Partis sans laisser d’adresse – Susin Nielsen

partissanslaisserdadresse.JPG

C’est chouette un Combi Volkswagen Westfalia, vintage à souhait. Un phénomène de mode aujourd’hui! C’est joyeux, coloré, ça fait penser aux vacances, à l’aventure, à l’insouciance des années 70. Alors quand Astrid dit à Félix, son fils de bientôt 13 ans, qu’il va leur falloir vivre, faute d’argent, quelques temps tous les deux – trois avec Horatio la gerbille – dans ce petit camion aménagé – emprunté -, il n’est pas vraiment convaincu. Mais c’est l’été et si ce n’est que pour une poignée de semaines pourquoi pas… Sauf que le temporaire s’installe. C’est l’heure de la rentrée scolaire, et ils n’ont pas de logement. En rusant, il parvient à s’inscrire. Astrid, mère célibataire, artiste dans l’âme, enchaîne les petits boulots. Constamment, elle est renvoyée à cause de son franc-parler, son impertinence, sa fantaisie. Jour après jour, elle s’enlise un peu plus mais par orgueil ne veut pas se faire aider. Et surtout prie Félix de n’évoquer à personne leur précarité. De peur qu’on les sépare… Au collège, Félix joue le jeu, garde le secret. Il a des amis, des moments de joie, c’est un garçon intelligent, sensible, courageux, il a la tête sur les épaules. Se dit que ça va s’arranger, que les lendemains chanteront forcément… Mais l’automne arrive, le combi se rafraîchit, les repas diminuent, les vêtements s’usent, l’air à l’intérieur se restreint, la promiscuité pèse, et les commodités à l’extérieur il n’en peut plus… Pas toujours facile de faire bonne figure devant les copains, de faire confiance à sa mère, d’avoir foi en un avenir meilleur. La tristesse, la colère, la peine l’envahissent tour à tour. Il en veut à Astrid  et sent que c’est à lui de faire quelque chose pour changer la donne.  Il a une idée : être le gagnant de son émission favorite « Qui? Que? Quoi? Quand? » qui prépare une spéciale Junior, et remporter ainsi les 25000 dollars mis en jeu. Grâce à sa bonne culture générale, Félix passe les sélections avec succès…
Un roman avec plein d’humanité dedans, des personnages émouvants et tellement authentiques, des dialogues tour à tour drôles tendres et graves. Aucun pathos, aucun jugement. La vie telle qu’elle est, avec naturel beauté limpidité douleur. La précarité, sa réalité, abordée avec intelligence sans mièvrerie. À la lecture, nos yeux brillent souvent : on rit on pleure. On est touché, infiniment.

« Nous n’avons pas toujours vécu dans un camping-car. Ça, c’est seulement depuis quatre mois. À l’époque pcv (pré-Combi Volkswagen), nous occupions un sous-sol de trente-sept mètres carrés. Avant cela, un appartement de cinquante-six mètres carrés. Et avant cela, nous avons carrément été propriétaires d’un appart de soixante-quinze mètres carrés. »

 »  » Félix, m’a dit Astrid dans le noir. Je sais que tu m’en veux. Et c’est normal. Mais je t’en supplie, ne lui dis rien. Je vais nous sortir de là, c’est promis. » Je n’ai pas répondu.  » Si tu lui dit, ça risque de déclencher une réaction en chaîne que nous ne pourrons jamais arrêter. (…) Tu serais peut-être séparé de moi, a-t-elle continué. » – C’est peut-être ce que je veux, être séparé de toi.
Nous n’avons plus parlé après cela. C’était cruel de ma part. Mais je n’ai pas retiré ce que j’avais dit. Même quand j’ai entendu qu’elle pleurait tout bas, la tête enfoncée dans son oreiller pour que je ne l’entende pas. Sauf que, comme j’étais à moins d’un mètre d’elle, il y avait peu de chances que ça marche. »

« Mais désormais, j’apprends à croire en quelque chose de nouveau. Quelque chose en quoi ma mère a cessé de croire il y a longtemps. Les autres. Astrid n’a pas eu beaucoup de chance avec eux en grandissant. Mais je ne suis pas ma mère. Et moi, je choisis de croire. »

Partis sans laisser d’adresse, roman de Susin Nielsen, traduit de l’anglais (Canada) par Valérie Le Plohinec, dès 12 ans, éditions Helium, avril 2019 —

6 commentaires sur “Partis sans laisser d’adresse – Susin Nielsen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s