La poésie du jeudi avec Marcel Proust

Chopin

 Chopin, mer de soupirs, de larmes, de sanglots
Qu’un vol de papillons sans se poser traverse
Jouant sur la tristesse ou dansant sur les flots.
Rêve, aime, souffre, crie, apaise, charme ou berce,
Toujours tu fais courir entre chaque douleur
L’oubli vertigineux et doux de ton caprice
Comme les papillons volent de fleur en fleur ;
De ton chagrin alors ta joie est la complice :
L’ardeur du tourbillon accroît la soif des pleurs.
De la lune et des eaux pâle et doux camarade,
Prince du désespoir ou grand seigneur trahi,
Tu t’exaltes encore, plus beau d’être pâli,
Du soleil inondant ta chambre de malade
Qui pleure à lui sourire et souffre de le voir…
Sourire du regret et larmes de l’Espoir !

Marcel Proust, Les Plaisirs et les Jours, Portraits de peintres et de musiciens 1896

lapoesiedujeudi

 

Publicités

19 réflexions sur “La poésie du jeudi avec Marcel Proust

  1. Les nocturnes de Chopin, qui tournent en boucle ici quand je cherche de la concentration!
    Un poème (magnifique, mais est-il nécessaire de le dire) que je ne connaissais pas!
    Merci Nadège!
    Bises

  2. Plus je te lis et plus je me retrouve dans ton blog.
    Chopin est un artiste que j’aime et ses « Nocturnes » me bouleversent. Une amie m’a offert un double album, tu me donnes envie de l’écouter en bossant…
    Quant à Proust, évidemment, il mérite qu’on s’attarde sur ses écrits, surtout que ses fulgurances poétiques sont moins mises en avant (à mes yeux) que ses prouesses narratives.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s