Terre de rêves – Jiro Taniguchi

terredereves

De Jirô Taniguchi, je connaissais Quartier Lointain, un très joli manga. Dans Terre de rêves pas de longue histoire, l’auteur nous livre une succession de cinq nouvelles sur les choses de la vie, qui peuvent bousculer pour un temps la vie familiale ; l’attachement aux animaux, le deuil et le chagrin provoqué par leur perte, le couple, les enfants, l’angoisse de se retrouver seul, le temps qui passe, les rêves et les moyens qu’on se donne pour les réaliser.

– Avoir un chien –

La première nouvelle (qui s’avère être autobiographique) évoque la vieillesse d’un chien d’une quinzaine d’année, sa maladie, sa mort et le chagrin de ses maîtres. Une histoire pleine de délicatesse sur l’attachement de l’homme pour l’animal de compagnie.

 – Et maintenant… un chat –

Le couple de l’histoire précédente finit par adopter un chat. Ils n’oubliront jamais leur chien, mais la vie continue et la présence d’un animal semble leur apporter un équilibre indispensable (ils n’ont pas d’enfant).

– Vue de jardin –

La chatte ayant eu trois petits, le couple va être cette fois confronté à la séparation.

– Quelques jours à trois –

La nièce du couple passe une semaine de vacances dans leur maison. Cette dernière a fui son domicile, n’apréciant pas son beau-père. Bouleversement dans l’existence du couple qui accueille une troisième personne.

– La terre de la promesse –

Cette nouvelle est un peu à part puisque les personnages ne sont pas les mêmes que précédemment. C’est l’histoire d’un homme passionné par l’alpinisme mais qui, pour fonder une famille, décide d’arrêter son activité. Les années passant, il finira tout de même par réaliser son rêve de gravir l’Himalaya. ( Taniguchi s’est inspiré ici du récit des aventures personnelles de l’alpiniste Kawamura Keisuke).

«Une seule erreur et nous basculons dans le monde de la mort. Et pourtant… fouler la neige… gravir une paroi de glace… d’où vient ce plaisir ? A monter toujours plus haut, toujours plus haut jusqu’au faîte… on voit la vanité et la faiblesse de l’homme. Tout naturellement, la volonté de se mesurer à la montagne disparaît. Ce sentiment de plénitude et de bonheur, je le dois à ma femme et à mes amis, et ma gratitude renforce mon courage. Il n’y a pas de doute… ces pics de l’Himalaya sont la demeure des Dieux. »

terredereves1

terredereves2

terredereves4

Terre de rêves, Manga de Jiro Taniguchi, Casterman, 2005 —

Publicités

Une réflexion sur “Terre de rêves – Jiro Taniguchi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s