Japon, à pied sous les volcans – Nicolas Jolivot

japonvolcans1

Ses « promenades » à Shangai m’avaient enchantée, cette « balade » sur l’île de Kiushu – au sud du Japon – ne pouvait que m’émerveiller. Quel bonheur de retrouver ce talentueux et aventureux carnettiste, ses mots tour à tour tendres poétiques et drôles, la délicatesse et l’élégance de ses dessins, les portraits bienveillants des gens qu’il rencontre, l’astucieux entrelacement de l’Histoire du quotidien des anecdotes,  les paysages si majestueux si émouvants…

Nicolas Jolivot parcourt à pied l’île de Kiushu du 15 octobre au 11 novembre 2016, avec pour seuls compagnons sac à dos, tente, chapeau cloche, carnet et crayon. Si la pluie la brume le froid l’importunent souvent, il avance et découvre des merveilles : le Mont Aso , le volcan Unzen, la ville thermale de Tsuente, la paisible rivière Gabe, le spectacle du camaieu gris-bleu des lacs de la mer et des montagnes, la végétation luxuriante et le bon goût des kakis, les vestiges d’éruptions et de tremblements de terre, la lumière rosée au-dessus de Kagoshima, des musiciens aux tambours, l’imposant château de Kumamoto, les champs de cosmos, la saveur des takoyakis de délicieuses boulettes grillées… et puis les belles rencontres avec les gens de tous âges de conditions sociales différentes qui, malgré la barrière de la langue apportent tellement.

Un carnet de voyage plein d’humanité. Un moment de vie partagée, riche et authentique.

 » À première vue, en débarquant dans le centre d’Osaka, le Japon ressemble aux villes chinoises où je suis allé si souvent, mais en plus propre, en mieux rangé, en plus policé, le silence en prime. Depuis quelques heures de promenade, j’ai envie de dire que les Japonais sont des Chinois fabriqués au Danemark. »

« Plouch, plouch, les chaussures rient / Dans les lacets trempés / Deux papillons sur les pieds. »

« Le volcan Unzen se précise, tombe sa robe de brume au fur et à mesure de l’avancée sur une mer d’Ariake lumineuse. Dans la ville, je m’arrête pour dessiner le château reconstruit en 1946 puis, après avoir visité au pas de course, car le jour s’éteint doucement, un logis reconstitué de samouraï, je longe la mer en quête d’une place de campement. (…) Pour le bonheur de mes oreilles, la mer, parsemée d’îlots rocheux, reste calme. Fort heureusement, le volcan aussi. »

japonvolcans2japonvolcans3japonvolcans4

Japon, à pied sous les volcans, carnet de voyage de Nicolas Jolivot, à partir de 13 ans, éditions Hongfei, mars 2018 —

Publicités

6 commentaires sur “Japon, à pied sous les volcans – Nicolas Jolivot

  1. je relaie à des amis japonisants ….qui ont parcouru cette ile !
    Bonjour Nadége
    Gérard Calisti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s