La petite romancière, la star et l’assassin – Caroline Solé

romancièrestarassassin

Dans la touffeur du mois d’août, au milieu d’un étang forestier, le corps flottant d’un enfant est découvert par des promeneurs. S’est-il noyé? A-t-il été assassiné? Dans une de ses poches se trouve la photographie d’une starlette. Sur-le-champ, les policiers se rendent au domicile de l’actrice. Cheyenne, une voisine de quinze ans et Tristan, un de ses assistants, sont à ses côtés.

Débutent alors les interrogatoires. Successivement, les trois jeunes gens donnent leur version des faits mais ce sont plutôt leur propre existence qu’ils livrent, l’enquête devenant un prétexte à leurs confidences. De mal-être en secrets de famille, de réminiscences en incompréhensions,  de certitudes en apparences, d’inspirations en désillusions, chacun se raconte, interprète à sa façon, et envisage l’autre. Ainsi, les vies de chacun, parallèles au commencement, finissent par se traverser, se font écho et s’éclairent.

Seule dans le grand appartement familial, l’adolescente a sept jours pour quitter la terre, monter sur une chaise, se passer la corde autour cou et s’envoler, avant le retour de ses parents et de ses frères, en vacances sur la côte d’azur. Évidemment, elle a refusé de les suivre. Elle avait besoin de solitude… Encombrant est son corps qu’elle malmène, exaspérants sont les élèves et leurs écrans, pesante est sa mère et lourd le passé qu’elle traîne, détestable est le monde qui ne tourne pas rond, il n’y a plus rien à attendre de cette vie-là. Mais voilà qu’une nuit, penchée à sa fenêtre, elle voit dans l’arrière-cour devant la grande maison de l’actrice la silhouette d’un homme creusant un trou et y déposer un corps d’enfant…

Tristan, un des nombreux assistants de la star vit depuis peu dans sa maison, préparant sa venue prochaine. Marginal, le jeune homme semble avoir vécu plusieurs vies. Son visage est mélancolique. À mille lieux des paillettes, ce qui l’intéresse ce sont les petites choses que personne ne regarde. Son caméscope ne le quitte jamais. Tristan filme tout, tout le temps. Il l’a observée, l’adolescente d’en face, la nourriture qu’elle ingurgitait, les nippes qu’elle portait, les carnets qu’elle remplissait, il a vu la corde accrochée au plafond.  Il sait aussi qu’elle l’épiait la nuit où il a creusé le trou…

La star n’est pas souvent chez elle. Ses tournées à travers le monde sont légions. Mais un tournage à Paris lui permet de profiter enfin de sa maison. Depuis l’âge de treize ans, elle arpente la terre avec sa mère. Elle ne connaît pas le quotidien, la vie normale d’une fille de dix-huit ans… Elle qui adorait dessiner, aujourd’hui elle suffoque. Elle aimerait tant prendre le temps de respirer, de rêver. Elle a vu la voisine de l’autre côté, son désespoir et la corde pendante. Tristan aussi, elle l’a observé. Elle ne parle jamais à son personnel mais lui, il l’attire. Elle a même remarqué sa petite cicatrice…

Une atmosphère hitchcockienne qui rappelle forcément Fenêtre sur cour, un jeu sur le regard et le jugement hâtif, des histoires entrelacées et des fausses pistes, les affres de l’adolescence, la marginalité, les feux de la rampe, l’univers d’internet et le repli sur soi, et une fenêtre ouverte où pénètrent une lumière douce et des voix bienveillantes.

« Paris était vide. Pour ce week-end de chassés-croisés sur les routes, le ciel orageux était constellés de cafards, des petits nuages noirs sur le point d’exploser. J’ai imaginé les élèves de ma classe coincés avec leurs parents dans les embouteillages. Ils devaient avoir un casque sur les oreilles, un doigt qui glissait sur l’écran. Ils jouaient sûrement en ligne à acheter des animaux virtuels, à se construire des vies parallèles ou juste à empiler des cubes à l’infini. Ils s’oubliaient. »

« J’aimerais pouvoir écrire simplement, d’un trait, ce qui me donne envie d’en finir, mais ce n’est pas évident de saisir un vague à l’âme. On peut lancer longtemps un lasso dans le vide. »

« Terminée l’époque de La petite maison dans la prairie avec les enfants qui gambadent cheveux au vent parmi les poules, les chevaux, qui jouent tous ensemble dans les ballots de paille. Aujourd’hui, c’est l’asphalte, le surgelé, le mondialisé. C’est la portion individuelle, le mot de passe, la courte durée. Des emplois éphémères, des partenaires éphémères : des vies mâchées trop vite, sans goût. Je l’ai écrit dans une dissertation, le prof a marqué « hors sujet ». »

« J’ai toujours pensé que les rêves étaient comme un petit feu à l’intérieur de soi, il faut souffler sur les braises régulièrement pour qu’il ne s’éteigne pas. C’est ce que j’essaie de capter en filmant les battements d’ailes des insectes, les frémissements des feuilles, le voyage fébrile d’une fourmi dans une fissure. »

« Mon arbre généalogique, il a subi une tempête, il s’est écrêté. On a toujours des racines quelque part, mais des branches, ça dépend. »

« J’en ai connu, des copains qui pouvaient rester enfermés, comme elle, dans leur chambre à tchatter, skyper, tweeter avec le monde entier sans sortir à l’air libre. Les autres, ils préféraient leur parler à travers un écran. Ils évitaient leur sueur, leurs mauvaises odeurs et ils pouvaient cliquer pour se déconnecter à tout moment. Rêver, c’est parfois le seul espace de liberté. »

« Un game n’est jamais vraiment over. Chaque joueur connaît son classement, ses erreurs, sa marge de progression pour rejouer une partie. Dans le monde réel, comment mesurer son score, s’assurer qu’on progresse dans la bonne direction? »

coeur

La petite romancière, la star et l’assassin, roman de Caroline Solé, à partir de 13 ans, Albin Michel Jeunesse, Avril 2017 —

Publicités

10 réflexions sur “La petite romancière, la star et l’assassin – Caroline Solé

  1. Depuis que tu m’as fait découvrir « La pyramide des besoins humains » de la même auteure, je n’ai qu’une envie, revenir vers ses écrits.
    Bisous ma Nadège

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s