Fais-moi peur – Malika Ferdjoukh

Fais-moi-peur.jpg

Noël et ses festivités approchent à grands pas. Les enfants de la famille Mintz sont surexcités car ce soir, leurs parents vont les laisser seuls à la maison durant plusieurs heures, invités à l’inauguration de l’Opéra Régional. Gervaise âgée de treize ans aura la lourde charge de veiller sur Mone dix ans et demi, Barnabé presque neuf ans, Odette cinq ans et bébé Lou seize mois. Heureusement, Radiah seize ans – la fille de la voisine – devrait passer avec Amoh son petit frère, histoire de voir que tout va bien… La grand-mère Mamido est catastrophée de savoir ses petits-enfants livrés à eux-même mais on lui a fait comprendre que tout était sous contrôle alors… Le repas a été préparé par maman, des films ont été enregistrés par papa et on a convenu de l’heure du coucher… Les parents partent donc l’esprit presque tranquille et les enfants les regardent s’éloigner en retenant leur souffle… Sitôt envolés, la maison prend un air de fête, un joyeux bric-à-brac s’installe dans la cuisine, les bêtises s’enchaînent et les idées – pas toujours très bonnes – fusent.

Ce que les enfants ignorent, c’est qu’au même moment, un homme vêtu d’un grand manteau rouge et d’une capuche rôde. Monsieur N – au visage plein de haine – a de sombres projets. Et le lecteur tremble comme une feuille car l’auteure lui a déjà présenté cet horrible individu… qui à neuf ans, avait dévoilé une effroyable méchanceté envers ses camarades de classe. Abominable personnage raciste, antisémite, égoïste, insensible, monstrueux… qui par un concours de circonstances va croiser le chemin des espiègles et turbulents enfants Mintz.

Quel plaisir de retrouver l’écriture vive et éclatante de Malika Ferdjoukh ! Que j’aime lorsqu’elle interpelle le lecteur, ses personnages si bien croqués, l’intelligence et la sensibilité de ses sujets, la façon dont elle mêle la fantaisie et le tragique l’innocence et la noirceur l’intime et l’Histoire! Ce roman captivant oscille sans cesse entre peur et drôlerie entre suspense et tendresse. On en redemande!

« Mine de rien, elle observe (l’horloge). Chacun confie des secrets à son miroir : Gervaise, par exemple, quand elle essaie en douce les chandails de sa mère. Ou Mone qui y déclame sa géo comme si c’était Molière. Barnabé qui planque ses barres chocolatées dans le caisson, ou qui se cure le nez en stricte intimité. Ou Odette qui s’y dévisage tragiquement avant de lâcher un aaaaaarg libérateur (lorsqu’elle est seule, naturellement). Bébé Lou ne s’y regarde pas encore. À seize mois, on habite encore derrière le miroir et tout ce qui se trouve de l’autre côté, le côté des humains, demeure un mystère (tant pis si chaque jour qui passe vous tire perfidement au-dehors).

« (…) quand il fit volte-face, la capuche glissa sur ses cheveux et les enfants découvrirent son visage, qui les pétrifia. Un visage d’humain où l’humanité n’était pas. Il était… Comment décrire ces yeux redoutables? Plus glaçants que le vent, plus saisissants que l’hiver? Cette expression que les enfants n’avait jamais vue sur aucun visage et ne reverraient jamais ailleurs? Qui les recroquevilla à l’intérieur d’eux-mêmes. Un masque de haine, qui faisait penser aux fusils, à la guerre, aux cauchemars, aux malheurs. Et dans leur dos passa l’ongle très froid de l’effroi. »

« Oh non, ce n’était pas un ogre! C’était un homme. Seul un homme sait le mal qu’il peut faire aux autres hommes! C’était un monstre, oui, mais c’était bien un homme! Avec deux pieds, deux mains, un visage, une vie d’homme. Peut-être a-t-il une famille, des enfants avec lesquels il joue au ballon, des parents à qui il souhaite les anniversaires, ou une fiancée à laquelle il offre des fleurs… »

Fais-moi peur, roman de Malika Ferdjoukh, dès 12 ans, collection medium poche, L’École des loisirs, réédition, première parution en 1995, Novembre 2017 —

Publicités

8 commentaires sur “Fais-moi peur – Malika Ferdjoukh

    1. Je viens justement de terminer la série des 4 sœurs en BD (rue de sèvres). J’adore Malika Ferdjouck, je guette la suite de Broadway Limited qui devrait paraître sous peu…

  1. je découvre cette auteure grâce à toi. J’aime beaucoup ton texte qui donne envie de s’y plonger. Merci Nadège. Bises bretonnes pour toi, passe une belle journée avec ce grand froid ici aussi 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s