Les quatre géants

Les4géants

Au loin, trois géants avancent à grands pas : celui qui ouvre la marche est vêtu d’un immense manteau blanc, sa peau est d’un bleu glacial et sa barbe est bien longue, le second porte un manteau jaune, un pantalon brun et des bottes bien chaudes, le dernier quant à lui est recouvert d’un manteau vert et rouge et se déplace pieds nus. Un oiseau vole devant eux tel un guide ouvrant la voie.

Alors que s’écoulent les jours, ils arpentent fièrement le monde, lui donnant sa cadence. Car ces colosses assurent le renouvellement des saisons en recouvrant de leurs grands manteaux couleur du temps, la terre, et commandent au soleil, au vent, à la neige, à la végétation…

Mais voilà que le géant du printemps se fait désirer. L’inquiétude se lit sur le visage des trois compagnons. Car ce serait une grande déconvenue si le printemps prenait du retard. Le cycle des saisons en serait complètement bouleversé. Un tel dérèglement ne peut être permis.

Le printemps est joueur. L’entrée en scène du chenapan est toujours surprenante. Il sait à quel point les gens sont impatients de voir arriver la belle saison. Alors, il prend son temps pour apparaître, dissimulé sous l’épaisse couverture blanche…

Ah le voici enfin, le grand réveil de la nature ! Le joyeux Tic Tac, Tic Tac du temps reprend son rythme habituel. Les quatre géants peuvent poursuivre la marche des saisons.

Un gros coup de coeur pour cet album où se mêlent la poésie du texte, les magnifiques illustrations de paysages et de gros plans qui tapissent entièrement les pages d’un festival de couleurs et de nuances, et le thème universel des quatre saisons. Quelle belle idée d’avoir personnifié ainsi le printemps, l’été, l’automne et l’hiver.

« Un pas, puis un pas, encore un autre pas. Là-bas, à l’horizon, on aperçoit quatre géants. Trois grands qui avancent à pas lents et puis un autre plus petit qui court devant en riant.

Il n’en finit pas d’être un enfant, c’est ainsi. Il est tout ce qui pousse, tout ce qui grandit. Celui qui fait taire le silence.

Quand on le croit perdu, c’est qu’il est caché. Oh ! Jamais très loin, quelque part sous le grand manteau de l’hiver.

C’est le printemps. »

Geants1 Geants2 Geants3 Geants4 Geants5

logoalbums2

challengeQuatreSaisonsGrand

coeur-copie-1

Les quatre Géants, album écrit par Zemanel et illustré par Aline Bureau, Père castor-Flammarion, Mars 2013 —

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s