Mauvais fils – Raphaële Frier

mauvaisfils

Mettre autrui dans une case et lui apposer une étiquette ; une habitude chez certains, une véritable manière de vivre, une règle qu’ils suivent à la lettre. « Homosexuel » fait partie de leurs nombreuses « catégories ». Quant à ces dernières, elles sont placées dans deux ensembles qu’on pourrait appeler, pour aller vite, le bien et le mal. Les bons et les mauvais… en l’occurence ici le mauvais fils. Mauvais parce qu’il s’est détourné de la route tracée par ses parents, il a dépassé la ligne de la normalité (selon eux). Car ces gens-là vivent en noir et blanc, les nuances les effraient, les déstabilisent.

Ghislain a dix-huit ans, il redouble sa terminale, le lycée l’insupporte, son avenir est nébuleux. Il habite avec ses parents, gentils mais taiseux – pas de fratrie – dans un appartement, confortable mais triste. Père et mère se disputent pour un rien, et s’ennuient de tout. Une vie insipide dans laquelle Ghislain, englué, tente de sortir désespérément. Il doit leur parler, mettre des mots sur une chose qu’il ne saisit pas encore complètement : son homosexualité.

Le jeune homme redoute le moment de la révélation, connaissant d’avance la réaction de son père. Alors il fait le dos rond, tentant de renvoyer l’image du bon garçon. Il écoute sans réagir les déclarations sexistes de son père, se laissant même embarquer dans une pseudo-formation en électricité, un métier d’homme… Parallèlement, il se rend dans des bars gays… Jusqu’au jour où il se confie enfin avec le vague espoir d’être compris. Tolérance zéro, son père le met dehors. La suite, Ghislain va donc la composer lui-même. En étant ludide sur les difficultés qui l’attendent, il avance et déroule sa propre voie.

Un roman à la première personne, un cheminement intérieur, une prise de conscience, une écriture alerte et percutante. Un roman nécessaire pour ouvrir les esprits.

« Mon père aussi il m’emmerde, avec sa manie de s’adresser à moi « entre hommes ». Ça me fout mal à l’aise. Chaque fois je vire au rouge, jamais dedans, toujours à côté, forcément décalé. L’autre jour par exemple, il m’a tapé dans le dos – geste paternel – avant de m’entraîner vers le tableau électrique de l’appartement en me disant : « Je vais t’apprendre ce que tu devras savoir faire quand t’auras ta maison. Parce que tu comprends, ce genre de travail, c’est masculin ! Les femmes, elles sont plus à l’aise que nous avec les casseroles, mais elle bitent rien à l’électricité. » Et puis il s’est marré. »

« – C’est bon. Tu peux rester. T’inquiète. Je m’en fous que tu sois pédé, mais tu me cherches pas, c’est tout ! Je reste sur place, reprenant mon souffle, soulagé mais encore honteux. – C’est bon, arrête de flipper, je vais pas te bouffer ! Continue Mounir. Mais tu ne me branches plus, OK ? Faut que t’ailles voir ailleurs pour ça. Il aurait pu me mettre une beigne, me foutre dehors ou pire, se marrer. N’empêche, j’aime pas le « ça » qu’il vient de prononcer. On dirait que j’ai un truc dégueu ou malade sur moi. Quelque chose qu’on peut pas nommer, qu’on préfère appeler « ça ». »

« C’est vrai, ça change quoi que je suis avec un mec ? Pas de trousse de maquillage, pas de petit panier rempli de barrettes ou de bijoux, on s’en fout non ? Y a quand même deux brosses à dents dans le même verre, y a deux oreillers sur le lit, deux pointures de chaussures, pourquoi on n’appellerait pas ça un couple aussi? »

Autre livre lu de l’auteure : Je vous présente Gaston

Livre reçu en Service de Presse.

Mauvais fils, roman de Raphaële Frier, dès 13 ans, Éditions Talents Hauts, Collection EGO, Août 2015 —

Publicités

8 réflexions sur “Mauvais fils – Raphaële Frier

  1. “Un roman nécessaire pour ouvrir les esprits”, oh que oui!!! L’humain (sans généraliser) est capable des pires jugements! Tout ça, comme tu dis, soit parce qu’ « il s’est détourné de la route tracée par ses parents » ou encore parce que l’humain est parfois incapable de s’abstenir de préjugés. Il méprise ce qui l’effraie, ignorants sont les hommes (les humains) trop souvent! Moi ça me révolte complètement. Ce doit être terrible pour un garçon comme Ghislain de faire face aux propos sexistes d’un père macho. Ah il me tente ce livre, beaucoup beaucoup! ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s