Changer la vie – Antoine Audouard

P1060664André et son ami François ont une vingtaine d’années à l’arrivée des socialistes au pouvoir en 1981, Mitterrand en tête. Durant toute la campagne présidentielle, le slogan choisi, Changer la vie,  est affiché partout et tourne en boucles dans tous les esprits. L’accroche est brève, percutante et pleine de promesses. Et ce changement, la jeunesse d’alors l’attend avec impatience. Une attente aussi forte que le désenchantement qui suivra.

Les deux copains ont l’opportunité de passer l’été à New-York. Logan, un éditeur marginal patron du bien-nommé The Hot Press, propose à André un job de ghost writer. Une vieille dame, Jenny, lui raconte la résistance, les tortures subies, pendant la seconde guerre mondiale. Quant à François, il se perd à plaisir dans les méandres de la faune gay new-yorkaise.

Nous voilà donc aux Etats-Unis, à l’heure de la libération sexuelle, de tous les espoirs. On suit André dans ses aventures rythmées par des rencontres hautes en couleurs, des découvertes (les pages sur le base-ball sont épiques!) des expériences, des désillusions aussi.

L’écriture est enlevée, les phrases interminables (vraiment trop longues parfois, j’ai souvent perdu le fil de l’histoire!), l’intervention d’un « traducteur » en notes de bas de pages est pleine de fantaisie et les références cinématographiques, littéraires, poétiques, musicales parsèment le roman.

Malgré l’intérêt pour le sujet et la construction narrative originale, ce livre m’est tombé des mains plusieurs fois… je suis restée en dehors de l’histoire. Je ne saurai pas vraiment l’expliquer. Un rendez-vous manqué… ?

« Je t’ai vu ouvrir la porte de l’immeuble et à mon tour j’ai murmuré : « Le changement c’est maintenant ». J’ai commencé à rire sans pouvoir m’arrêter, for old time’s sake, un de ces fous rires d’abrutis qui nous prenaient parfois, me répétant entre deux hoquets sa phrase, qui a glissé vers le slogan qui nous avait accompagné cette année-là : « Changer la vie. » Mon rire a tourné à la toux, putain d’allergies de printemps que je regardais de loin, avant. Changer la vie ! C’est bien maintenant qu’on en aurait besoin, toi, moi, et le paquet des autres, tous les crétins innocents qui avaient cru Tonton, et qu’on passait, sans blague, merde (ici, la voix de Coluche), de l’ombre à la lumière. J’avais vingt et un ans tout mouillés, toi deux de plus (« quand même, Giscard ou pas, je suis beaucoup plus majeur que toi! »), nous étions dans la catégorie du jeune homme au balcon, version pré-changement climatique, rageurs et nonchalants, sûrs de tout et flous jusque dans les plus infimes détails. »

« (…) Dimitri qui a fait une remarque amusée et agacée sur ce drôle de pays où on pouvait conduire à seize ans, tuer des gens à dix-huit ans, mais pas boire de bière. »

masse_critiqueLivre reçu dans le cadre d’une opération Babelio Masse Critique.

Changer la vie, roman d’Antoine Audouard, Gallimard, Mai 2015 —

 

Publicités

10 réflexions sur “Changer la vie – Antoine Audouard

  1. J’ai mis 15 jours à le lire, par manque de temps. Je ne sais pas si mon ressenti aurait été meilleur si je l’avais lu dans de meilleures conditions. Sans qu’il me soit tombé des mains, j’ai trouvé roman un peu décousu, à l’image de l’année passée par ce jeune homme, sans doute.

  2. Je n’aime pas trop le style dans l’extrait que tu publies. Evidemment, c’est un peu court pour juger le livre mais avec ton ressenti cela ne me donne pas trop envie de le découvrir. Pourtant la période décrite est intéressante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s