Un jeune homme prometteur – Gautier Battistella

P1010043

À Labat, village isolé quelque part dans les pyrénées, le narrateur vit avec son frère Jeff chez Mémé une partie de son enfance et son adolescence. Orphelins, cette dame d’une grande bonté les a pris sous son aile. Elle est arrivé un jour à l’institut et les a emmenés avec elle dans ses montagnes. Un lieu paisible, respirable. Si Jeff fait les quatre cent coups et prend plaisir à martyriser limaces et autres chats, si une fureur incontrôlable s’empare régulièrement de lui, le narrateur lui, pense être un garçon plus refléchi, plus posé. Depuis tout petit, il a un goût prononcé pour la littérature, et Mémé le pousse dans cette voie avec bienveillance. Elle lui présente une voisine, Madame Petrovna, une personne étrange et extravagante que les enfants du village appellent la sorcière. Dans son antre, des livres à foison, des histoires plein la tête, et une Remington qu’elle lui offrira. Il n’ira pas chercher l’inspiration bien loin pour écrire ses premières lignes, une telle galerie de personnages l’environne : des hommes et des femmes de la campagne, avec leurs idées toutes faites, leur mentalité de paysans, leur rudesse, leurs commérages, leurs médisances. Jeff se moque sans cesse de lui mais cela ne le gêne pas, il l’aime bien quand même ce drôle de frère, qui apparaît et disparaît à loisir… Il a bien remarqué aussi qu’autour de lui, les gens le regarde bizarrement mais cela ne semble pas le tourmenter plus que ça. Adolescent, il tombe éperduement amoureux de Marie, la fille du docteur – un homme qu’il apprécie beaucoup, pour sa culture, sa gentillesse, son écoute –, mais cette passion ne durera qu’un temps. Elle le quittera, le laissant dans une rage folle. Puis Mémé partira à son tour, définitivement. Jeff, s’étant envolé on ne sait où, il règle les formalités du décès et loue la maison. C’est le moment pour lui de partir, de quitter cet endroit.

Il arrive à Paris, de l’énergie à revendre. Il ambitionne de faire son entrée dans l’univers parisien littéraire, d’écrire un roman, de se faire un nom. Il trouvera un emploi de pigiste et jour après jour, il sent une colère montée en lui ; il ne pensait pas revoir les limaces de son enfance, pourtant ici ça grouille de partout. Plus que de la déception, c’est de l’écoeurement. La seule satisfaction est lorsqu’il retrouve sa mère, celle qui l’a porté dans son ventre, celle qui lui a donné la vie, celle qui l’a fait tel qu’il est. Elle est à Saint-Anne, internée là depuis toujours… Elle ne s’aperçoit pas de sa présence mais pour l’instant ça semble lui suffire.

Il est dégoûté par la capitale, ressentant pour elle une haine ingérable. Des pensées violentes assaillent son esprit constamment. Les acteurs du monde littéraire et les médias l’exècrent au plus haut point. Une sensation d’horreur colle à sa peau, quelque chose à l’intérieur de lui semble lui dicter ses faits et ses gestes. Il suffoque. Alors sur les conseils du docteur – avec qui il entretient une correspondance régulière, il part pour Bangkok… où il fera la connaissance d’un auteur ayant reçu le Prix Goncourt des années auparavant, un certain Philippe Grêle…

Voici un roman brillant, épatant, difficilement racontable. Avec habileté, Gautier Battistella tisse une histoire d’une incroyable puissance. Les personnages (le narrateur fait très vite penser à Rastignac) ont de l’épaisseur, une présence indéniable ; l’écriture est tour à tour incisive, poétique, imagée… elle bouscule ; l’histoire de ce garçon que l’on suit depuis son enfance est racontée avec justesse, on sent l’évolution de sa pensée au fil des ans grâce aux différents tons et vocabulaire utilisés ; l’auteur, acerbe, profite de ce premier roman pour confier sa vision de la littérature moderne et de ses auteurs actuels, dénonçant les dérives, la place des médias ; et puis il évoque le poids de l’héritage, la filiation, ce fil tenu qui lie les êtres d’une même famille et qui entrave leur liberté. J’avoue avoir lu certains passages en diagonal, quand la violence se faisait trop atroce et dérangeante mais ce roman est brillant, je me répète, avisé et intelligent. Un coup de coeur.

« L’écriture me démangeait. Je ne savais pas par où commencer à gratter. Labat était un village sans histoires, qui s’en racontait beaucoup. Il suffit de retourner la terre de quelques centimètres pour voir surgir les vers. J’ai pris les villageois, leurs gueules taillées dans la nuit, leurs jalousies, leurs secrets, et j’ai secoué. Ainsi a commencé une connaissance intime, obscure, de la nature humaine. »

« Mémé est morte en équeutant les haricots verts. Je l’ai trouvé affaissée sur la table, la joue écrasée contre le bois, les yeux tournés vers la fenêtre, ouverts. Elle est morte sans prévenir : ainsi s’en vont les gens modestes, c’est une tradition, je crois. Mémé aurait été ennuyée de laisser un remords derrière elle. J’ai soulevé sa tête, nettoyé sa joue des queues de haricot qui s’y étaient incrustées, relevé son corps pour l’asseoir de nouveau. La vieillesse s’était échappée avec elle. Elle était redevenue la Mémé éblouissante des premières années, celle de notre enfance, d’avant ma naissance, l’adolescente pétillante que j’imaginais en rêve. Je me suis assis en face d’elle pour contempler cette femme d’un autre siècle et, lorsque la nuit est tombée, j’ai allumé une bougie. »

« J’ai quitté Labat sans regrets. Elle m’avait pourtant accueilli, cette montagne, peut-être même sauvé. J’avais semé des échos plein ses champs, ses sentiers. Les rues du village montaient vers mes cachettes, mes quatre cents coups, mes trésors ensevelis, mes baisers volés. J’avais juste envie d’autre chose, besoin d’immensité. Si je quittais ce désert, c’était pour l’océan, par pour une flaque. Je ne voulais pas de transition. Je ne fuyais pas la campagne pour une demi-ville, avec deux bars-tabacs, un cinéma, et « rendez-vous devant la Poste à dix-sept heures ». La province, j’avais donné. Je voulais agir au coeur, au centre. J’ai pris un billet pour Paris. Je connaissais là-bas deux femmes qui ne m’attendaient pas. »

« Nous passons de longs après-midi dans les librairies, dont nous sortons effarés et hilares. Rappeurs, catcheurs, présentateurs : ils écrivent tous. Leurs cacophonies se mêlent, bouillie de confidences et d’indignations calibrées. Peu importe : les critiques célèbrent des écritures aériennes, spatiales, universelles, follement actuelles. Tout fait livre. Le sens a disparu. »

« L’écriture honnête n’existe pas. Rien n’est plus subjectif qu’une virgule, plus vicieux qu’une parenthèse (l’auteur fait mine d’avoir tout dit, mais au moment où l’attention du lecteur se relâche, tac ! Il fait un bébé dans le dos de la phrase). Je croyais que les mots guérissaient, je m’étais trompé. Ils allègent le présent, c’est tout. Le temps passe, les blessures demeurent : celles que l’on croyait cicatrisées s’ouvrent à la première maladresse de la mémoire. Les plus belles pages de littérature exaltent la tristesse, parlent d’amours déçues, de pardons et de réconciliations impossibles. Mon enfance a été rugueuse, pleine d’échardes. »

coeur

 

 

 

challengerl2014

 

Livre reçu en Service de Presse.

Un jeune homme prometteur, roman de Gautier Battistella, Grasset, Août 2014 —

Advertisements

16 réflexions sur “Un jeune homme prometteur – Gautier Battistella

    1. Je te le conseille vraiment, ce roman. Il parle vraiment bien de l’écriture, de l’aspect fictionnel, de l’imagination et du réel, ainsi que du monde littéraire en général. Une vision sans concession parfois.

    1. Non, l’histoire qu’il nous raconte n’est pas autobiographique (enfin je ne crois pas…), en revanche, il fait régulièrement des interventions sur le monde de la littérature nous livrant ainsi son propre ressenti d’auteur. Oui, c’est certain, c’est un jeune homme prometteur.

    1. Une réflexion sur la fiction laissant une grande place à l’imagination, et une critique acerbe de l’autofiction, de tous ces auteurs qui se regardent le nombril…

    1. J’ai survolé certains passages, trop violents…mais je ne pense pas qu’ils soient inutiles, ils mettent en relief l’état d’esprit du narrateur, sa souffrance (?).

    1. Ravie de savoir que tu as aimé autant que moi ce premier roman d’un auteur vraiment prometteur! J’espère que nos coups de coeur vont se propager au plus grand nombre…

  1. Venir sur ton blog, c’est découvrir un vaste univers de lectures tellement attrayantes! J’en sors souvent en me disant il faut absolument que je lise ce livre. Même effet avec celui-ci. Une envie de suivre la trace de ce narrateur passionné de lecture, de rencontrer cette sorcière et l’auteur de Bangkok. Je sens que ce roman est profondément bouleversant. Bisous

    1. Merci pour ce très joli compliment. Cela me touche beaucoup. J’aime lire toutes sortes de livres, découvrir des univers, apprendre des choses… et le partager évidemment. Ce roman de Battistella est assez bluffant, d’autant qu’il s’agit d’un premier roman. Une lecture qui bouscule!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s