Le Best-seller de la rentrée littéraire – Olivier Larizza

P1010221

Olivier Larizza signe ici un livre empli d’humour teinté d’ironie sur le petit monde littéraire français à savoir les éditeurs, les critiques, les lecteurs, les salons et autres manifestations du livre, les liseuses et le statut de l’auteur aujourd’hui. Tout le monde en prend pour son grade. À travers son personnage, Octave Carezza, ancien professeur de littérature comparée qui a osé démissionner pour se consacrer pleinement à l’écriture, l’auteur fait part de sa propre expérience en décrivant ce monde. Chaque chapître de cet ouvrage – plutôt un recueil de nouvelles qu’un roman –, évoque donc le milieu auquel sont confrontés les écrivains en usant d’anecdotes et de références littéraires.

En attendant d’écrire THE best-seller de la rentrée littéraire, Octave planche sur une commande de son éditeur : une biographie d’un certain Jean-Eudes Plateau (il faut bien manger!). Parallèlement, il recherche activement la douce et charmante femme qui saura l’accompagner dans sa dure condition d’auteur.

De jeux de mots en traits d’esprit, de réflexions en pensées, de dialogues savoureux en critiques acerbes, Olivier Larizza dévoile l’envers du décor. L’écriture est enlevée, le rythme effréné. La scène avec son éditeur (nommé Aristide Brillant!) est hilarante, idem avec l’entretien de Bernard Pinot-noir.

J’aurais cependant aimé que l’auteur ralentisse quelque peu son allure, qu’il se pose, qu’il nous parle de la beauté de la littérature, du bonheur qu’elle apporte, des sensations qu’elle procure. J’aurais aimé davantage d’émotion. Car même si on sourit beaucoup, ce livre manque cruellement de chaleur.

« – (…) Tous les jours, dans notre pays, la solitude gagne du terrain et les inégalités sociales se creusent. Et tu sais pourquoi ?(…) Parce qu’il y a de plus en plus de gens qui écrivent. Untel rédige un roman, untel pond des poèmes, un autre tient un blog… C’est une vraie épidémie. Tout le monde veut son quart d’heure de gloire. D’après un sondage, plus de onze millions de Français ont un manuscrit dans leurs tiroirs. (…) Et cinq millions se confessent dans un journal intime. Avec Internet et les possibilités d’autoédition, n’importe quel scribouillard se prend pour Bernard Werber. (…) Et voilà comment le nombre de pauvres célibataires, ou de célibataires pauvres, explose. (…) Les gens se lancent à corps perdus dans l’écriture, donc ils s’appauvrissent, donc ils optent pour le célibat. (…) Sans parler du fait qu’un écrivain ne fait plus rêver les foules ! Qui se sent prêt aujourd’hui à sacrifier une vie normale pour les névroses quotidienne d’un auteur? »

« Afin de prendre un peu de hauteur, je monte au dernier étage : les livres. Mais au rayon Romans, je tombe nez à nez avec trois liseuses, ces appareils barbares qui envahissent la république des lettres. La Fnac a baptisé le sien Kobo, du nom d’un grand guerrier primitif aux yeux cruels, c’est tout dire. En revanche, la librairie en ligne Amazon, homonyme de ces guerrières à cheval et aux seins nus qui sévissaient dans la jungle, a fait dans la dentelle en appelant sa liseuse Kindle : c’est joli, ça sonne comme les clochettes des rennes du Père Noël. (…) À côté des trois liseuses au garde-à-vous sur leur présentoir de métal, s’empilent de beaux romans de papier brillants et bariolés. Ces têtes de gondole ont quand même une autre tronche que le Kobo ! Grise mine et aussi sexy qu’un glaçon… »

 

challengerl2014

Livre reçu en Service de Presse.

Le Best-seller de la rentrée littéraire, d’Olivier Larizza, Editions Andersen, Septembre 2014–

Publicités

7 réflexions sur “Le Best-seller de la rentrée littéraire – Olivier Larizza

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s