Meurtres en majuscules – Sophie Hannah

P1010103

Voilà qu’Hercule Poirot, personnage créé par Agatha Christie, fin limier à l’allure de dandy et à la moustache impeccablement cirée, connu pour résoudre les enquêtes les plus ardues grâce à ses petites cellules grises, reprend du service. En effet, le petit-fils de la reine incontestée du roman policier a donné carte blanche à Sophie Hannah – auteure anglaise de polars – pour écrire une nouvelle histoire mettant en scène ce cher Poirot.

Cette nouvelle enquête se déroule à Londres où le détective à la retraite passe quelques semaines de vacances dans la pension de famille de Madame Blanche Unsworh. En se rendant au Pleasant’s Coffee House afin d’y savourer un des meilleur café de Londres (ne lui parlez surtout pas de thé!), il n’aurait jamais imaginé que ce lieu serait le point de départ d’une affaire à laquelle il prendrait part.

Tranquillement installé devant sa tasse de café donc, Poirot semble perdu dans ses pensées quand une jeune femme fait irruption dans la pièce, complètement affolée. Elle ne tarde pas à s’asseoir près de Poirot et se confie à lui d’une manière confuse. On voudrait l’assassiner… Une phrase interpelle le détective juste avant qu’elle parte précipitamment : « Je vous en prie, que personne ne leur ouvre la bouche ».

Lorsqu’il rentre à la pension, son voisin de pallier, Edward Catchpool, qui n’est autre qu’un jeune inspecteur de police, lui dit quelques mots sur des meurtres qui viennent d’être commis dans un grand palace londonnien. Trois victimes ont été retrouvées dans trois chambres d’un grand hôtel, une à chaque étage, tous dans la même position, un bouton de manchette en or enfoncé dans la bouche avec le même monogramme : PIJ. Evidemment, Poirot fait le rapprochement entre ces meurtres et les mots dits par la femme du Pleasant’s Coffee House.

Sans perdre de temps, l’ancien détective propose son aide au jeune inspecteur. Il deviendra vite son mentor, dirigeant lui-même les opérations dans les rues de la capitale, arpentant les couloirs de l’hôtel Bloxham, envoyant Catchpool en éclaireur dans le village où tout a dû commencer bien des années auparavant qui renferme de vieux secrets, des commérages et autres jalousies. Fidèle à son habitude, le détective interroge chaque protagoniste lié à l’affaire, relève les moindres détails, ordonne les faits à la manière d’un puzzle et expose avec habileté la vérité dans un grand final où il se met en scène devant tous les personnages liés de près ou de loin aux meurtres.

Une enquête bien ficelée, un détective qu’on est ravi de retrouver avec ses petites manies et sa suffisance, du suspense, des fausses-pistes et autres rebondissements, l’humour anglais… deux bémols tout de même : certains dialogues obsolètes à mon goût et une scène finale beaucoup trop longue et quelque peu alambiquée.

« Ce fut ainsi que l’histoire commença, au soir de ce jeudi 7 février 1929, avec Hercule Poirot, Jennie, Fee Spring dans les rôles principaux, et pour décor les étagères croulant sous les théières disparates du Pleasant’s Coffee House. Ou plutôt, elle sembla débuter ainsi. Je ne suis pas persuadé que les histoires vraies aient un début et une fin. Quel que soit l’angle sous lequel on les aborde, force est de constater qu’elles remontent indéfiniment dans le passé et s’étirent inéxorablement vers le futur. Personne n’est jamais en mesure de tirer un trait en décrétant que « c’est terminé ». Par chance, les histoires vraies ont des héros et des héroïnes. N’étant pas moi-même un héros, et n’ayant aucun espoir de le devenir, je suis d’autant plus conscient qu’ils existent bel et bien. »

 

P1010105

 Et pour les longues soirées d’hiver à venir, je me réserve la lecture du recueil : Hercule Poirot Nouvelles complètes (54 nouvelles – un pavé de 1093 pages tout de même !) de la grande Agatha Christie, paru aux éditions du Masque en Septembre 2014.

 

challengerl2014

ChallengeVoisinsVoisines

Livres reçus en Service de Presse.

Meurtres en majuscules, une nouvelle enquête d’Hercule Poirot, personnage d’Agatha Christie mis en scène dans une histoire inédite par Sophie Hannah, Editions du masques, Septembre 2014 —

Publicités

11 réflexions sur “Meurtres en majuscules – Sophie Hannah

  1. Tu rappelles « l’humour anglais » que déjà j’ai le sourire aux lèvres et une envie d’avoir le livre entre les mains. Ah ce cher Hercule, un homme inoubliable, avec ses « petites manies et sa suffisance ». Tu me redonnes envie de replonger dans l’univers d’Agatha Christie. Bonne journée Nadael

    1. On est sûr de passer un bon moment de lecture avec la grande Agatha Christie. Le pavé des nouvelles complètes avec Hercule Poirot m’attend pour cet hiver…

    1. J’en ai beaucoup lu durant mon adolescence puis je suis passée à autre chose… et cette nouvelle aventure de Poirot me donne très envie d’y revenir!!

    1. J’ai trouvé la lecture plaisante, ravie de retrouver Poirot dans une nouvelle aventure. Comme tu as vu, j’ai mis un bémol : la fin est un peu trop tarabiscotée à mon goût et certains dialogues un peu lourds et inutiles… à toi de voir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s