aller en paix – Ludovic Robin

allerenpaixVingt ans se sont écoulés depuis que Lily est partie. Lily, la belle. Lily, la reine. Celle qu’il aime depuis l’enfance, son amie, sa femme, la mère de ses enfants. Lily, évanescente, fuyante et instable. Celle qu’il n’a pas pu retenir. Insaisissable Lily.

L’homme aujourd’hui, à jamais désarmé, est incapable d’effacer de sa mémoire, cette femme. Elle a refait sa vie comme on dit, et sans façon ses trois fils ont défait les liens paternels. Mais son regard sur elle est inchangé. Aucune rancœur n’a envahit son esprit durant ces deux décennies.

Lui, le bûcheron-élagueur surplombait le monde de la cime des arbres, aimant, sensible et bienveillant, aux épaules solides, prêt à soulever femme enfants et montagnes. Elle, intelligente mais frêle,  l’avait suivi dans un village reclus des Alpes. Elle avait abandonné ses études, et marché dans ses pas à lui. Mais le quotidien l’étouffait. Lily flottait, absorbait des médicaments, allait très bien puis soudain très mal. Alors elle prépara un concours, assidûment. Elle s’isolait sous les combles pour réviser. Envisageait un avenir. Ailleurs et sans lui.

Il se souvient du naufrage, qui lentement a englouti son couple. Son incompréhension, son engourdissement, son impuissance. L’inévitable dérive. La brisure.

Lily s’est envolée vers un horizon nouveau. La bulle dans laquelle elle se recroquevillait a éclaté.  Et lui est resté là. Dans sa maison de pierres. Au milieu des montagnes et des forêts.  Elle s’est extirpée de sa vie mais lui l’a toujours gardée dans son cœur, amoureusement.

C’est l’histoire d’un amour infini, d’une prière à l’être aimé, d’un chagrin inconsolable. Un premier roman beau et mélancolique, une écriture sensible où se frôlent sans cesse  pesanteur lenteur et légèreté.

« Notre âge d’or était là, dans ces soirs où un peu moins voûté que la veille je passais sans entraves au travers des forêts, m’en allant retrouver ma reine le visage plein de sueur et de gratitude, ma reine qui avait jeté ses études aux orties et m’attendait nue dans notre chambre austère, avec un petit sourire en coin. La nudité de Lily était en soi un spectacle extraordinaire, dont je ne me suis jamais lassé et dont j’ai pris conscience très tôt. Son corps blanc sous la lune, un jour loin, l’autre près, comme un voilier que le remous tantôt éloigne tantôt rapproche de la rive… Quel spectacle grisant! »

«  » Nous avons été heureux pendant dix ans, je dirais, mais comment savoir. Moins heureux pendant huit ; plus je cogite, avait poursuivi mon ami aux propos dénués d’amertume, plus il me semble que tout individu devrait pouvoir partager trente ou quarante ans de sa vie et accepter comme allant de soi de s’entendre dire un jour : »Désolé, la bouture ne prend pas. On n’est plus fait l’un pour l’autre, companero, mais ma foi la vie continue. Adieu. » » »

 » Souvent les gens me parlent, mais moi je suis ailleurs. (…) Leurs mots défilent pendant que je visualise des moments clés du passé. Plusieurs fois par jour au moins, j’imagine Lily nue au centre de formation. Ou bien je vois la neige. Je revois les Plastres, et mon premier gamin ivre de joie au matin de Noël. Je n’y peux rien, c’est comme une vie parallèle qui me berce pendant que les gens me causent. Un genre de goutte-à-goutte. Quand mon esprit bat trop longtemps la campagne, mon interlocuteur prend congé en me tapant sur l’épaule, et je m’aperçois que j’ai la gorge sèche et la mâchoire ankylosée. Ma main droite est dure, serrée comme un écrou. (…) Je me suis installé dans l’abîme. Je cherche mon poids de forme. Au-dessus et au-dessous, la montagne est molle et silencieuse. »

aller en paix, roman de Ludovic Robin, la brune au rouergue, 345 pages, Janvier 2017 —

Publicités

18 réflexions sur “aller en paix – Ludovic Robin

  1. L’histoire d’un amour infini et du chagrin qui l’accompagne. Je serais touchée par ce roman, c’est certain…
    Bises

    1. C’est le regard de l’homme que l’on suit, ce sont ses propres réminiscences… mais il est vrai que j’aurais aimé l’entendre la voix de Lily.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s