Le destin (presque) timbré d’Étienne Durillon – Oren Ginzburg et Estelle Billon-Spagnol

dsc00167La vie d’Étienne Durillon est un long fleuve tranquille. Un planning fixe, un train-train quotidien – bus, bureau, télé, dodo –, pas d’imprévus, pas de complications, pas de hasard, pas d’accidents. Chaque jour, les mêmes gestes, les mêmes repas – avec l’indispensable oeuf –, la même solitude, le même ennui. Le seul événement qui surgit sans crier gare dans son existence est la crise de migraine dont il est sujet.
Un vendredi soir pourtant, son destin va basculer à la lecture de son courrier. Une publicité – qui semble être une escroquerie – aux couleurs flashy et aux mots accrocheurs attire le regard d’Étienne, qui ne la quitte des yeux seulement pour regarder le Docteur Confiant sur l’écran de son téléviseur… hasard ou coincidence, le discours de l’homme et les propos de la publicité se font écho. Prendre des risques, tenter des choses, se sentir moins seul… Un chèque de 3999 euros en échange d’une vie nouvelle !! L’image de la jolie Vanessa – qu’il n’a jamais osé aborder –, secrétaire au service marketing s’affiche dans son esprit… C’est décidé, Étienne se lance. Il signe le prospectus, joint l’argent et file, en pyjama et pantoufles, poster la lettre. Il se couche, confiant. Il n’a plus qu’à attendre l’intervention, dans l’ombre, des agents transformateurs de vies pour éclairer la sienne et la faire étinceler !
Le lundi suivant, tout va de guingois : Étienne rate son bus, discute avec un clochard, fait de la moto avec Marguerite, Jeannine et Marcelle – des mamies rock’n’roll –, sauve un chien, boit un coup chez le Petit Gégé, est embringué dans une sombre affaire de cambriolage… et déclare sa flamme à la belle Vanessa. En une journée, le voilà transformé. Étienne ne regrette pas d’avoir signé le chèque, les agents transformateurs de vies ont fait du beau boulot ! Il ne sera plus jamais seul… Et quand le facteur lui rapporte la fameuse lettre – qu’il a oublié de timbrer -, il se rend compte qu’il n’a jamais été aussi heureux.
Une histoire virevoltante, un super héros, une galerie de personnages loufoques et des illustrations pleines de vivacité, on passe un chouette moment de lecture !

dsc00169dsc00170dsc00171

Le destin (presque) timbré d’Étienne Durillon, roman illustré écrit par Oren Ginzburg et illustré par Estelle Billon-Spagnol, dès 7 ans, Grasset Jeunesse, Septembre 2016 —

Advertisements

10 réflexions sur “Le destin (presque) timbré d’Étienne Durillon – Oren Ginzburg et Estelle Billon-Spagnol

  1. J’ai rarement autant souri en lisant un livre. L’humour est irrésistible!

    Et quand je l’ai fini je l’ai relu car c’est une histoire toute différente lorsqu’on sait que personne n’a reçu la lettre. Un conseil: si vous offrez le livre, surtout ne racontez pas la fin!

  2. Il suffit de peu de choses parfois pour changer de vie et briser la solitude des jours!
    Je regarde en plus les commentaires et avec ta finale, il a l’air de rendre joyeux ce livre ❤
    Je t'embrasse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s