D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

daprèsunehistoirevraie-1VERTIGINEUX, voilà le mot qui m’est venu à l’esprit après cette lecture du dernier roman de Delphine de Vigan. Puis dans son sillage sont arrivés les autres : un rythme effréné, une trame dévorante, des personnages équivoques, des situations de duplicité, de dissimulation et de manipulation, des comportements effrayants, des réactions surprenantes, une atmosphère oppressante et tendue, une écriture sur le fil oscillant entre le dedans et le dehors, l’intime et le regard de l’autre. De toute part transpire le suc du livre : une reflexion sur le Vrai, le Faux, l’Inventé, le Travesti, le Semblant, l’Arrangé, la Vérité, la Justesse. Et en filigrane apparaît le travail de l’écrivain : l’inspiration, le cheminement de la pensée, la longue activité de recherche, l’enchevêtrement des idées, la crédibilité des êtres de papier, la manière de leur apporter une consistance, le façonnage d’une histoire avec ses différents mouvements, ses rebondissements, ses retombées, la complicité de l’auteur avec le lecteur mais également l’influence de l’un sur l’autre… la gestion d’un succès littéraire, le blocage, la panne, la fuite, le retranchement…

À peine entré dans le livre, sitôt attrapé. On est ferré dès les premières lignes. Le « Je » qui s’annonce d’emblée nous cueille ; il s’avance à découvert : c’est Delphine, l’auteure. Déstabilisée par le succès de Rien ne s’oppose à la nuit, son dernier roman largement autobiographique, elle nous fait part de sa difficulté à continuer d’écrire. On la lit, on la comprend, on est en pleine empathie… et voilà que se profile la rencontre avec L., une jeune femme à la beauté fascinante, au sourire ensorcelant, au regard intelligent. Elégante et séduisante, elle pénètre dans la vie de Delphine avec une aisance déconcertante. Elle se fait une place de choix dans sa bulle, prend possession du vide. Profite de sa fragilité, de son engourdissement. Elle s’immisce dans toutes les failles. Jusqu’à l’emprise. Jeu de miroir, apparences trompeuses. Auteur, personnage, lecteur, qui tombe sous le joug de l’autre ?

Pas un mot de plus, je ne dirai. C’est un livre à savourer, seul. Etourdissant et brillant. Vous êtes prévenu, ce roman est VERTIGINEUX.

« Les gens, comme tu dis, ont peut-être besoin que ça sonne juste. Comme une note de musique. D’ailleurs, c’est peut-être ça, le mystère de l’écriture : c’est juste ou ça ne l’est pas. Je crois que les gens savent que rien de ce que nous écrivons ne nous est tout à fait étranger. Ils savent qu’il y a toujours un fil, un motif, une faille, qui nous relie au texte. Mais ils acceptent qu’on le transpose, que l’on condense, que l’on déplace, que l’on travestisse. Et que l’on invente. »

« Voilà ce que le lecteur attend des romanciers : qu’ils mettent leurs tripes sur la table. L’écrivain doit questionner sans relâche sa manière d’être au monde, son éducation, ses valeurs, il doit remettre sans cesse en question la façon dont il pratique la langue qui lui vient de ses parents, celle qui lui a été enseignée à l’école, et celle que parelent ses enfants. Il doit créer une langue qui lui est propre, aux inflexions singulières, une langue qui le relie au passé, à son histoire. Une langue d’appartenance et d’affranchissement. L’écrivain n’a pas besoin de fabriquer des pantins, aussi agiles et fascinants soient-ils. Il a suffisamment à faire avec lui-même. »

« – Même si ça a eu lieu, même si quelque chose s’est passé qui ressemble à ça, même si les faits sont avérés, c’est toujours une histoire qu’on se raconte. On se la raconte. Et au fond l’important c’est peut-être ça. Ces toutes petites choses qui ne collent pas à la réalité, qui la transforment. Ces endroits où le papier calque se détache, sur les bords, dans les coins. Parce qu’on a beau faire, ça gondole, ça frise, ça frouille. »

coeurLivre reçu en Service de Presse.

D’après une histoire vraie, roman de Delphine de Vigan, JC Lattès, Août 2015 —

Publicités

21 réflexions sur “D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

  1. J’ai l’impression que son procédé de narration est proche de celui de Rosa Montero dans La folle du logis. Enfin, c’est ce qui me vient à l’esprit de plus en plus à la lecture de tous ces billets tentateurs.

    1. De Rosa Montero, je n’ai lu que L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir… Ce dernier livre de Delphine de Vigan est bluffant. Il faudra quand même que je lise Rien ne s’oppose à la nuit…

  2. Oh que je veux le lire celui-ci!!! Une réflexion sur le vrai et le faux ça me plaît énormément. Quelle femme fascinante quand même. Dire que je n’ai pas lu encore « Rien ne s’oppose à la nuit » mais je l’ai acheté chez un bouquiniste l’autre jour. Intéressant ce personnage L… Qu’est-ce que tu en parles avec beauté et passion de ce livre ❤
    Bon weekend, je t’embrasse

    1. Oui, il faut absolument que tu lises ce livre. Il te plaira, c’est sûr! Moi non plus, je n’ai pas lu Rien ne s’oppose à la nuit… mais j’ai lu Les heures souterraines, très bon roman également. Elle a une écriture qui fait mouche, à chaque fois. Je te souhaite un bon week-end, bises.

  3. Déjà deux fois que je le demande à mon libraire et qu’il est en rupture de stock, cette fois je lui ai demandé de me mettre un exemplaire de côté, la prochaine fois sera la bonne ;0) Il ne me tentait pas au départ mais à force de lire vos billets si enthousiastes je n’ai plus qu’une envie ; le lire :0) Bisous, bon week end Nadael

  4. ça y est je l’ai ;0) Et j’ai acheté aussi Les gens de l’enveloppe ! (oui j’ai fait des folies ce vendredi ;0) Depuis que j’ai vu l’auteur à la grande librairie je n’avais plus qu’une envie ; le lire ;0) La question est ; par lequel vais je commencer ?? (je suis en pleine lecture de La source d’Anne Marie Garat, bien mais bavard (ces phrases sont interminables et demande toute concentration) Bisous et bon week end Nadael

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s