Vie en rose et chocolat noir – Martina Chyba

Vieenroseetchocolatnoir

Poppy (traduction en anglais de son véritable prénom Coquelicot qu’elle ne supporte pas et on la comprend!) a la quarantaine (pas très épanouie) ; doublement divorcée, un enfant issue de chaque mariage, Ulysse un garçon d’une dizaine d’années intellectuellement précoce et Théa une adolescente passionnée par la course à pied. Dans sa sphère familiale, on a la mère, Capucine (encore un nom de fleur), qu’elle nomme Belzébuth, une ancienne soixante-huitarde extravagante qui se prend pour le centre du monde, quant au père un vieux beau bobo il vient de se mettre en ménage avec une toute jeune femme et les deux tourtereaux attendent un heureux événement. Sa soeur Rose (Tiens un nom de fleur!) une mère au foyer sur le point de divorcer a des enfants insupportables. N’oublions pas Hortense (une fleur ne se cacherait-elle pas derrière ce prénom?!) , la grand-mère nonagénaire pétillante à souhait… Les ex-maris, eux, font quelques apparitions (souvent inopportunes).

Durant de longues années, Poppy a travaillé pour le compte d’une grande entreprise, mais ce job lui dévorait tellement la vie qu’elle a tout plaqué. Aujourd’hui, elle joue à l’espionne (sur internet) en quête d’informations pour les renseignements généraux (mystérieux tout ça!), et fait un blog sur la mythologie dans lequel elle tente de trouver des relations entre les légendes des dieux et l’organisation familiale, privée et professionnelle d’aujourd’hui. Quant à sa vie sentimentale, elle est amoureuse d’un homme qu’elle n’a jamais vu en vrai mais qu’elle voit quotidiennement sur sa télévision puisque celui-ci officie dans une émission de téléréalité culinaire.

Une existence pas facile à gérer qui va l’être encore plus quand mamie Hortense va disparaître de sa maison de retraite… Poppy mène l’enquête. Une enquête qui va la conduire jusqu’à Hawaï où elle va découvrir une nouvelle facette de sa famille…

L’écriture est drôle et enlevée. On suit cette femme dans ses pérégrinations avec plaisir. Elle parle de la vie actuelle, de ses absurdités, des conflits générationnels, du progrès, de ses névroses,  des familles éclatées, du manque de communication, et cela avec aplomb et intelligence. Le petit bémol : des redites qui alourdissent par moment la lecture. Le petit plus : une légende mythologique à chaque chapître passionnante et marrante. La vie de Poppy n’est pas rose mais elle compose et essaye de prendre les choses du bon côté. Et pour ne pas sombrer, il reste toujours quelques carrés de chocolat noir.

« Nous, nous sommes le deuxième âge. Celui du milieu. Le jambon dans le sandwich, avec beaucoup de beurre pour faire passer. Non, mieux, la génération mille-feuille. En surface, tout est lisse et rose bonbon. On y goûte, on fait semblant de croire que c’est bon. Mais en dessous, chaque couche est une emmerde supplémentaire. On se noie dans une crème qui donne la nausée. On ne sait pas comment aborder le problème, dès qu’on y touche, ça sort de tous les côtés. Il ne reste plus qu’un tas informe et impropre. »

« En fait, les personnes nées dans les années 1930 et avant en ont bavé, ça oui, on allait chercher l’eau à la fontaine, on frottait la lessive à la main, on bossait à la mine ou à la construction des chemins de fer, on mourait en couches ou à la guerre, ou de tuberculose ou de syphilis, on n’avait pas l’électricité ou le congélateur et pas la pilule non plus. Mais ceux qui sont nés dans les années 1950 comme sainte-mère Belzébuth, pourquoi ils la ramènent ? Après avoir profité des Trente Glorieuses, ils profitent des acquis sociaux négociés par la génération précédente tout en s’empressant de les démanteler pour la génération suivante parce que bon, c’est trop cher, tout ça. Avant il y avait les vieux beaux, aujourd’hui il y a les vieux bobos. Et même plus, les vieux beaux bobos! »

ChallengeVoisinsVoisinesLittérature Suisse

Vie en rose et chocolat noir, roman de Martina Chyba, Favre, Février 2014 —

Publicités

11 réflexions sur “Vie en rose et chocolat noir – Martina Chyba

  1. Un livre qui me semble intéressant en vacances, les pieds dans le sable… Qu’en penses-tu? Une auteure que l’on transporte dans ses valises, aisément… J’aime ta critique, comme toujours…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s