Ensemble à minuit – Jennifer Castle

ensembleminuit.JPG

Il neige sur New York. Kendall et Max arpentent les rues de la ville. Les deux jeunes gens saisissent ensemble les derniers jours de l’année, tentant de faire voler en éclats leurs incertitudes et leurs doutes quant à leur avenir.

Kendall est venu rejoindre son grand frère Emerson – en couple avec Andrew – à Manhattan pendant les vacances de Noël après avoir passé un semestre en Europe. Elle appréhende son retour au lycée, aimerait finir son roman sur la fin du monde, a très envie de revoir son ancien amoureux Jamie qui lui a été infidèle… Max, lui, est venu à New York pour fêter Noël en famille chez son grand-père. Ce dernier ayant été lâché par son aide à domicile, on demande à Max de s’occuper de lui quelques jours en attendant une nouvelle assistante. Le jeune homme – ami de Jamie et connaissance de Kendall (elle l’a embrassé par jalousie) –  est perplexe  sur les études qu’il doit suivre, ses amours, son apparence…

Ces deux-là, en plein flottement « existentiel », se retrouvent donc marchant dans la ville ensemble. Deux solitudes deux êtres incertains qui vont s’aider l’un l’autre à éclairer et donner un sens à leur vie respective. Et cela à cause d’un accident… Sous leurs yeux, un  homme et une femme se disputent – Kendall et Max n’osent pas intervenir – la femme s’échappe de l’emprise de l’homme, court sur la route et se fait renverser… Abasourdis, secoués, les deux jeunes gens trouvent refuge dans un café. La serveuse, qui les entend se plaindre et s’interroger, leur lance un défi singulier : afin de « racheter » leur « culpabilité », ils devront faire de bonnes actions désintéressées d’ici le 31 décembre.

Et c’est ainsi qu’ils arpenteront la ville des journées entières pour venir en aide aux gens qui en ont besoin à un instant T. Attention, bienveillance, écoute, compréhension, empathie leur seront nécessaires. En partageant, réconfortant, en rendant service, ils en apprendront plus sur eux-même et sauront enfin mettre des mots sur leurs sentiments leurs sensations leurs pensées.

Après un début nébuleux, l’histoire s’éclaircit et devient plus attrayante malgré un manque de souffle et des personnages un peu fade. Une lecture en demi-teinte donc.

« C’est une manie chez moi : transformer les gens de la vraie vie en personnages de la fiction sur laquelle je travaille. Je les croque dans mon carnet de dessin, puis je note quelques détails. Leur nom, l’endroit où ils vivent, ce qu’ils font, ce qu’ils désirent. Des pensées-vers de terre qui surgissent de nulle part et de partout. Observer les gens est une des raisons pour lesquelles j’aime autant prendre le métro à New-York. Et je suis aussi fascinée par le fait que c’est un endroit à la fois bruyant et silencieux. À l’extérieur du wagon, on dirait que plusieurs univers se fracassent les uns contre les autres, mais ici, à l’intérieur, presque personne ne parle. « 

« J’aimerais juste aider quelqu’un, je crois. Être gentille. Personne ne l’est assez. »

« Mais j’étais timide, et je ne savais pas très bien quoi faire de mon corps qui n’arrêtait pas de grandir. Je me demandais comment j’arriverais un jour à maîtriser mes deux gigantesques bras maladroits… Et puis mes pieds me faisaient passer, eux aussi, pour un incapable. Ils se rebellaient contre moi à la moindre occasion, me faisant trébucher ou perdre l’équilibre. J’essayais de garder mes distances avec les filles, mais dans une école aussi petite que la nôtre, c’était impossible. »

Ensemble à minuit, roman de Jennifer Castle, traduit de l’anglais (américain) par Alice Delarbre, à partir de 13 ans, éditions Casterman, novembre 2018 —

Publicités

2 commentaires sur “Ensemble à minuit – Jennifer Castle

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s