Pauline ou la vraie vie – Guus Kuijer

Pauline

Je suis entrée dans la vie (la vraie!) de Pauline, onze ans, sur la pointe des pieds ; je l’ai observée, je l’ai regardée exister, je l’ai vu courir, rire, pleurer, s’interroger, j’ai entendu ses rêves, ses envies, ses besoins, j’ai compris ses choix, ses chagrins, ses déceptions, à travers elle je me suis vue enfant, puis j’ai imaginé ma fille dans quelques années… Quel auteur, ce Guus Kuijer ! Les personnages qui évoluent au fil de l’histoire sont tellement ancrés dans la réalité qu’on a l’impression de les connaître. Il s’est mis dans la peau de cette toute jeune fille avec tant de justesse et de délicatesse. Il l’a parfaitement placé dans la société d’aujourd’hui. Et son écriture vive et naturelle lui permet d’aborder à la fois les sujets les plus ardus et les plus drôles.

Pauline vit à Amsterdam en Hollande avec sa mère Tina, divorcée et depuis peu amoureuse de l’instit de sa fille. Spiek, le père de Pauline, est un marginal, ancien junkie, il ne tient pas en place, a des envies de voyages, de découvertes, un illuminé au grand coeur. Régulièrement, elle rend visite à ses grands-parents qui habitent à la campagne, elle ne comprend pas trop leurs incessantes prières mais celles-ci semblent si importantes pour eux qu’elle respecte leur croyance, elle qui ne croit pas. Et puis elle a des amis, Caro, Consuelo et Mimoun, son amoureux. De disputes en réconciliations, de colères en tristesse, de crises de larmes en éclats de rires, ils grandissent ensemble pour le meilleur et pour le pire.

Pauline est rigolote et espiègle, tendre et douce. Elle aime écrire de la poésie, veut même en faire son métier. Sa confidente s’avère être une vache, en garde chez ses grands-parents qu’elle a appelé comme elle, Pauline. Mais parfois elle en assez, elle s’énerve, elle a des difficultés à comprendre le fonctionnement des adultes, ne saisit pas toujours les idées de son petit ami marocain, elle enrage de savoir que son grand-père va bientôt mourir…

L’auteur parle sans équivoque du racisme, de la mort, des familles éclatées, de l’éducation, de la transmission, de la religion, de la puberté, de l’amitié, de l’amour, de la tendresse, de la violence, des addictions, avec simplicité, intelligence et distille habilement de l’humour, de la dérision et de l’onirisme. Car la vie est ainsi, elle a ses hauts et ses bas, ses instants de bonheur et de tristesse. Guus Kuijer ne triche pas, il est d’une sincérité absolue, ce qui rend Pauline et son entourage si attachants.

Durant deux années, nous suivons les préoccupations de cette jeune adolescente. Je n’oublierai jamais Pauline. Elle est bien plus qu’un être de papier. Elle est l’incarnation de toute une génération de filles de son âge. Et monsieur Guus Kuijer est un grand auteur. À mettre dans toutes les mains à partir de 9 ans. Un coup de coeur, évidemment.

« Parfois un mot tombe, léger comme un flocon, parfois il tombe, lourd comme une pierre, mais chaque fois les gens disent : silence, un mot va tomber. »

« Je voulais aller jusqu’au bout du monde, murmure-t-il, mais il faut d’abord que je découvre où il commence. »

« Quand quelqu’un meurt, est-ce que l’amour s’arrête? »

« Il a plongé la main dans le sac en plastique, en a sorti un drôle d’objet. Je n’ai pas vu tout de suite ce que c’était, mais il a assemblé l’objet en question et l’a posé par terre. C’était un adorable petit siège muni d’un dossier.

— Essai-le a-t-il dit.

J’ai obéit.

— Tu es bien installée ? A-t-il demandé.

— Parfaitement, j’ai répondu.

Grand-père m’a observé d’un air satisfait.

— Pourrais-tu écrire ainsi ? A-t-il demandé.

— Bien sûr, j’ai répondu.

— C’est un siège de poète, a dit Grand-père. Quand je serai mort, tu pourras t’asseoir ici et écrire des poèmes.

J’ai soudain compris. Une douleur m’a traversé le ventre. C’était dans ce cimetière que Grand-père serait enterré après sa mort. J’ai senti la main de Grand-père sur mon épaule. Je regardais devant moi, mais je ne voyais rien. »

« Une pauvre âme à l’esprit étroit ? Qu’est-ce que c’est ? Quelqu’un à l’esprit étroit qui croit parce qu’il est pauvre. Quelqu’un de pauvre qui croit parce qu’il a l’esprit étroit. Ou quelqu’un qui croit parce qu’il a l’esprit étroit et qu’il est pauvre. Je ne sais pas. Je crois que les gens font ce qu’ils font parce qu’ils sont ce qu’ils sont. »

GuusKuijerEn 2012, Guus Kuijer a reçu le Prix Astrid Lindgren.

coeur

Pauline ou la vraie vie, de Guus Kujer, compilation de 4 volumes publiés dans la collection Medium entre 2003 et 2010 augmenté d’un volume inédit, L’école des loisirs, Septembre 2013 —

Publicités

Une réflexion sur “Pauline ou la vraie vie – Guus Kuijer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s