Le temps des secrets – Marcel Pagnol

Letempsdessecrets

Quand le mercure avoisine les cinq degrés et que la nuit tombe à dix-sept heures, rien n’est plus doux que de se transporter dans le sud de Pagnol, au plein cœur de l’été. Après La gloire de mon père et Le château de ma mère, Marcel poursuit le récit de ses souvenirs d’enfance avec ce troisième tome, Le temps des secrets.
Le garçon a bien grandi et le monde des adultes – et leurs secrets – l’ intrigue fortement, et tout particulièrement les relations entre les hommes et les femmes. Car un domaine demeure pour lui inconnu et mystérieux ; l’univers féminin.
Les grandes vacances avant la rentrée en sixième vont être tumultueuses pour Marcel. Travailler aux champs avec son ami Lili ne le réjouit pas beaucoup, Paul et sa sœur sont encore trop petits pour partager ses jeux alors quand par hasard, il découvre sur son chemin une très jolie demoiselle de son âge, c’est le commencement d’une joyeuse aventure.
Isabelle, fillette charmante mais sournoise entraînera Marcel dans des distractions plutôt grotesques. Subjugué par la beauté et les manières d’Isabelle, surpris par l’ extravagance de sa mère, presque fébrile devant son père qui récite des vers, enchanté par leur maison, le garçon connait ses premières émotions amoureuses, ses premières désillusions et son premier chagrin aussi.
Septembre arrive vite et Marcel fait sa rentrée au Lycée. Là, une autre vie commence pour lui : entre camaraderie et tricheries, apprentissages et rigolades, le petit Marcel devient grand et ce n’est pas toujours très simple.
Le temps des secrets évoque la période charnière entre l’enfance et l’adolescence, moment d’observations, de découvertes et de réflexions. La lumière de la Provence transparait toujours entre les lignes de Pagnol, et ses mots emplient de soleil, d’oliviers, de garrigues, et de moults senteurs sont toujours aussi agréables à lire. On retrouve aussi des moments cocasses et charmants – je pense à la tonte des cheveux de toute la famille au début du roman –, Pagnol ayant ce talent de transformer les faits du quotidien en instants enchantés.

« C’est ainsi que cette année-là, j’ appris à fouler le blé noir sous l’antique rouleau de pierre creusé de rainures et traîné par le précieux mulet ; puis, du bout de la fourche en bois d’alisier, je lançai dans le vent la paille fatiguée : le grain nu grêlait à mes pieds, la paille retombait plus loin, et la balle légère s’envolait en longues traînées blanches à travers les branches des oliviers. »

« Pour moi, ces mots « garçon manqué » signifiaient que les filles n’étaient qu’un faux pas de la nature, le résultat d’une erreur au cours de la création d’un garçon.
Voilà pourquoi elles rougissaient sans motif, riaient d’un rien, pleuraient pour moins encore, et vous grillaient pour un compliment ; voilà pourquoi ne sachant ni siffler ni cracher, elles tombaient des arbres, inventaient d’inutiles mensonges et se livraient en cachette à des manigances devant les miroirs. »

« J’avais vu des hamacs dans les illustrations de Jules Verne (…). J’avais compris que l’inventeur de ces lits mollement balancés par la houle, avait eu pour but de bercer les petits matelots pour faire entrer leur mère dans leurs rêves. »

challengeQuatreSaisonsGrand

Le temps des secrets, roman de Marcel Pagnol, première parution en 1960 —

Advertisements

2 réflexions sur “Le temps des secrets – Marcel Pagnol

    1. Oui, j’ai l’impression qu’il est moins lu qu’avant… une littérature connotée un peu « vieillotte », peut-être? En tout cas, moi je prends toujours autant de plaisir à le lire, cet auteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s