Le chant du monde – Jean Giono

lechantdumonde

Giono nous livre ici un véritable poème en plongeant littéralement le lecteur dans le monde végétal ; un univers vivant et pénétrant fait de couleurs et d’odeurs, de bruits et de matières. La nature se révèle toute puissante face aux humains qui doivent l’apprivoiser pour mieux s’en approcher. Le fleuve, sûrement La Durance, que Giono personnifie est la colonne vertébrale de ce territoire âpre qu’Antonio le pêcheur sillonne depuis des années : « Le fleuve roulait à coups d’épaules à travers la forêt… ». Il parle aussi des montagnes, difficilement accessibles et dominatrices. Puis il y a les saisons et les rôles jouées par chacune ; elles imposent un rythme, une cadence. Les éléments aussi, essentiels à ce roman : l’eau, l’air, le feu et la terre évidemment.

L’histoire est celle de ce pêcheur, Antonio, ami de Matelot, le bûcheron, qui accompagnera ce dernier dont le fils , le besson, a disparu alors qu’il naviguait sur le fleuve avec une cargaison de bois. Les deux hommes partent ainsi à la recherche du besson en plein hiver, combattant le froid, l’imprévisible fleuve, la forêt dense et ses occupants. Le voyage va être long et périlleux. La bande à Maudru, le chef des bouviers – personnage dur et torturé -, rôde. Gina Maudru, sa fille, aurait une part non négligeable dans la disparition du besson. Plusieurs histoires s’imbriquent les unes dans les autres au fur et à mesure que le temps passe, dans l’attente du printemps.

Sur leur chemin, Antonio et Matelot vont rencontrer Clara, jeune femme aveugle. Seule et le ventre rond, elle est sur le point d’accoucher. Les deux hommes prendront soin d’elle jusqu’à la délivrance et reprendront leur quête. Cette femme ne quittera désormais plus les pensées d’Antonio qui voit en elle la part qui lui manquait depuis toujours. La rencontre avec Clara est un véritable choc émotionnel. Même absente, elle réussit à emplir sa tête et son corps d’un bonheur nouveau, éclairant son existence.

Des phrases d’une beauté inouïe dans lesquelles les images poétiques ne cessent de défiler sous nos yeux avec force et grandeur. L’évocation de l’hiver avec sa rudesse, le labeur des hommes qui luttent contre le froid et leur impuissance souvent, la nature endormie – le grand sommeil – et pourtant si présente, le silence, est incroyable de justesse. Quand le printemps arrive, les hommes semblent s’éveiller également ayant alors des envies de vengeances, de révoltes, à l’image de la nature avec la fonte des glaces, le réveil des bêtes, la repousse des arbres et des plantes. Les sentiments sont exaltés et les hommes se déchaînent.

Après l’orage, les hommes épuisés s’assagissent, la lumière revient, la douceur aussi. Ils peuvent enfin laisser aller leurs émotions au fil du fleuve puisque c’est là que tout commence et tout fini. Un roman magnifique.

«  Ils avaient dépassé le quartier du silence et d’ici on entendait la nuit vivante de la forêt. Ça venait et ça touchait l’oreille comme un doigt froid. C’était un long souffle sourd, un bruit de gorge, un bruit profond, un long chant monotone dans une bouche ouverte. »

« – Je ne sais pas, dit l’aveugle. Qu’est-ce que c’est que votre jour dont vous parlez tant, votre nuit, vos villes, vos lumières, vos fenêtres allumées ?

-La nuit c’est ce que tu vois, toi, dit Antonio.

-Et le jour ?

-Le jour, dit Antonio, c’est le jour, comment te dire ?

-Moi, dit l’aveugle, voilà ce que je crois : le jour c’est l’odeur »

« Peu à peu maintenant tout prenait corps et musique. La nuit était descendue. Des enfants couraient dans la ville en secouant des torches de lavande sèche. Une phosphorescence blême huilait les bonds du fleuve et ses détours gras éclairaient au loin la plaine comme des lunes. Tout le ciel tiède battait contre la fenêtre. On entendait vivre la terre des collines débarrassées de gel, et loin, là-haut dans la montagne, les avalanches tonnaient en écartant le brouillard, éclaboussant la nuit de gros éclairs ronds comme des roues. »

challengeQuatreSaisonsGrand

Le chant du monde, roman de Jean Giono, Folio 1994, première parution en 1934 —

Publicités

Une réflexion sur “Le chant du monde – Jean Giono

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s