Hugo de la nuit – Bertrand Santini

hugonuitDemain, ce sera l’anniversaire d’Hugo. Il aura douze ans. Est-on encore un enfant à cet âge-là ? L’idée de quitter l’enfance distille en lui une mélancolie, une nostalgie même. L’endormissement du soir est donc laborieux surtout que cette chaude journée d’été a été tourmentée. Son père – un botaniste – a fait une terrible découverte ; le saccage d’une plante rare aux fleurs violacées – la Sipo Matadore – qui poussait dans le cimetière aux abords du Domaine familial. Cette plante était le sésame pour empêcher l’extraction du pétrole gisant apparemment sous leurs pieds. Heureusement, l’espiègle et rayonnant oncle Oscar vient le visiter et commence entre eux l’habituelle joute verbale qui les fait tant rire, jusqu’à ce que s’élève la voix de sa mère – une auteure jeunesse à succès – lui demandant de dormir. Et c’est dans les bras de Morphée qu’Hugo s’assoupit enfin. Il ne le sait pas encore, mais ce sera son dernier sommeil. Au petit matin, lui et ses parents ne se réveilleront pas. Morts, tous les trois…
« L’enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous », ces mots de Shakespeare, issus de La Tempête, tonnent et résonnent la nuit durant. De longues heures éprouvantes pour Hugo. Une nuit frénétique et macabre, une atmosphère lugubre et burlesque, des rencontres inquiétantes et rocambolesques, des situations funambulesques, des répliques truculentes… Une nuit où les spectres dansent parmi les hommes.
Un conte baroque, étrange et fantasque. L’histoire d’un garçon qui « vole au-dessus du monde dans les bras d’un fantôme », entre le ciel et la terre, entre le bien et le mal, entre la vie et la mort, entre le cauchemar et la réalité… entre le songe d’une nuit d’été et l’apprentissage de la vie à travers la mort. Fascinant et magnétique.

« Longtemps, les enfants pensent qu’ils obtiendront toujours des réponses. C’est en réalisant peu à peu leur erreur que l’euphorie de la jeunesse commence à s’estomper. »

« Le souvenir de son existence lui paraissait déjà si flou, si dérisoire. L’émotion le submergea lorsqu’il pensa à Fanette, Aza, son père, sa mère et tous ces êtres encore prisonniers de la terre. Il aurait voulu redescendre pour leur annoncer que tout allait bien, que la vie n’était pas sérieuse et la mort pas si méchante. Mais il savait que c’était impossible. Il se dit alors que ses parents ne pourraient s’empêcher de pleurer à son enterrement et toute l’énergie qui lui restait se dissipa dans un sourire attendri. Une voix chuchota au fond de sa tête. – Tu sais, Hugo… Il faut du temps pour apprendre à quitter… »

« – Allons, petit ! Ne comprends-tu pas que la mort est supérieure à la vie ? – L’être humain fait honte aux étoiles. Quel regret y-a-t-il à cesser d’en être un ? – Quitter la boue, ce théâtre de fous, mérite-t-il vraiment d’éprouver de la peine ? – Songe aux félicités qu’offre le repos éternel ! – Plus de gerçures aux lèvres, ni de dents cariées ! – Plus de piqûres d’abeille, ni de genoux écorchés ! Assis chacun à l’extrémité d’une planche fixée en équilibre sur une tombe, Poudevigne et Dame Betti se balançaient en riant à gorge déployée. – Sans compter qu’un mort peut jouer au tape-cul durant des siècles sans jamais avoir mal au derrrière ! S’écrie la vieille dame. Hugo se releva en leur jetant un regard de lassitude. – En fait, vous êtes juste complètement tarés! »

Hugo de la nuit, roman de Bertrand Santini, à partir de 12 ans, Grasset Jeunesse, Avril 2016 —

Publicités

9 réflexions sur “Hugo de la nuit – Bertrand Santini

  1. Il est très intriguant ce livre, il semble y régner une atmosphère mystique avec beaucoup de profondeur. Déjà, la couverture à elle seule rend bien le ressenti que j’éprouve en lisant ton superbe billet…
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s