La bande à Grimme – Aurélien Loncke

BandeGrimme

Dans un parc recouvert de neige, par un froid glacial, sept enfants sont assis sur un banc ; Sucette, Fanette, les jumeaux Mako et Moka, Muffline, Sibotie et la petite Griotte. Bien serrés les uns contre les autres, ils se réchauffent comme ils peuvent en attendant leur chef, Grimme, parti en quête d’un petit quelque chose à manger.

Celui-ci revient bientôt les poches emplies d’un bric-à-brac sans nom. Seule une pièce de cinq sous attire tous les regards. Puis, Grimme leur montre sa dernière trouvaille : un soldat de plomb. Ils décident d’en faire leur mascotte et l’affublent du sobriquet Joli Sourire Banane. Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est que cet objet va les entraîner dans une aventure incroyable qui restera longtemps gravée dans leur esprit.

Un magicien farfelu, une descente mémorable dans un magasin de friandises, une course effrénée dans les quartiers mal famés, des glissades en luge, une enquête policière, un affrontement avec deux voleurs plus bêtes que méchants, autant de situations où tous unissent force, intelligence et débrouillardise pour arriver à leur fin (faim).

Il règne dans ce roman une atmosphère à la Dickens ; des enfants livrés à eux-mêmes qui luttent pour leur survie, l’hostilité de l’hiver, les lumières de la ville et leurs tentations, la magie de Noël, la galère, l’entraide, l’amitié, les rêves aussi…

Un texte sensible, poétique, drôle, et rythmé à souhait, qui donne une irrésistible envie de retrouver cette bande d’enfants dans de nouvelles aventures.

« De ses poches en lambeaux, il sortit : une clé, un morceau de ficelle, un mouchoir brodé pas trop sale (qu’il offrit à Sucette pour essuyer la morve au bout de son nez), un bonbon, un canif à manche de nacre, un bouton de gilet, une pince à cheveux (pour Fanette) et un chéquier. Cette maigre récolte les laissa tous de marbre. En revanche, la pièce de cinq sous qu’il fit danser au milieu des flocons illumina les sept visages noirs de poussière, pas lavés depuis des lustres et tellement maigres. Cette petite pièce de rien du tout, brillante comme un soleil d’été, promettait qu’une épaisse tranche de pain au sucre, par exemple, remplirait les ventres dès ce soir. Chaque coeur s’emplit alors d’une joie bienvenue, assez grande pour faire oublier les morsures de l’hiver. »

challengequatresaisons

La bande à Grimme, roman jeunesse (dès 9 ans) d’Aurélien Loncke, L’école des loisirs, Septembre 2012 —

Publicités

Une réflexion sur “La bande à Grimme – Aurélien Loncke

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s