Le trésor de l’île sans nom – Gilles Abier et Mini Ludvin

Le-Tresor-de-l-ile-sans-nom

L’île n’apparaît sur aucune carte et si par hasard un bateau s’en approche, les bruits effrayants de son volcan empêchent tout abordage. Cette île mystérieuse sans nom abrite pourtant une joyeuse et intrépide bande de filles et de garçons, les Coquins ; Morbleue aux grandes tresses sous son tricorne et à la moustache factice, Flibuste et  Cacatois son malappris de perroquet, les jumeaux Bâbord et Tribord qu’on différencie par leur bandeau autour de la tête ou leur cache-œil, Cayenne la plus jeune dont le frère bien-aimé a un jour quitté l’île et la plus grande la précieuse Fantine. Leurs pirates de parents passent la majeure partie de leur temps sur les mers à piller des bateaux. Ils amassent ainsi un immense trésor, l’héritage prochain de leurs enfants, espérant les faire entrer dans le beau monde et non dans la piraterie. Pour l’heure, progéniture et trésor sont en sécurité sur l’île sans nom.

La vie sur l’île est parfaitement organisée.  Quatre adultes veillent sur eux. Les enfants reçoivent une éducation de qualité et apprennent les bonnes manières grâce à leur discrète et élégante perceptrice Damoiselle Frégate, le couple Mal-lunée et Mal-embouché s’occupent de la cuisine et des tâches ménagères et n’oublions pas Vieux-boucan, le gardien du feu et du trésor. Chaque fois qu’un bateau est en vue, les Coquins stimulent une éruption volcanique, qui éloignent tous les gens malintentionnés.

Mais voilà qu’un jour une caravelle espagnole brave le soi-disant danger volcanique. Le capitaine Gonzalo de La Rabida accoste avec ses hommes sur l’île… Il semble être à la recherche de quelqu’un… Les enfants, loin d’être terrorisés, vont redoubler de ruses et d’astuces pour affronter ces étrangers… Ils doivent sauver leur peau, s’aider les uns les autres et protéger le trésor.

Un roman de pirates mené tambour battant paré de péripéties et de coups de théâtre, de pièges de surprises et de déguisements, de personnages attachants, d’une intrigue haletante et de chouettes illustrations.

« … si cette île sans nom est si chère aux yeux des pirates,  c’est parce qu’elle cache leur trésor mais aussi, et surtout, leurs enfants. Les plus grands mercenaires des flots se sont un jour mis d’accord pour regrouper au même endroit leur progéniture. D’une part,  pour les protéger de la vie dangereuse qu’ils mènent au quotidien – une vie soumise à la colère du ciel, au déchaînement de l’océan, à la radicalité du canon – mais également pour leur inculquer les bonnes manières. Il est hors de question, pour ces brigands des mers, que leurs enfants embrassent la même profession qu’eux. Riches d’un trésor dont ils hériteront, leurs rejetons doivent pouvoir fréquenter la cour des rois, converser avec des sultans, chasser en compagnie des maharajas. »

 

Le trésor de l’île sans nom, roman jeunesse de Gilles Abier illustré par Mini Ludvin, dès 9 ans, éditions Poulpes Fictions, mai 2018 —

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s