Dans le jardin de la bête

danslejardindelabete

Dans le jardin de la bête était mon ultime livre à lire en tant que jurée du Grand Prix des lectrices de Elle. Et par honnêteté, j’avoue ne pas l’avoir lu entièrement. Il y a des moments plus ou moins propices à certaines lectures, des thèmes qui n’attirent pas. Je n’ai pas eu envie de me faire violence pour terminer cet ouvrage. Je crois avoir déjà vu trop d’images et lu trop de mots sur cette période de l’Histoire.

Ce qui ne remet évidemment pas en cause le travail de l’auteur Erik Larson. La construction du récit est irréprochable. Avec le souci du détail historique, il évoque la montée du nazisme en Allemagne à partir de 1933. Et pour être au coeur de l’avènement du Fuhrer, l’auteur a eu l’ingénieuse idée de raconter cela à travers le regard de William E. Dodd, nommé par Roosevelt, ambassadeur de l’Allemagne nazie.

Grâce à l’entrelacement de notes et de correspondances écrites par l’ambassadeur et sa fille Martha, ainsi qu’un travail de recherche documentaire considérable, il retrace parfaitement les moments clés, la vie Berlinoise, les manipulations politiques, avec des descriptions très précises des faits et des hommes ayant oeuvré pour l’installation du nazisme.

logoElle

Dans le jardin de la bête, récit historique d’Erik Larson, Cherche Midi, Août 2012 —

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s