L’arbre de Tata – Yu Liqiong et Zaü

l-arbre-de-tata

En Chine, de nos jours. Une jeune femme se souvient avec tendresse de l’année de ses six ans. Ses parents l’avaient alors confiée à sa grande tante dans le bourg voisin durant la reconstruction de leur village, dévasté par les rafales d’une tempête. Elle revoit son visage ridé et si doux, ses yeux fatigués et si pétillants,  ses fausses dents et son si joli sourire. Tata était très âgée, et pourtant jamais elle ne s’était ennuyée à ses côtés. Elle lui racontait la vie d’avant, la Chine d’autrefois, sa jeunesse, ses lectures, ses voyages, ses moments de bonheur et de malheur aussi… À la belle saison, entre rires et palabres, la vieille dame l’emmenait dans le parc au bout de la rue, une agréable promenade  qui se terminait toujours sous le sophora, un vieil arbre majestueux. À l’époque, la fillette trouvait cet arbre pareil à mille autres jusqu’au jour où son aïeule lui montra des marques sur son tronc. Des gravures belles et profondes, le vestige d’un amour éternel…

Quand l’arbre fut abattu, le cœur de Tata se brisa. Il en sorti de la tristesse et du chagrin, de la nostalgie et de l’ amertume… mais des années plus tard, cet arbre vit encore dans la mémoire d’une jeune femme.

Une histoire de transmission faite de souvenirs d’enfance, de liens tendres et précieux, d’amour et de fragilité avec en toile de fond une Chine en pleine mutation. Comme toujours, Zaü insuffle une puissance émotionnelle bouleversante dans ses illustrations.

« Tata s’est approchée de son arbre et, se baissant un peu, a doucement  caressé le tronc du bout de ses doigts.  Un vent léger soulevait un coin de son châle rouge grenat. Intriguée, je me suis avancée pour m’accroupir à côté d’elle. Là, dans un creux de la vieille écorce rugueuse, j’ai découvert quelques entailles à peine visibles. »

larbredetata

larbredetata2

larbredetata3

L’arbre de Tata, album jeunesse de Yu Liqiong et Zaü, dès  7 ans, Éditions Hongfei, septembre 2017 —

Publicités

6 réflexions sur “L’arbre de Tata – Yu Liqiong et Zaü

  1. Je lis tes mots ma Nadège et je me sens profondément touchée. Émue par cette histoire que je n’ai pourtant jamais lue mais que j’aime déjà par le fait qu’elle soit porteuse de « souvenirs d’enfance, de liens tendres et précieux, d’amour, de transmission… ».
    Les souvenirs sont plus forts que tout ❤
    Les dessins sont magnifiques…
    Gros becs xx

    1. Un très bel album plein de tendresse et de sensibilité sur l’enfance, les souvenirs, et le temps qui passe. Zaü est un illustrateur que j’aime beaucoup. Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s