L’iliade – Homère adapté par Michel Woronoff

L'illiade

Au commencement de l’Iliade, Achéens et Troyens sont en guerre depuis près de dix ans. Les ancêtres des grecs sont aux portes de la cité, leurs bateaux qui gisent sur le sable, leur servent de campement. Les affrontements ont lieu dans la plaine et devant les ramparts de Troie. L’origine de cette longue guerre viendrait de l’enlèvement d’Hélène, femme de Ménélas, par le troyen Paris. Agamemnon, frère de Ménélas décide alors de constituer une armée pour reconquérir Hélène et dérober les richesses de Troie.

Si l’Iliade décrit des journées de combats entre les deux camps et l’intervention régulière des Dieux, Homère s’attache surtout à développer la colère d’Achille – chef des myrmidons, se bat au côté des grecs – et sa vengeance. Il se querelle d’abord avec Agamemnon qui tient prisonnière Chryséis, une de ses protégées. Humilié, Achille se retire de la guerre, et envoi son ami Patrocle au combat, mais ce dernier se fait tuer par le chef des troyens Hector. Plein de chagrin et fou de rage, Achille reprend les armes pour se venger.

Le dernier chant se termine par les funérailles d’Hector. Le célèbre cheval de Troie qui augure la prise de la cité et le périple d’Ulysse pour entrer à Itaque seront racontés dans L’Odyssée.

Cette adaptation de L’iliade facilite la compréhension de cette épopée pour les jeunes lecteurs (et pour les adultes aussi… ), grâce à l’allègement des phrases, à un vocabulaire simplifié, à un style moins emphatique. Michel Woronoff a su tout de même conserver le souffle lyrique du texte, et on retrouve aisément les thèmes forts cher à Homère comme l’amitié, l’honneur, la vengeance, les querelles divines, la grandeur et la bassesse humaine, la violence des combats, l’étoffe des héros, la mort, l’ingéniosité…

« Zeus excite la fureur d’Hector. Le héros se déchaîne comme un incendie de forêt dans la montagne. Il a l’écume aux lèvres, ses yeux lancent des éclairs, son casque à cimier frémit sur sa tête. Du haut de l’Ether, Zeus est son Protecteur. Il lui accorde honneur et gloire car sa vie sera brève, déjà Pallas Athena fait monter vers lui le jour où il mourra, sous les coups d’Achille. »

« Tandis qu’il (Hector) reste là à réfléchir, Achille est tout près, brandissant sa lance de frêne au-dessus de son épaule droite. Le bronze qui le couvre resplendit comme la flamme du feu ou le soleil levant. La terreur saisit Hector, il n’ose plus l’attendre encore, il laisse la porte derrière lui et prend la fuite. Achille s’élance à sa poursuite comme un faucon de montagne s’abat sur un ramier tremblant. Hector court à foulées agiles. »

L’illiade d’Homère, adaptation de Michel Woronoff, dès dix ans, Casterman Poche, Mai 2013 —

Publicités

4 réflexions sur “L’iliade – Homère adapté par Michel Woronoff

  1. Il y a eu une nouvelle traduction encore cette année de l’Iliade. Décidément, on en a pas encore fini avec Homère ! J’ai vu qu’Arte diffuse une série sur l’Odyssée mais l’extrait ne m’a pas donné envie d’aller plus loin. Je préfère rester sur l’imaginaire lié aux textes !

    1. Je regarde la série sur l’Odyssée, il y a des invraisemblances (comme la présence d’Homère au côté d’Ulysse…) mais dans l’ensemble, c’est plutôt bien. J’avais tenté il y a quelques année de lire L’iliade, mais cela m’avait ennuyé à l’époque… grâce à cette adaptation pour enfants, je connais enfin l’histoire.

  2. Ces histoires, ces mythes, mon grand-père me les racontait quand j’étais petite. J’ai eu beaucoup de chance car ainsi elles ont été une première culture sur laquelle se sont greffées toutes les autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s