Juste après la pluie – Thomas Vinau

Justeaprèslapluie

Sous le regard bienveillant et clairvoyant du poète, nous entrons dans ce recueil avec douceur et délicatesse, comme s’il nous murmurait ses mots à l’oreille. Nous l’écoutons nous raconter ces petits riens qui parsèment nos existences, la lourdeur du quotidien, la légèreté des rêves, un monde qui marche parfois sur la tête, des instants de grâce, l’écoulement indomptable du temps, notre condition de terrien mortel, les joies de l’amour et de l’amitié, l’émerveillement de l’enfance, les tourments intérieurs, la grandeur de la nature et la petitesse de l’homme, la colère, la bêtise, le mensonge…

Ainsi, le poète nous parle du ciel, de son immensité, de son mystère, du calme après la tempête et vice versa. Du vent qui souffle plus ou moins fort et balaye nos idées noires tout comme la pluie qui lave et estompe. Et les bulles de savons s’envolent et éclatent. Contemplation.

Et au fil des pages, tout un bestiaire défile ; héron, araignée, rat, éléphant, abeille, chien… le monde végétal aussi ; l’herbe grasse, les plantes, les fleurs, leurs couleurs, leurs parfums… c’est la vie qui va et vient. Naît et meurt. La nature est luxuriante ou désertique, le soleil réparateur ou querelleur, les rivières indociles ou taries, la nuit délivre ses cauchemars ou ses secrets, les plaisirs minuscules ou les grandes terreurs jaillissent quand on ne s’y attend pas.

Les poèmes sont brefs, les mots y courent comme un flot, sans obstacle, sans ponctuation. L’auteur joue avec eux, selon leurs sens, leur beauté, leur laideur, leur puissance, leur faiblesse, leurs destinataires. Pas d’envolée lyrique, pas de phrase alambiquée. Juste un murmure. Un bruissement de mots. L’essentiel.

Un grand livre de petits poèmes à lire et relire sans modération.

Petit linge intime du ciel

Des trouées mauves

dans la toile noire

un scintillement glacé

qui s’installe

du tulle blanc

virant au rose

petit linge intime du ciel

le jour se lève

Tout vient à point qui sait étendre

Pour y voir plus clair je ferme les yeux

pour me relever je me couche

pour arriver plus vite je ralentis

pour échanger je donne

pour parler je me tais

pour apprendre je pratique

pour avancer je m’arrête

pour construire je détruis

pour savoir j’oublie

pour tenir je relâche

Au jour sans jour

Le matin est en cendre

et demain est en miette

nous jouons dans nos ruines

L’homme mesure

L’homme mesure

ça le rassure

c’est une drôle de manie

il a mesuré la terre

l’eau même l’air

et puis le ciel

peut-on mesurer le ciel

et son usure

peut-on mesurer l’usure du ciel

l’enfant pose la question

l’homme se retrouve bien bête

mesuré mais muselé

l’homme mesure

l’enfant lui

démesure

Juste après la pluie, recueil de 280 poèmes de Thomas Vinau, Alma éditeur, Janvier 2014 —

Publicités

22 réflexions sur “Juste après la pluie – Thomas Vinau

  1. Je le regarderai de très près. Ca a l’air vraiment très beau, et les extraits que tu as mis me donnent vraiment envie de m’aventurer plus avant. Merci, je l’aurai laissé passer.

  2. Un auteur dont le style a vraiment été une révélation pour moi, une magnifique surprise… J’ai encore son premier roman sur ma PAL, je pense que je commencerais par lui, avant de me lancer dans sa poésie.

  3. Bon j’ai essayé…et je suis plus que séduite ! Du coup, je le présente aux bibliothèques, pour une fois qu’on peut leur présenter de la poésie !!

    1. Je suis ravie que ce recueil te plaise. Et c’est vraiment chouette que tu le présentes aux bibliothèques!! La poésie mérite une place beaucoup plus grande que celle qu’on lui donne pour le moment. On passe de très beaux moments à lire de la poésie.

      1. C’est un peu tombé en désuétude, mais je trouve, à quelques rares perles près, comme Vinau, que la poésie contemporaine française n’a plus autant de puissance qu’avant. Quant à l’étrangère, la traduction pose un véritable obstacle, finalement, même si les images restent.

      2. Je crois qu’il y a de bons poètes de nos jours mais ce genre intéresse peu de gens… donc peu de publications. Pourtant comme tu le dis il y a des perles… les gens aiment lire des histoires, la poésie est une écriture plus exigeante, et rebute donc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s