Surf – Frédéric Boudet

surf.JPG

La nuit est d’encre, l’ombre des grues dans la rade de Brest se découpent sur un ciel d’étoiles. Adam, dix-neuf ans revient sur les lieux de son enfance. Là-même où son père les a laissés, sa mère et lui. Sans un bruit, sans une querelle, sans un mot, il est parti. Envolé, mais vivant. Ailleurs. Adam a grandi toutes ces années sans lui, et voilà que des mots, glissés dans des enveloppes, lui sont envoyés par-delà l’océan. Son père est mort. De vieilles lettres écrites de sa main sont désormais entre les siennes. Vont-elles éclairer sa nuit? Pas si simple de combler le manque, de tenir debout en plein jour, de ne pas s’abandonner dans les eaux sombres, de regarder droit devant. Se dire que la vie vaut la peine, que la présence bienveillante de l’ami Jack le doux dingue est inestimable, que l’apparition merveilleuse de la belle Katel est inouïe, que le bruit du silence existe vraiment, que le bleu de l’océan reflète la lumière comme jamais, que les souvenirs eux ne s’effacent pas. Partir en quête de ce père, quitte à se perdre. Lever l’ancre, ne plus lutter, lâcher prise. Avancer, respirer, caresser. La vague est imprévisible. La vie est une odyssée.
Un roman mouvant, émouvant, à l’image de l’adolescence et de ses béances. Une histoire sur le temps, d’avant d’aujourd’hui et d’hier. Les remous du passé, l’insaisissable présent, le futur flottant.

« il le prend dans ses bras et le porte jusqu’à sa chambre à l’étage il embrasse ses joues à chaque marche le tient tout près de lui il se pelotonne il se faufile sous les couvertures c’est le moment où il va s’étendre à ses côtés il va s’allonger déplier ses jambes jusqu’à l’ombre au bout du lit sa voix va s’éteindre et brusquement celle d’un ours ou d’un dieu lointain va s’élever lui raconter une histoire une histoire pendant cinq minutes pas plus mais elle n’aura pas de fin elle n’aura jamais de fin »

« – Tu disais que tous ces enfants allaient vieillir un jour, que leur sourire, leur visage, les mots qu’ils auraient prononcés un matin en se levant avant d’aller à l’école, les rêves qu’ils auraient faits cette nuit-là, tout allait cesser d’exister. Tu n’acceptais pas que même les instants les plus insignifiants puissent disparaître, être oubliés, que la vie soit finalement qu’une accumulation de choses disparues. Tu me faisais frémir, parfois, avec tes théories étranges sur le temps qui passe.
– Je ne supportais pas que tous ces moments que notre mémoire n’enregistre pas ne laissent aucune trace, ne servent à rien. Et que nos vies ne se résument qu’à quelques lignes lues à la va-vite le jour de notre mort, face à la gueule béante de la fosse creusée dans la terre. La solution était d’archiver tout ce qui constitue notre existence.
– Chaque jour le présent dévaste ce qui fut, a-t-elle murmuré. »

« J’aimais la rade. L’océan. Les rochers noirs. Les mouettes saoules. Le gris de la peinture des navires de guerre. Les souvenirs incrustés dans la pierre du port. Les plages désertes, froides, l’eau verte, les rouleaux indifférents. J’aimais ces rues sans âme, jeu de construction inachevé, où des architectes avaient jeté à la hâte leurs idées les moins inspirées. Ville de béton, de plâtre et de tapisseries délavées collées à la va-vite sur les ruines d’un champ de bombes. »

« Ce moment n’a jamais existé. Notre cerveau invente des phénomènes que nous prenons pour le soi-disant réel. Montre-moi ce putain de réel conservé dans le formol et je te jure que j’arrête instantanément de dire des conneries. Le temps n’existe pas, la réalité non plus, tout n’est qu’un écoulement fantomatique. Refuser de le voir n’est que le moyen masochiste que l’on a trouvé pour éprouver la douleur d’être en vie, ad nauseam. »

Surf, roman de Frédéric Boudet, dès 15 ans, Grande Polynie, éditions MeMo, août 2019 —

5 commentaires sur “Surf – Frédéric Boudet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s