Speak – Emily Carroll d’après le roman de Laurie Halse Anderson

speak.JPG

Melinda,15 ans, monte pour la première fois dans le bus qui l’emmène au lycée. Elle ne se sent pas bien dans ses vêtements dans sa tête, ses cheveux l’embarrassent son corps entier l’encombre. Certains la regardent de travers, d’autres l’ignorent. Même Rachel sa meilleure amie, jusqu’ici, se détourne d’elle. Dans leurs yeux à tous, du mépris. Certes, on comprend la complexité des premiers pas dans la faune lycéenne où faux-semblants et apparences règnent mais à ce stade du roman, si on perçoit un malaise plus profond, on nage en eaux troubles.  Au fil des pages, la personnalité de la mystérieuse Melinda se dessine. Solitaire, elle parle peu, même en famille. Ses notes sont catastrophiques, son implication inexistante. Seuls les cours d’art plastique semble l’intéresser. Elle, la taiseuse, laisse enfin filer ses pensées à travers sa main qui court sur le papier, modèle une forme, esquisse un sentiment. Loin d’elle la petite vie des lycéens, leurs petites histoires adolescentes, les votes de la mascotte, les devoirs, la gazette, les pom pom girls, elle se refugie chaque jours quelques minutes, quelques heures parfois, dans un petit local qu’elle dépoussière. Là, elle lit, réfléchit, imagine, crée… et souvent se mord les lèvres. Au creux de son ventre, un noeud où ses mots sont emprisonnés. Un mal-être évident la ronge chaque jour davantage. Melinda ne reconnaît plus son reflet dans le miroir. Dedans, colère peur confusion honte culpabilité tristesse s’enchevêtrent. Dehors, rien ne sort. Un silence de plus en plus pesant.

Quelques mois auparavant, sous un ciel d’été étoilé, une fête. Organisée par les Terminales, Melinda y avait été invitée par Rachel grâce à son grand frère. Enivrée de musique et de bière, elle flirtait avec Andy Evans. Étonnée de plaire à ce garçon si beau, si populaire… Puis entraînée à l’écart, le monstre a surgi… Elle avait dit non pourtant…

Brisée, elle retourne à la fête. Appelle la police. Mais aucun son ne sort… elle quitte l’endroit en courant…

L’ histoire vraie d’une adolescence bouleversée. Le long cheminement pour libérer une parole cadenassée avec violence.

« Je ne peux pas m’empêcher de me mordiller les lèvres. Comme si ma bouche appartenait à quelqu’un d’autre. »

« C’est arrivé. Impossible de l’ignorer, de l’oublier. De fuir, de s’envoler, de s’enterrer, de se cacher. Andy Evans m’a violée en août dernier. Je n’y suis pour rien. Il m’a fait du mal. Je n’y suis pour rien. Et je ne vais pas laisser ce truc me ronger. Je vais grandir. »

speak3

Speak, roman graphique d’Emily Carroll d’après le roman de Laurie Halse Anderson, éditions Rue de Sèvres, janvier 2019 —

 

Publicités

8 commentaires sur “Speak – Emily Carroll d’après le roman de Laurie Halse Anderson

    1. Un roman graphique très émouvant : on est dans la tête de cette jeune fille, on suit son cheminement personnel, de l’obscurité à la lumière.

  1. Celui-ci je ne peux pas dire qu’il donne envie à proprement parler mais je pense qu’il faudrait le lire. Il est sur ma wishlist et j’avoue que j’ai fait marche arrière plusieurs fois, c’est un sujet qui m’est très difficile de lire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s