Billet d’humeur : plagiat

Ceux qui me suivent savent que je suis une blogueuse plutôt discrète. Mon blog va bientôt fêter ses 5 ans, et j’éprouve toujours énormément de plaisir à partager mes lectures. Je suis loin d’être « populaire » dans la blogosphère mais je pense y avoir ma place.

Hier, je tombe sur un billet d’un album jeunesse que j’ai moi-même chroniqué une dizaine de jour auparavant. Je commence à le lire et voilà que des mots m’interpellent : normal, ce sont les miens!! En colère, j’écris un commentaire en bas de l’article concerné. Commentaire qui disparait en quelques minutes!

Je reçois alors un mail…

Étant donné que cette personne s’est empressée de jeter mon message à la corbeille, je ne me priverais pas de vous faire part de ses mots :

« Bonjour Nadège,
j’ai en effet lu ton billet sur La mer est ronde. Ces mots m’ont interpellée. En rédigeant mon billet, je les ai repris, malencontreusement. Je m’en excuse. 
 
Si on veut parler plagiat pour quelques formules, parlons-en. Il m’est arrivée à maintes reprises de lire des phrases entières de mes billets sur d’autres blogues. Et je ne parle pas des photos que je prends, qui sont reprises sans mention de ©. (De la même façon que je repique des photos sans toujours mentionner les ©.) Je ne cris pas au loup pour autant… 
 
Il faut savoir choisir ses batailles, et j’en ai des plus importantes et fondamentales à gérer. À la limite, comme j’ai tendance à prendre les choses du bon côté, ça me flatte. Je me dis que ma modeste plume parle à certains et que mes photos sont finalement assez biens pour être piquées! »
Marie-Claude  » (du blog Hop sous la couette)
Alors comme ça, je crie au loup, chère Marie-Claude ! Et bien, je suis curieuse d’avoir l’avis de la blogosphère à ce sujet… Et que dire de cette façon que vous avez de vous dérober en retournant la situation en votre faveur…!
Advertisements

56 réflexions sur “Billet d’humeur : plagiat

  1. Elle aurait ete tellement elegante si elle avait laisse ton commentaire et l’avait legitime en s’excusant. Une solution simple et honnete. Mais sa facon de te dire de ne pas faire de remous, car il y a d’autres urgences dans ce monde, on peut le lui retourner : as-tu pense a ces urgences quand tu as plaggie les mots de Nadege ?
    Il ne s’agit donc ici que de mauvaise foi.

    Ps : en passant, elle pourrait aussi s’acheter un Bescherelle… 😀

    1. Le fait qu’elle détruise mon commentaire m’a vraiment énervée! Quant au mail, je l’ai trouvé condescendant. Malgré ses excuses – pfff… ce « malencontreusement »…, elle contourne le problème en me faisant part du plagiat dont elle souffre elle-même, ben voyons!! Et pour finir, me parle de batailles à choisir dans la vie… consternant! Merci de ton soutien.

  2. Responsable,un peu, mais pas coupable….tout ça est minablement détestable et le plagiat et la réaction de la plagiaire . Nous vivons des temps cyniques ,il faut se blinder ! Bonjour Nadége Gérard Calisti ,éditions Notari

    1. Oh, j’ai bien conscience de me battre contre des moulins à vent… mais c’est pas pour cela qu’il faut fermer les yeux! Il est important d’en parler. Si je prends plaisir à écrire mes chroniques, j’y passe du temps, je pèse mes mots, je tente de faire passer l’émotion que j’ai ressenti à la lecture… dans le seul désir de partager. Alors quand je lis mes mots sur le billet d’un autre blog (qui fait donc le même « job » que moi) ça me révolte. Surtout qu’il s’agit d’un album jeunesse, il faut cruellement manquer d’imagination pour aller chercher chez d’autres une once d’inspiration!! Merci de votre soutien.

  3. Coucou Nadège
    Effectivement comme le souligne Rebecca et Gerardo Callisto, c’est loin d’être élégant! Et je comprends que cela t’énerve! Ta réaction était légitime. Son comportement est déloyal (et en plus, elle essaie de te faire culpabiliser)! Lorsqu’elle te cite, elle se doit citer ton nom d’auteur et pourquoi pas ton blog (bref, ce qu’on ferait tous dans ce cas là!). En plus, elle ne dément même pas t’avoir recopiée! Je suis bien désolée…Un rappel des règles en vigueur, peut-être? Enfin, c’est ce que tu as sûrement déjà fait!

    1. Et oui, l’élégance se perd de nos jours… Ce n’est pas la première fois que l’on me plagie et je ne m’habitue pas! Je sais que cette pratique navrante est courante, mais il est important de la signaler. C’est trop facile de s’approprier les mots des autres!

  4. Bon, je pense que tu connais mon sentiment sur la question mais je vais donc l’écrire à nouveau.

    1) J’exige que cette jeune femme retire dans sa chronique tous les mots piqués à la tienne. Vue son orthographe, je ne serais pas surprise qu’il ne lui reste qu’une ligne personnelle.

    2) Je fais partie des personnes qui « piquent » des photos pour illustrer mon article et je souligne systématiquement la provenance des dites images (ce ne sont jamais des photos personnelles), par respect pour le blogueur prêteur et par déontologie (ce que ne semble pas avoir cette demoiselle). Et je n’hésiterais pas à supprimer une des images de mon blog, si l’auteur(e) était choqué(e) de la reprise d’une de ses œuvres par moi.

    3) Même si à proprement parler, il n’y as pas règle clairement énoncée sur la blogo littéraire, il me semble que pour la variété rédactionnelle de chroniques sur un même ouvrage, chacun doit exprimer sa voix sans copier celle des autres, sinon je ne vois pas l’intérêt d’une redite écrite.

    4) Les blogueurs copieurs sont souvent ostracisés et ferment leur univers tout trafiqués. Je m’en vais de ce pas lui dire ce que j’en pense.

    Je t’embrasse

    1. Notre chère blogueuse a bien reformulé ses phrases et a ôté les passages explicites. Tu as donc bien fait de râler et de rédiger ce billet, histoire de remettre les pendules l’heure d’éventuels resquilleurs.

      1. Je viens d’aller voir et elle n’a rien supprimé du tout « Malgré la distance, ils s’aiment. Malgré l’absence, ils s’aiment. » des illustrations « aux rondeurs généreuses et solaires ». Cela peut paraître futile pour certains, ce ne sont que quelques mots mais ce n’est pas anodin… J’encourage tout le monde à « râler » comme tu dis pour se faire entendre, ce n’est pas normal de se faire « voler » des mots!!

    2. Ah je te reconnais bien là, ma Philisine…! Tu sais, il m’en faut beaucoup pour m’énerver, mais là, ça m’a vraiment heurtée… Et ce mail, quelle condescendance! Évidemment qu’il y a des choses plus graves dans la vie, qu’il y a d’autres batailles à mener, mais celle-ci a son importance. On m’a déjà plagiée et on ne s’habitue pas à cela. Il ne me viendrait pas à l’idée d’aller prendre les mots d’autrui pour les placer dans mes billets. Il est où son esprit critique à cette dame? Et puis, sa façon de se plaindre du plagiat fait à son encontre… Pfff ça me navre. Si l’album jeunesse en question ne l’inspire pas, elle n’écrit pas de billets, c’est aussi simple que ça! Ah ben oui mais c’est que si elle n’écrit pas de billets régulièrement, son lectorat va baisser… et elle écrit de si « beaux billets » (on lui dit souvent dans ses commentaires)… mais sont-ce ses mots, permettez-moi d’en douter désormais… Je t’embrasse Philisine et merci de ton soutien.

      1. Non, ce conflit n’est pas anodin. Il s’agit de protection de la propriété intellectuelle numérique. À mon avis, elle va trasher mon message mais je vais continuer à lui nuire si elle perdure dans sa bêtise. Bises

  5. Je suis outrée comme toi… Et il est impossible dans son cas de plaider que les mots qu’elle a trouvé sont les mêmes que les tiens, par coïncidence ou par communion de pensée ! J’ai déjà fait le test, en tapant dans google une suite de sept ou huit mots qu’on a écrit, et même lorsqu’ils paraissent anodins, peu originaux, on retombe directement sur son propre billet et aucun autre ne contient exactement les mêmes formules. Je regrette aussi que Marie-Claude soit tombée dans ce travers pour ramasser à bon compte des compliments faciles ! Et sa justification ne fait que l’enfoncer, malheureusement. On se rend compte qu’on connaît bien peu les gens au travers des réseaux sociaux.

    1. L’histoire aurait pu s’arrêter hier soir si elle avait répondu à mon commentaire avec sincérité. Mais, le fait d’avoir supprimé ce commentaire m’a mise en colère et ce mail plein de condescendance… je ne pouvais pas laisser passer ça!

  6. « Hop sous la couette » ou comment se cacher la face sous l’édredon……!!!

    « Je m’en excuse »……………………… Quelques mots, quatre au total pour être plus précise, étouffés (pour ne pas dire agonisants!) à travers un discours de mots ridicules qui empestent sous la couette (POUAH!!!! Ça pue en maudit sous la couette, normal ça pète plus haut qu’le trou!!!) et qui dégagent une odeur nauséabonde de vanité, de lâcheté, de banalisation d’une évidence pour la retourner en sa faveur, de rehaussement de soi, d’arrogance, de mépris, de fuite (Ahhhhh…. mais parlant de fuite… ne dit-on pas que l’agneau court plus vite que le loup?). Justement, parlant du loup, celui sous la couette on s’entend. Il ne s’est pas gêné pour « crier » au loup et à la défense de son enclos! Territoire, enclos… enfin, je n’sais plus, j’en perds mes mots…

    Alors on murmurait quoi encore sous la couette? Ah oui… « Je m’en excuse ». Vous ne pourriez pas parler plus fort, pffffff je deviens sourde en vieilissant, c’est fou!… Eh Oh, sans crier quand même… (et encore moins au loup je vous en supplie). Ce serait « malencontreux »… Malencontreusement……… pffff elle est bonne celle-là…….

    Je t’appuie dans ta colère ma Nadège, c’est inadmissible!

    © Nad (qu’on vienne pas me piquer mes mots et les mettre sous la couette!)

    1. Merci de ton soutien ma Nadine! Merci pour tes mots percutants, drôles et si lucides… Pour l’instant, aucun mouvement sous la couette… se cacherait-elle? Je t’embrasse.

  7. Chère Nadège, je comprends ta colère et ce qui la justifie. je suis très déçue par l’attitude de Marie-Claude que j’ai suivi jusque là avec grand plaisir. Mais la réponse qu’elle te donne est si loin de l’image qu’elle donne sur son blog plein de douceurs. Je n’en reviens pas ! Je me demande toujours comment certains peuvent publier autant de billets souvent de qualité. Le plagiat fait-il partie de la réponse ?
    Je te souhaite de ne pas rester en colère trop longtemps parce que ça rend malheureux et que le dialogue avec celle-ci s’établisse.
    Allez, haut les coeurs !

    1. Je connaissais peu ce blog mais j’avais lu quelques billets « bien tournés’, je l’avais donc mis dans mes favoris. Si elle avait répondu sincèrement à mon commentaire sous son billet, la page serait tournée… mais le supprimer et m’envoyer ce mail m’a vraiment heurtée : voilà tout ce que je déteste : arrogance et mépris.
      Je ne suis plus en colère, je vois que je suis épaulée et ça me fait chaud au coeur. Je t’embrasse.

  8. Tu as tout à fait raison d’être en colère. Dans la folle course de leur vie, les gens perdent parfois leurs repères et en arrivent à faire des choses contraires à leurs convictions originelles. C’est triste pour eux, surtout quand ils ne voient pas la situation avec objectivité. Entre une peinture copiée et une peinture originale, on préfèrera toujours l’œuvre originale. Continue donc d’écrire tes chroniques de qualité …et originales =)

    1. Merci de ton soutien, Andrea. Oui, je pense que ma colère est légitime. Le discours qu’elle tient est détestable. Je pense qu’elle s’est laissée submerger… dans sa « course folle » comme tu dis. Le besoin d’être populaire à tout prix, d’avoir des bonnes statistiques, de nombreux commentaires… c’est grisant pour certains… mais le temps est compté, alors le plagiat est une alternative.

  9. Je te soutiens de tout coeur dans cette affaire de plagiat qui n’est malheureusement pas la première dont j’ai écho.
    Je m’interroge sur l’intérêt d’entretenir un blog lecture si c’est pour recopier des avis glanés par ci par là. Quel intérêt, quel plaisir ressent le plagieur ?

    Son message est pour le moins condescendant et tu fais bien de réagir.

    Bonne continuation à toi !

    1. Il y a régulièrement des affaires de plagiat sur la blogosphère littéraire… c’est la course à la popularité! Écrire un blog est chronophage, tenir la cadence de 3 ou 4 billets de lectures par semaine est difficile… il n’est plus question de plaisir pour ces gens-là, ils entrent dans une sorte de compétitions… lire beaucoup, relayer leurs impressions, et leur vie (travail, enfants…). Le plaisir et la spontanéité du début s’estompent forcément, mais pour eux les statistiques sont leur baromètre… alors piquer les idées des autres leur fait gagner un temps fou!
      Merci de ton soutien.

  10. Bonjour, Quel manque de panache de la part de cette personne. Justifier son erreur en disant que tout le monde plagie ! C’est odieux les personnes responsables qui rejettent la faute sur les victimes. Il y a plus grave dans la vie mais ce type de réaction est inquiétant.
    Longue vie à ton blog. 😀
    J’ai réagi sur la page de cette blogueuse indélicate.

    1. Oui, elle a retourné la situation. Je l’accuse de plagiat et elle minimise en me faisant presque culpabiliser! Un discours odieux, je suis d’accord. Merci de ton soutien. Elle a bloqué ses commentaires sur son blog…

  11. Ce n’est pas que je cherche pas à me défiler, loin de là. Je vous reviens dimanche avec une explication et des excuses, ainsi qu’un billet sur mon blogue. Nadège, tu peux stp me retourner ton commentaire? Je vais le publier, ainsi que celui de Philistine. Merci.

    1. @Marie-Claude : comme Nadael, je te demande juste de retirer les remarques de ta chronique qui ne sont pas les tiennes. Tu es capable apparemment de beaux billets, tu n’as pas besoin de copier sur les autres, point barre ! Les excuses, c’est bien ; les faits c’est mieux !!!!! Mon pseudo est Philisine Cave mais si tu veux m’appeler autrement, pas de problème !

    2. Marie-Claude, je vais de ce pas remettre mon commentaire sous ton billet. (J’avais fait une captation de l’écran avec mon commentaire, je te le donne donc à l’identique).

  12. Nadège et Philisine Cave: je vais de ce pas retirer les mots empruntés à Nadège sur mon billet. Et je vous reviens dimanche sur mon blogue. J’ai publié vos commentaires. (Je n’ai pas reçu de commentaire de Sandrinelit. Je le publierai lorsque je le recevrai.) Je compte expliquer les faits, m’excuser en bonne et due forme sans minimiser les faits et sans condescendance (J’ai bien des défauts, mais la condescendance n’en fait pas partie.) Nadège, mon commentaire par mail n’avait pas pour but de te blesser ou de chercher à te culpabiliser. Je suis désolée si mes mots ont été reçus ainsi. Merci pour votre franchise. Vos mots sont sans pitié et je les accepte. Sachez que je suis de bonne foi et que j’agirai en conséquence.

    1. Marie-Claude, j’attendais vraiment une réponse alors cela m’apaise vraiment de lire tes mots. Comme je l’ai dit plus haut, le fait que tu supprimes mon commentaire m’a heurtée, si tu m’avais répondu à ce moment-là sur ton blog, j’aurai tourné la page. J’ai bien noté que tu t’excusais dans le mail mais tu en a rajouté en te posant en « victime » de plagiat également alors je n’ai pas compris, cela m’a agacée… voilà pourquoi j’ai publié ton mail ici. Je viendrai donc dimanche sur ton blog lire ton billet à ce sujet.

      1. Tes mots m’apaisent aussi, Nadège. Je me sens vraiment mal. Tu es bien placée pour savoir tout le temps et le travail qu’exigent un blogue. Et comme toi, je mets beaucoup d’énergie dans le mien. Tous ces commentaires me donnent une leçon: mon manque de temps ne doit pas affecter mon manque de vigilance (tu comprendras mieux ce que je veux dire dimanche) Je ne suis pas une victime. Tu es la victime. Je suis coupable. Je ne cherche pas à retourner la situation à mon avantage. Au risque de me répéter, je prends tous les torts. Et une fois de plus, je m’en excuse sincèrement. Mes mots sont sincères. Tu pourrais en douter et ce serait légitime. Mais ils le sont. J’ai supprimé du billet les mots plagiés. J’ai aussi ajouté ton post et celui de Philisine Cave dans les commentaires. J’y reviendrai dimanche. J’ai aussi sorti mon Bescherelle de la bibliothèque. Si je peux faire autre chose, fais-le moi savoir. À dimanche, Nadège.

    2. @Marie-Claude : en ce qui me concerne, le fait que tu aies supprimé les expressions reprises de Nadael est la réparation de ta faute, du moins ce que je te demandais en tant que membre de la blogosphère. Après, si tu as besoin d’un billet dominical pour dire les choses, si cela te soulage , je n’y vois aucun inconvénient (après tout, tu es quand même libre d’écrire sur ton ressenti de l’affaire sur ton blog, non ?). Si mes mots ont été violents à ton encontre, je te présente par avance mes excuses. Je ne sais pas être mesurée quand une affaire me choque. Maintenant, la suite vous appartient (à toi et à Nadael). Je sors donc à petits pas de cette conversation.

  13. Je sais à quel point tenir un blog est chronophage, il faut apprendre à lever le pied, faire des pauses, s’accorder du temps et surtout rester dans le plaisir. On est des passionnés de lecture ici, on n’est pas des « bêtes de concours », on n’est pas dans une compétition. On est là pour partager ce qu’on aime, ou ce qu’on n’aime pas d’ailleurs. À dimanche donc!

    1. Marie-Claude, mon commentaire final à cette aventure étant en « attente d’approbation » sur votre blog, je le publie ici :

      « Quels flots de paroles, Marie-Claude! N’étant pas un poisson, j’ai peur de m’y noyer alors je vais essayer de faire vite pour regagner la berge. Il te suffisait, à la lecture de mon commentaire – ma colère était légitime – d’ôter de ton billet les mots incriminés, et l’histoire se serait terminée là. Si tu avais vraiment manqué de temps, tu ne l’aurais pas pris pour m’envoyer un mail d’une dizaine de lignes!! Supprimer mes mots ne t’aurait pris qu’une poignée de secondes… Alors, ce qui s’est passé après… tu as tendu le bâton pour te faire battre! Sur ce, en ce qui me concerne, le chapitre est clos, la page est tournée mais rien n’est oublié.  »

      Ah le pouvoir des mots… et me reviennent ceux de Victor Hugo :

      « Car le mot, qu’on le sache, est un être vivant.
      La main du songeur vibre et tremble en l’écrivant ;
      La plume, qui d’une aile allongeait l’envergure,
      Frémit sur le papier quand sort cette figure,
      Le mot, le terme, type on ne sait d’où venu,
      Face de l’invisible, aspect de l’inconnu ;
      Créé, par qui ? forgé, par qui ? jailli de l’ombre ;
      Montant et descendant dans notre tête sombre,
      Trouvant toujours le sens comme l’eau le niveau ;
      Formule des lueurs flottantes du cerveau.

      Oui, vous tous, comprenez que les mots sont des choses.
      Ils roulent pêle-mêle au gouffre obscur des proses,
      Ou font gronder le vers, orageuse forêt.
      Du sphinx Esprit Humain le mot sait le secret.
      Le mot veut, ne veut pas, accourt, fée ou bacchante,
      S’offre, se donne ou fuit ; devant Néron qui chante
      Ou Charles-Neuf qui rime, il recule hagard ;
      Tel mot est un sourire, et tel autre un regard ;
      De quelque mot profond tout homme est le disciple ;
      Toute force ici-bas a le mot pour multiple ;
      Moulé sur le cerveau, vif ou lent, grave ou bref,
      Le creux du crâne humain lui donne son relief ;
      La vieille empreinte y reste auprès de la nouvelle ;
      Ce qu’un mot ne sait pas, un autre le révèle ;
      Les mots heurtent le front comme l’eau le récif ;
      Ils fourmillent, ouvrant dans notre esprit pensif
      Des griffes ou des mains, et quelques-uns des ailes ;
      Comme en un âtre noir errent des étincelles,

      Rêveurs, tristes, joyeux, amers, sinistres, doux,
      Sombre peuple, les mots vont et viennent en nous ;
      Les mots sont les passants mystérieux de l’âme… » (extrait des Contemplations)

  14. Bravo chère Nadège pour ce message clair et vibrant, apaisant. Chapeau pour le poème de Victor Hugo qui s’inscrit parfaitement dans cet épisode épique !
    😀📚📗📘📙📗📕📓📔📓😀

  15. eh bien ! Je te suis et je suivais aussi Marie Claude, je pense que dorénavant j’aurai toujours un doute sur ses billets, dans un coin de ma tête, même si elle s’est excusée…

  16. Bonjour !
    De passage sur la blogo dont je me suis éloignée depuis un moment, je tombe sur ce billet qui fait vraiment réfléchir… Décidément, la malhonnêteté de certain(e)s est sans borne. Enfin, la pauvre ne se montre pas à son avantage. Cela veut dire qu’elle n’est pas capable de rédiger sans « pomper » sur les autres… Voilà un blog que je ne connaissais pas et que je j’éviterai au possible à l’avenir. Cela montre aussi combien le « personnage » que l’on peut se construire sur le net peut être bien éloigné des pratiques douteuses que la personne met en pratique.
    Je te souhaite de joyeuses fêtes, en espérant que cette vilaine affaire est déjà oubliée 😉
    Margotte

    1. Ce n’est pas la première fois que je suis victime de plagiat… alors j’ai eu envie de réagir! Je te souhaite de très belles fêtes de fin d’année en espérant te revoir bientôt sur ton joli blog.

  17. J’ai lu rapidement tous les commentaires. Je suis assez sidérée… Comme la plupart des autres blogueuses je pense, je fais toujours très attention à écrire mon billet avant de rechercher les autres liens sur le même titre… La spontanéité est la clé ! Et rien ne justifie le plagiat.

    1. Tout à fait d’accord avec toi, je ne comprends la raison du plagiat dans notre activité de partage de lecture… je vois pas l’intérêt (hormis le besoin irrésistible d’être populaire donc de publier souvent).

  18. J’allais écrire que sa réponse était franchement malhonnête et j’ai vu le commentaire où elle reconnaît ce qu’elle a fait, c’est au moins ça ; mais ça reste déplaisant sur le fond et désinvolte. Si on n’a pas le temps de faire un billet sincère soi-même, il faut lever le pied, ce n’est qu’un blog. Et lorsque j’emprunte des photos sur un blog, je demande souvent la permission avant, et à défaut je mentionne toujours ma source quand je la connais. C’est le B.A. BA de la politesse et du vivre ensemble.

    1. Oui, elle m’a fait ses excuses mais a mis deux jours pour ôter les phrases plagiées sur son blog… On a un blog littéraire pour partager nos impressions de lecture, où est l’intérêt de voler les phrases des autres…

  19. A quoi peut bien servir de plagier ? Le blog, c’est une affaire de passion, de partage, d’échange. Il n’y a pas de véritable enjeu.
    J’aurais été très en colère moi aussi.
    Enfin, moi, on m’a piqué mon nom de blog dans mon dos, acheté le nom de domaine et profité de la confusion… J’ai dû changer de nom de blog, de plate-forme etc. Et la personne n’a pas été plus convaincante que ta plagiaire dans ses justifications…

    1. Idem. Cette situation me dépasse complètement. Je ne comprends pas où est l’enjeu… Je vois que tu as vécu une sacrée aventure aussi! Ce qui est sûr, c’est qu’il faut dénoncer ce genre de pratique. Ce n’est pas la première fois que l’on me plagie, là, c’était la fois de trop.

  20. Une demoiselle peu scrupuleuse (qui n’a pas de blog mais une page FB) reprend régulièrement dans son « Moi après mois » (qu’elle se garde de relier à mon blog soit dit en passant) des expressions ou des phrases que j’ai pu écrire. J’étais écœurée lorsque j’ai découvert cela. Quand on sait que cette personne est une « collègue » et thésarde de surcroît, je peine à m’expliquer l’éthique de cette demoiselle dans son travail de recherche. C’est affligeant et je comprends tout à fait ce que tu as pu ressentir.

  21. Je ne connaissais pas ce blog. Un même mot, voire deux, dans des notes de lectures différentes, ça peut le faire même si la langue française est vaste. Mais les mêmes expressions, les mêmes groupes de phrases, c’est une honte, sans parler de la façon désinvolte et désobligeante dont la blogueuse a répondu…

    1. Elle avait littéralement repris deux expressions mot pour mot. Et ce qui m’a le plus touchée, c’est qu’elle s’est immédiatement posée en « victime » en justifiant qu’elle était également plagiée régulièrement et qu’elle n’en faisait pas autant de bruits que moi. J’ai trouvé ça odieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s