Je m’appelle Budo – Matthew Dicks

100_9559

« C’est bizarre, un ami imaginaire. On ne peut pas tomber, ni être malade, ni étouffer, ni attraper une pneumonie. La seule chose qui peut nous tuer, c’est qu’on cesse de croire en vous. »

Parce que le monde réel est parfois agressif et angoissant, parce que parler avec quelqu’un qui écoute et comprend toujours est un bonheur, parce que l’imagination est sans limite et pleine d’espoir, parce qu’à deux on est plus fort, Max a inventé Budo.

Max est un petit garçon autiste et Budo est son ami imaginaire depuis cinq ans. Ce dernier compte beaucoup pour Max. Toujours à ses côtés – même à l’école –, il l’aide, le protège et le rassure. Le garçon lui a donné l’apparence d’un adolescent bienveillant et intelligent dôté d’un pouvoir particulier, celui de traverser les portes closes.

L’auteur a eu la judicieuse idée de confier la parole à Budo. On découvre ainsi l’univers de Max grâce au regard franc et lucide de Budo : ses parents souvent en désaccord quant à l’attitude à adopter, sa gentille maîtresse Madame Gosk, l’étrange auxiliaire de vie Madame Patterson, le violent Tommy qui le harcèle , son isolement, ses crises, sa passion pour les Légo, sa relation avec les autres en général.

Budo parle aussi de sa propre existence – ou de sa non existence –, de sa condition d’ami imaginaire, de sa peur de disparaître pour toujours lorsque Max ne croira plus en lui.

Mais un jour, Budo assiste à l’enlèvement de Max. Il connaît le kidnappeur mais ne peut rien faire ; il n’est qu’un ami imaginaire. Personne n’a la capacité de le voir ni de l’entendre, hormis Max.

La stupéfaction passée, Budo s’arme de tout son courage et part à la recherche de son ami. L’intrigue prend alors une nouvelle tournure, le rythme s’accélère, les aventures se succèdent et le suspense s’intensifie.

Un roman malin, émouvant mais non dépourvu d’humour qui évoque plusieurs thèmes ; le pouvoir immense de l’imagination sur le réel, la vie d’un petit garçon pas comme les autres, les réactions et les comportements des gens face à l’autisme, le dépassement de soi, des réflexions sur la solidarité, l’amitié, la mort, la croyance. On s’attache forcément à Budo, Max et aux personnages secondaires joliment croqués.

« Je m’appelle Budo. J’existe depuis cinq ans. Cinq ans, c’est très long pour quelqu’un comme moi. C’est Max qui m’a donné mon nom. Max est le seul être humain qui peut me voir. Les parents de Max m’appellent un ami imaginaire. J’adore Mme Gosk, l’instit de Max. Je n’aime pas son autre instit, Mme Patterson. Je ne suis pas imaginaire. »

« Max n’est pas comme les autres. Les enfants se moquent de lui à cause de ça. Sa mère essaie de le changer, et son père le traite comme s’il était un autre garçon, différent de ce qu’il est. Même ses profs le traitent comme s’il était à part. Personne ne le traite comme un garçon normal, et tout le monde veut le changer en garçon normal. Mais avec tout ça Max se lève tous les matins, et prend son bus pour aller à l’école.

— Et ça, c’est courageux ?

— C’est ce qu’il y a de plus courageux au monde (…) il faut être le plus brave du monde pour sortir tous les jours rencontrer des gens qui ne vous aiment pas ou ne vous acceptent pas comme vous êtes. »

challenge-a-la-decouverte-des-prenoms-1

Je m’appelle Budo, roman pour ados (dès 13 ans), de Matthew Dicks, Flammarion, Septembre 2013 —

Publicités

6 réflexions sur “Je m’appelle Budo – Matthew Dicks

    1. Ce genre de livres permet justement de comprendre – un peu – l’univers d’un petit garçon autiste. Je me souviens par ailleurs d’un livre (pour adultes) sur ce sujet qui m’avait bouleversée : Cher Gabriel d’Halfdan W.Freihow.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s