Tout blanc – Marie-Sabine Roger et Sylvie Serprix

Tout Blanc

On distingue d’abord de petites empreintes de pas dans la neige, en les suivant nous aperçevons une ombre qui avance lentement. Puis un ponton que l’on devine rouge, face à un lac gelé, attire notre attention. On lève alors les yeux et voilà que de gros flocons virevoltent dans le ciel, chahutés par le souffle du vent.

Le narrateur de cette histoire, l’ombre mystérieuse, termine son chemin au bout du ponton. Le paysage d’hiver qui s’offre à lui est d’une grande splendeur mais il a si froid qu’il n’ose plus bouger. La neige le recouvre tant qu’il a l’impression d’être un glaçon. Un petit point rouge se met alors à danser au loin. Il se rapproche de plus en plus de lui. Une silhouette se dessine doucement, est-ce un loup féroce, une fée jolie, un feu follet ? Un léger bruit se fait entendre, plutôt doux à l’oreille… Ce qu’il voit enfin l’éblouit : le sourire d’une petite fille, sa voix qui l’appelle, ses mains qui l’enveloppent… Une chaleur envahit son coeur et son corps, désormais.

Cet album est empreint d’une infinie tendresse. L’écriture de Marie-Sabine Roger donne la part belle aux sensations et à l’onirisme, quant aux illustrations de Sylvie Serprix, elles sont à couper le souffle. La plume de l’une et le trait de l’autre se mêlent merveilleusement.

Elles jouent sur les oppositions : le blanc immaculé et le rouge écarlate, le froid de la neige et la chaleur de l’âtre, l’immobilité du narrateur et les mouvements de la fillette, le lointain et le proche, la peur et l’apaisement, la petite ombre et l’immensité du décor, le nébuleux et la clarté, la solitude et l’amitié, la tristesse et le bonheur.

Le suspense quant à l’identité de ce petit « Je », est savamment entretenu au fil des pages. Le voile se lève avec délicatesse à la toute fin.

Les images sont des tableaux et les mots sont des poèmes. Un coup de coeur, forcément.

« Je tends l’oreille et j’écoute l’hiver. Il fait un bruit de neige, un bruit de gel qui avance et s’étend peu à peu, de givre qui m’entoure et fige mon haleine. Même le vent est blanc, je crois. »

« Je tends l’oreille et j’écoute l’hiver. Moi, je ne bouge pas, pourtant la neige est là, elle tombe sur moi et vient de boutonner sa cape sur mon dos et de nouer son écharpe à mon cou. »

100_9578

100_9582

100_9581

coeur

challenge je lis aussi des albums

challengeQuatreSaisonsGrand

Tout blanc, album jeunesse écrit par Marie-Sabine Roger et illustré par Sylvie Serprix, Les albums Casterman, Octobre 2013 —

Publicités

16 réflexions sur “Tout blanc – Marie-Sabine Roger et Sylvie Serprix

  1. Je ne suis pas pressée de voir le froid venir mais ton billet rappelle tellement le monde enchanté de la neige qu’on accepte l’idée de retrouver bientôt l’hiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s