Comme elle vient – Raphaëlle Riol

100_9545

Desdemona vient d’avoir dix-huit ans. Alors que le glissement vers le monde des adultes s’opère en elle, sa mère fait une fugue. Voilà quatre mois déjà qu’elle est partie pour une durée non déterminée, sûrement en Asie. Coup de tête ou plan mûrement réfléchi ? Sa famille en a aucune idée.

Du premier novembre au deux janvier, la jeune fille écrit une sorte de lettre, une lettre à l’absente. Elle s’adresse à cette femme qui les a laissés un matin, Antoine son père, Jules son petit frère de six ans et elle. Elle met en mots son incompréhension, son étonnement, sa tristesse, sa rancoeur. Mais, elle parle aussi de son quotidien, de ses amis, du lycée, de ses amours, de son groupe de rock, elle évoque ce qui la touche, ce qui la blesse, ce qui l’amuse aussi car Mona (personne ne l’appelle Desdemona!) est une jeune fille plutôt à l’aise dans ses baskets. Elle semble prendre les choses telles qu’elles arrivent et tente de faire face.

Et heureusement qu’elle est « solide » Mona ; on ne peut pas en dire autant de son père qui se laisse littéralement sombrer dans la nostalgie en replongeant dans les seventies… Il passe ses nuits à écouter des diques de cette époque (peut-être celle où il a rencontré sa femme). Photographe de métier, le voilà qui prend en photo des grains de beauté sur différentes parties du corps…

Pour Jules, ne plus voir sa maman est évidemment très difficile à accepter et à comprendre mais son père et Mona inventent une histoire d’éléphanteau d’Asie et le petit se met à rêver. Sa mère reviendra bientôt avec l’animal, il faut donc « préparer le terrain » pour que ce dernier se sente comme chez lui.

Tout au long du roman, le regard de Mona est juste, lucide, amusé et tellement pertinent. Cette situation abracadabrantesque place naturellement Mona au centre de la famille. Quant à la fin, elle tombe comme un couperet, âpre. Une chanson lui vient alors, elle l’écrit, elle la crie : That’s no way to say goodbye…

« Le thème de la journée a été celui du retour chez soi. On reprend ses marques, on marche dessus en équilibre, on les renifle et on s’y frotte. On s’en félicite parfois. L’homme moderne n’est plus nomade, malheureusement. »

« Plus on attend ton retour, plus le salon se peuple… Nos mouvements meublent l’espace laissé vide par ton corps évaporé un matin, ils l’habitent plus encore que nous-mêmes. Nos paroles comblent les échos de ton silence. Ça remue dans tous les sens et la vie grouille et fourmille entre les murs. Le salon n’est plus une zone neutre. Il a désormais une odeur, une respiration parfois haletante et des battements de coeur. Il se contracte, il se dilate. »

« Mais les rapports humains dans une salle de concerts sont différents. Le caricatural n’existe pas du moment que le groupe est bon. Et avoir une marée d’anonymes qui crient mon nom dans la pénombre et à nos pieds, même si ça ne dure qu’une soirée, j’en ai besoin et je ne sais même pas pourquoi. Je rêve de ce vertige que doivent éprouver ceux dont on hurle inlassablement les textes et les mots. Vivre morcelé dans mes phrases, me découper en instants et me disperser en confettis de paroles face aux autres. Représenter le refus du temps qui passe, peut-être… »

premierroman

Comme elle vient, premier roman de Raphaëlle Riol, Le Rouergue, 2011 —

14 commentaires sur “Comme elle vient – Raphaëlle Riol

    1. Oui, j’ai aimé. Un bon premier roman. Mona est un très joli personnage. On l’écoute, on la comprend. On la voit grandir. Et Leonard Cohen, Les doors et autres figures mythiques des seventies planent sur ce livre du début à la fin (chaque chapitre est le titre ou les paroles d’une chanson…)On nage entre deux eaux : l’adolescence et ses réflexions sur l’existence et l’entrée dans le monde des adultes et ses responsabilités…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s