Elsa et Frank – Joan London

elsafrank

Une forte épidémie de poliomyélite sévit en Australie, maladie infectieuse et contagieuse touchant particulièrement les enfants et les jeunes adultes. Nous sommes en 1954, un ancien pub de Leederville devient, pour faire face à ce fléau, une maison de convalescence. Appelé L’âge d’or, le nom de l’établissement renvoie l’écho d’un espoir, le souffle de vie de dizaines d’enfants et adolescents.

Elsa et Frank, respectivement treize et quatorze ans, sont les patients les plus âgés. Liés par la maladie qui affaiblit leur corps, ils découvrent ensemble le sentiment amoureux qui chavire leur cœur. Leur amour – leur âge d’or -, jette une lumière sur leur quotidien fait de souffrances et de soins.

Frank Gold, d’origine hongroise, a fui son pays en guerre avec ses parents – Ida sa mère est  une grande pianiste -. Ce lourd passé chargé de peur de nostalgie de mélancolie pèse sur la vie fragile de l’adolescent aujourd’hui mais ni la guerre ni la maladie n’auront raison de lui car Frank possède une force vive, une sensibilité à fleur de peau : son goût pour la poésie. Elsa Briggs est australienne de naissance. Cette jeune fille mal aimée de sa mère qui semble lui préférer sa petite sœur, est d’une grande beauté et d’une infinie douceur.

Entravés dans leurs mouvements, les pensionnaires vivent au ralenti mais espèrent des jours meilleurs. Le bruit des trains, le cri des cacatoès, la course des nuages, l’apparition du  soleil puis de la lune, vont et viennent autour d’eux. Par la véranda assis sur leur fauteuil roulant, Elsa et Frank contemplent la nature et ses humeurs, les hommes et leurs rumeurs. Ils rêvent d’océan en regardant le linge dansé sur les fils. Et à l’intérieur, entourés par le personnel médical, ils se plient aux exercices et autres traitements, ne se plaignent pas de leurs douleurs. La maladie fait grandir plus vite, l’amour aussi.

Et ils s’aiment tant qu’un jour on les retrouve dans le même lit… on les sépare, on les éloigne l’un de l’autre…

Un roman délicat et pénétrant mêlant histoire vraie et histoires de chacun, une écriture limpide, des personnages attachants, des sentiments sincères sans mièvrerie ni pathos. J’ai beaucoup aimé.

« Ce « oui » ne sonnait pas exactement comme une invitation, pourtant il en éprouva un grand soulagement. Car où irait-il, si Elsa n’était pas là? Que ferait-il de tous ces sentiments qu’il portait en lui? Elle était son havre, son éternel retour. Son parc, sa rivière, son chemin. Rien que le fait d’être séparé d’elle pendant une journée le rendait triste. Il savait maintenant que tout ce qui lui était arrivé jusqu’ici dans sa vie l’avait conduit jusqu’à elle. Que tout finissait pas s’arranger. »

« Avant, je sentais que ma place était dans le monde, pensa Elsa. Maintenant, elle est avec Frank. »

« Quand tout commença-t-il à changer? Le visage de Frank lui devient soudain familier. Ni beau, ni laid,  mais pareil au sien, une sorte de jumeau, de miroir. Le lien qui les unissait imprégnait l’air autour d’eux. Dès l’instant où ils se réveillaient, à la lumière qui filtrait à travers les longs rideaux blancs de leurs salles communes respectives, ils n’attendaient qu’une chose : se retrouver. Qu’est-ce que c’était? Frank disait que c’était comme la poésie. Ça sonnait juste ou pas. Que si cela vous était donné, il fallait le prendre. Il avait dit que c’était l’amour. Le mot « amour » ne l’effrayait ni ne le dérangeait. Tous les jours il avait de nouvelles idées sur le sujet. C’était une sorte de promesse faite à tous les êtres humains, disait-il. C’était ce qui pouvait arriver de plus grand et de plus beau dans la vie. Lui et elle l’avaient reçu très jeunes. Comme une bénédiction. »

« Je dois trouver seul un lieu où respirer. C’est là que vit la poésie, dans la partie la plus reculée de soi-même. »

Elsa et Frank, roman de Joan London, traduit de l’anglais (Australie) par Alice Seelow, Mercure de France, Mai 2017 —

Publicités

2 réflexions sur “Elsa et Frank – Joan London

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s