ses parents saltimbanques, le manque d’argent, l’alcoolisme de son père, les troubles psychiques de sa mère -. Loin d’être caricatural, on découvre le portrait d’un homme plus complexe qu’il n’y parait, avec ses failles, sa mélancolie, sa solitude, sa suffisance et sa lâcheté parfois… On assiste également avec enthousiasme à la création de son personnage de Charlot. Le dessin de David François est à l’image de Chaplin, tourbillonnant  impétueux bouillonnant éclatant, vaporeux élégant. On attend la suite de l’histoire incroyable de cet homme aux multiples facettes avec impatience.

« Mais tu vas où, Charlie? Pour qui tu m’abandonnes?
Je signe à la Mutual. Il me propose le plus grand contrat du siècle.
Mais… Tu peux pas me faire ça!
Si Mack, je peux. Je dois, même. C’est la vie, Mack. Faut toujours quitter ceux à qui on doit tout, parce qu’il seront toujours là pour vous le rappeler. Je pars pour New York après-demain. Le Mutual a organisé une traversée du pays avec une halte triomphale dans trente gares.
Mais enfin tu pars pour de l’argent… Il n’y a pas que l’argent dans la vie, Charlie!
Tu as raison, Mack, il y a la gloire … »

chaplin1chaplin2chaplin3

Chaplin en Amérique T.1, BD, scénario de Laurent Seksik et dessin de David François, à partir de 12 ans, Rue de Sèvres, septembre 2019 —

4 commentaires sur “Chaplin en Amérique – Laurent Seksik et David François

Répondre à manU Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s