Dictionnaire des Mots Parfaits – dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet

motsparfaits

Définition du mot « parfait » selon Larousse : qui est ce qu’il est de façon absolue, sans la moindre restriction / qui est tel au plus haut degré ; complet, total / qui a toutes les qualités qu’on attend de lui. Dans ce troisième dictionnaire – après les Mots manquants et les  mots en trop – voici les Mots parfaits d’une cinquantaine d’écrivains -. Par « parfaits » entendez plutôt « préférés », « aimés », « adorés ». Des mots qui  viennent de l’enfance, de l’intime, du plus profond, qui font resurgir un instant cher et chéri, un souvenir, une empreinte indélébile. Des mots enveloppants, irradiants, ensorcelants qui, une fois prononcés ou lus déplient tout un monde de sensations  – couleurs formes odeurs goûts bruits caresses élans -. Des mots doux, sensuels, vifs, flottants, éblouissants. Des mots répétés à l’envie ou utilisés avec parcimonie, des mots partagés avec délectation ou gardés précieusement jalousement. Des mots emplis de promesses, de secrets et d’histoires. Des mots qui signifient tant, qui signifient tout. Qui nous parlent, nous pénètrent, nous dévoilent, nous définissent. Nous révèlent.
Qu’il est plaisant de se promener dans les mots « parfaits » des autres. S’y glisser, les faire résonner. Ressentir leur mouvement, leur rythme, leur danse. Entrer dans leur intimité.
Mes mots « parfaits » : libellule, silence, mélancolie, coquelicot, exquis, ardeur… Quels sont les vôtres?

« Bulle (…) Fragile comme un mot, c’est sa forme que la bouche imite au moment de le formuler ou de la faire sortir d’une paille ou d’un pipeau et elle a juste le temps de se montrer, un esprit de plume, le fantôme d’image, une simple vue de la pensée. Murmuré soufflé le petit secret transmis par les airs et qui explose au moindre choc, une bulle de stupeur qu’il faut refaire, un brouillon continu mais si parfait, à mesure que le monde se perd. » Suzanne Doppelt

« Groseille (…) La vie au jardin n’est-elle pas remplie de secrets, d’attentes? Tout a senteur d’été. De ces étés qui durent et ne font que commencer. Juillet à son apogée – le calendrier républicain ne faisait-il pas du dix-septième jour de messidor le jour de la Groseille? C’est pour nous les vacances. Groseilles, petite fratrie verroterie de quat’sous – au jardin c’est fête, on s’ébroue. Comme tout cela vient de loin! On joue le soir venu. Sans même savoir à quoi. On joue à chat. À la souris, à la pluie, au nuage. On voudrait toujours que tout soit jeu, et dure. Dure le temps des groseilles. Un temps de rien du tout. Quelle magie! Je ne parle pas d’enfance, je parle des groseilles. (…) » Pascal Commère

« NuJ’avais d’abord pensé à des mots somptueux ou complexes, comme notre langue sait en produire : concaténation, dévolu, rédhibitoire… Des mots avec des radicaux, des suffixations, de l’étymologie, de la philologie. Du latin, du grec si possible. Et puis des évolutions de sens, des acceptations variées. En somme, des mots suréquipés, des mots bardés de diplômes. J’ai en fin de compte préféré celui-là. Qui est nu. Justement. Dans les vieux textes, on le voit encore revêtu d’un D : « nud ». De ce D étymologique, il s’est débarrassé : il n’était pas assez nu. Le voilà à la simplicité biblique, et sa sonorité est douce comme une chair caressée. (…) » François Tallandier

« Rivière... J’aime en ce mot rivière la proximité sonore et visuelle avec rêverie. Le même v ouvert en son centre vers le son si aérien du r français. Le prononçant, il me semble me couler dans la langue comme dans une eau claire. Et j’ai envie de me déshabiller. » Pascale Roze

« VaillancePour la douceur sur les lèvres. La caresse en bouche. Et la main ferme dans le gant de velours. Pour la souplesse. Comme un feu de fumée d’arrière-saison qui sinue dans l’air bleu et tient au corps. Parce que le mot est tenace, bondissant, dansant. Parce que le mot rit, il est jeune, il jaillit, il est dru, en cavale, il caracole, il frétille et flamboie, il est du côté de la joie têtue, recouvrée, réinventée? (…) Marie-Hélène Lafon

Dictionnaire des Mots Parfaits, dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éditions Thierry Marchaisse, mai 2019 —

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s