Une activité respectable – Julia Kerninon

uneactiviterespectableJulia a des parents aimants, adorateurs de littérature, épris d’histoires, de liberté et d’Amérique. Depuis le berceau, ils l’arrosent de mots. Elle baigne dans les livres et c’est le bonheur. La littérature comme une rivière, un courant perpétuel aux reflets changeants. À cinq ans passés, ils lui offrent un voyage au milieu des livres en poussant la porte de l’illustre librairie Shakespeare and Company, et une machine à écrire électrique. Recueillement et émerveillement, imagination et création. La lecture et l’écriture.

Lire et écrire, une activité respectable. Un double mouvement, indissociable. Creuser le sillon dessiné par ses parents. Dans sa  chambre sous les toits, peinte en vert, avec vue sur le pêcher dans le petit jardin, laisser vagabonder les pensées, plonger dans les intrigues, donner vie à des personnages, lire les mots des autres, taper les siens sur la fabuleuse machine. Lecture et écriture entremêlées, toujours.

Julia a vingt ans et décide de suspendre ses études, prendre une année sabbatique, partir loin, à Budapest. Et ainsi seule, écrire. Devenir écrivain. Revenir puis repartir. Enchaîner les petits boulots, aller à l’université, croire à l’amour, ne plus y croire, boire des tequilas le jour de la paye et courir fougueusement jusqu’à la mer avec d’autres « guerrières », être émue par les écrits de Michel Butel, repenser à l’enfance, à son père à sa mère tant aimés et admirés, passeurs de mots d’images et d’émotions…

Aujourd’hui elle a trente ans, a publié deux romans. En écrit sûrement un troisième. Auréolée de prix, Julia Kerninon livre ici un récit empreint de sincérité et de simplicité. Ravive sa mémoire, éclaire son travail d’écrivain, raconte la transmission parentale d’une passion,  met en mots sa carte littéraire avec ses chemins de traverses.

Un petit livre enthousiasmant écrit avec ardeur et vivacité qui ne peut que nous transporter, nous, lecteurs, dévoreurs de littérature.

« Mes deux parents croyaient aux livres, ils croyaient à la solitude, à la vie intérieure, à la patience, à la chance, ils croyaient aux bienfaits d’une planche de bois solidement fixée dans une alcôve de ma chambre sur laquelle poser ma machine à écrire, au fond, peut-être même qu’ils aimaient le bruit que faisait la machine électrique quand elle mitraillait d’un seul coup la phrase que je venais d’inscrire dans l’écran minuscule au-dessus des touches. »

« Comme des repères, les livres nous mènent à d’autres livres, ils nous font ricocher – nous lisons comme Dante se laissant guider par Virgile dans la forêt sauvage du péché. Dans les bibliothèques, dans les librairies, les voir tous côte-à-côte, si nets, comme des compartiments dans un columbarium, chacun refermant une voix, une aria, je ne connais rien de mieux. Je reviens toujours là. C’est tout. »

« Ma vie je la passe à lire des livres pour remettre les choses en place, pour me déplier, et c’est comme chanter tout bas à ma propre oreille pour me réveiller. »

« Partout où j’ai vécu, je me suis déplacée avec mes bagages de livres, c’est un continent mouvant dont je suis l’unique carte, et souvent, avant de me mettre au travail, je relis les quelques textes que je préfère pour former un cercle au centre duquel j’essaye ensuite de me tenir droite, pour faire honneur à ce que j’aime. Les livres me sont comme des boîtes closes, aux étiquettes terriblement sibyllines et excitantes, et je suis quelqu’un de curieux, bien que peut-être exclusivement dans ce domaine, je veux savoir ce qu’ils renferment, je ne sais pas m’arrêter. (…) C’est ce que je fais. C’est mon activité. Je lis des livres et j’en écris (…) »

coeur

Une activité respectable, récit de Julia Kerninon, collection la brune au Rouergue, Janvier 2017 —

Publicités

19 réflexions sur “Une activité respectable – Julia Kerninon

  1. Enfin le temps de venir te lire après ma parenthèse d’Angoulême. J’ai noté ce titre quand les premières chroniques ont commencé à fleurir sur la blogo.

    Ps: j’ai reçu ton courrier qui a su viser juste et beaucoup me toucher également. Je t’écris plus longuement tout vite. Merci Nadège. ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s