La réparation – Colombe Schneck

Lareparation-copie-1

Colombe Schneck est née à Paris en 1966 dans une famille plutôt aisée. Bien qu’elle connaisse ses origines juives lithuaniennes, elle ne ressent ni l’envie ni le besoin d’en apprendre les détails, de mettre des noms sur des visages entrevus sur des photos, de compléter une généalogie obscure. Des années plus tard, il suffira d’un prénom pour qu’enfin elle se penche sur la question.

En 2003 naît Salomé, sa fille. Bien après sa venue au monde, elle se souvient que sa mère, Hélène, lui avait soufflé ce prénom, évoquant à demi-mot que ce dernier avait été porté par sa petite cousine âgée de six ans à peine, gazée à Auchwitz.

Un prénom qui ressurgit du passé, l’angoisse de le faire peser sur sa propre descendance, le désir de remonter le temps pour découvrir la vérité, le sort délivré à Salomé Bernstein morte en 1943 et les histoires de sa mère Raya, de sa tante Macha… Alors que la mère et la grand-mère de l’auteure se sont éteintes, savoir devient pour elle une nécessité, un devoir de mémoire.

Débute alors une véritable investigation journalistique. L’auteure part à la rencontre de ses cousins aux Etats-Unis, en Israël, en Lithuanie. Elle étudie les archives photographiques, lit la correspondance, recueille leurs témoignages et reconstitue ainsi les pièces manquantes, les zones d’ombres. L’histoire des siens se tissent progressivement ; le ghetto de Kvono, l’effroyable sélection – les camps ou la mort –, le destin des mères et des enfants, le sacrifice, l’indicible choix, une vérité bouleversante.

Un ouvrage sur la mémoire, la vie, le bienfait de la transmission, la culpabilité. Mais, comme le précise l’auteure elle-même au commencement, il est difficile de parler de la Shoah, surtout lorsqu’on vit confortablement aimant les plaisirs futiles. Elle s’est en effet attelée à une délicate entreprise en posant des mots sur son histoire familiale. Si on ne peut pas mettre en doute la sincérité de sa démarche, on sent des hésitations, de la pudeur, de la retenue. Une sensation d’inabouti fragilise le texte au thème pourtant fort en émotion. La forme se trouve alors quelque peu chahutée : une accumulation de répétitions, un manque d’organisation dans les propos et une écriture trop journalistique desservent la lecture.

« Le prénom de Salomé, la fille de Raya, je ne l’avais jamais entendu. Quand le 1er février 2003, ma fille Salomé est née, Ginda avait quatre-vingt-dix-huit ans, elle était dans la détresse d’avoir perdu sa fille Hélène. Elle est venue embrasser son arrière-petite fille. Salomé criait. Ginda ne semblait pas entendre. Elle la trouvait ravissante malgré ses pleurs. Je n’ai pas interrogé Ginda sur Salomé, la première Salomé, sur ses soeurs Raya et Macha. Ginda aurait peut-être été enfin prête, c’était le moment où jamais, le moment de ce qui aurait pu ressembler à une réparation. Une nouvelle Salomé venait de naître, elle hurlait, elle était ravissante, elle était vivante. »

« Pourtant, dix ans après, le jour où enfin, j’apprendrai, j’écouterai, je ne jugerai pas, j’approuverai, je serai heureuse de savoir, je serai rassurée, je n’aurai plus peur, j’aurai le droit de me plaindre, d’être de mauvaise foi, d’écouter la peine de ma mère, de ma grand-mère, de leur rétorquer, Raya et Macha ont choisi la vie, elles ont bien fait, soyez comme elles, oubliez la honte et la culpabilité. »

logoElle

La réparation, roman autobiographique de Colombe Schneck, Grasset, Août 2012 —

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s