Gabbin – Aurélien Loncke

GabbinLa nuit, par-dessus les toits, on peut voir Gabbin, un gamin des rues, sauter et virevolter en quête d’une fenêtre ouverte. Orphelin, le garçon vit de petits larcins. Le jour, il arpente les rues de la ville, parle à tout le monde, contemple les arbres et les oiseaux. Léger comme l’air et malin comme un singe, il avance dans la vie le sourire aux lèvres. Gabbin, c’est un peu Gavroche…

Mais par une nuit d’hiver, froide et neigeuse. L’enfant assiste à une scène tragique. En équilibre instable sur le toit d’en face, il voit à travers une fenêtre éclairée un homme tuant une femme avec un révolver… Et Gabbin a le malheur de croiser le regard de l’assassin. S’ensuit une course poursuite dans les rues de la ville, une véritable cavalcade à pied, à bicyclette, à bord d’une caisse à roulettes et même d’un fiacre…

Roman d’aventures et de péripéties, on est plein d’empathie pour le courageux héros. Les phrases défilent à toute allure, pas de temps mort, pas le temps de réfléchir, on est au côté de Gabbin à chaque seconde. Et puis arrive Birvoul, l’ami de Gabbin et les dialogues fusent. Malgré le rythme soutenu et les lumières de la ville, la nature est toujours présente : les oiseaux volent à tire-d’aile, les arbres frissonnent, les flocons de neige tombent inlassablement, le vent souffle fort, le brouillard s’installe. Quant aux mots, ils virevoltent – comme Gabbin – tantôt familiers tantôt poétiques. Le suspense plane au fil des pages jusqu’au dénouement beau et inattendu.

Le personnage de Gabbin est magnifiquement croqué : fougueux, joyeux, curieux, fûté, malicieux et contemplatif. On ne peut que l’aimer !

« Léger comme une traînée de poussière, il s’aventura sur la tête des immeubles voisins, allant tout en souplesse de flaques d’ombre en taches de lune, d’angles aigus en angles droits, de lucarnes en cheminées. Ah ces cheminées… Rectilignes, tordues, terminées ou non par une mitre en fer pointue, la plupart suffisamment larges pour le Père Noël et certaines juste assez pour ses lutins. Il y en avait partout, des avenues entières, et toutes effleuraient les étoiles du bout de leur fumée. »

« Suite à cette chute, il roula deux fois dans la neige. Son manteau prune blanchit. Ses joues vertes aussi. Mais l’assassin rattrapa vite son retard : ses jambes étaient longues et ses foulées, immenses. Plus loin, mais pas beaucoup plus loin, Gabbin traversa l’avenue Alfred-Charlot et son enfilade d’échoppes. Vent dans le dos, il longea le cinéma, la librairie, la boutique de marionettes. À son passage éclair, un arbre frissonna, deux compagnies de pigeons s’envolèrent, un fifre accéléra le tempo et joua allegro. Quinze enjambées plus tard, passant devant des boulangeries, des charcuteries, des confiseries, il emporta avec lui, piégés dans ses guenilles de laine, des parfums de sucre et de sel. (…) Ses jambes qui pédalaient dans le vide, ses bras qui ramaient à une cadence folle, et tout le reste du corps qui tremblotait… Il tomba des nues d’abord, à la renverse ensuite, mais pas dans les pommes. Flûte ! Au jeu du chat et de la souris, Gabbin la souris gagna cependant quelques miettes de terrain qu’il faillit perdre au coin de la rue. »

Autre livre lu d’Aurélien Loncke : La bande à Grimme

Livre reçu en Service de Presse.

Gabbin, roman jeunesse d’Aurélien Loncke, dès 9 ans, Collection Neuf, L’école des loisirs, Septembre 2015 —

Publicités

12 réflexions sur “Gabbin – Aurélien Loncke

  1. La bande à Grimm me tente depuis longtemps, je commencerais sans doute par leur premier tome, mais je retiens celui ci aussi, on dirait que la magie a opéré et j’aime beaucoup les extraits. Je pense qu’il pourrait plaire à Petitdernier… Bon dimanche Nadael

    1. Mon fils avait aimé La bande à Grimm, l’atmosphère, la bande copains, de la fantaisie. Les romans de Loncke ne tombe jamais dans le pathos, pourtant il évoque des gamins des rues. Gabbin est un petit roman d’aventures, lumineux.

  2. Je vois que ce livre est pour les 9 ans et plus, un livre à suspense qui file à toute allure et que pourrait aimer mes garçons qui s’intéressent de plus en plus à ce genre d’histoire qui tient en haleine ! Il a l’air vraiment bien…
    Je t’embrasse xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s