Quartier Lointain – Jiro Taniguchi

quartierlointain

Un matin, après une soirée un peu arrosée, Hiroshi, un homme approchant la cinquantaine se trompe de train et se retrouve dans la ville de son enfance. Marié, père de deux charmants enfants, un travail, des conditions de vie plutôt confortables, il a tout pour être heureux. Pourtant, une lassitude semble s’être installée dans son existence. Cette erreur de destination – qui va s’avérer providentielle – , va conduire naturellement ses pas sur la tombe de sa mère, disparue à quarante-huit ans, l’âge qu’a justement Hiroshi…

Alors qu’il se recueille, une sorte de malaise l’assaille…Quand il se remet de sa torpeur, les traits de son visage se sont adoucis et son corps s’est allégé : Hiroshi a de nouveau quatorze ans ! Il va revivre une année de son adolescence auprès de sa famille et de ses amis, redécouvrir les endroits familiers et aimés, éprouver une seconde fois les émois d’un garçon de cet âge.

Mais tout ce qu’il vit, il l’a déjà vécu et a « le pouvoir » d’anticiper les événements. Très vite se pose pour lui une interrogation de taille : modifier le passé peut-il avoir des conséquences sur l’avenir ?

Ce manga est magnifique, teinté de la nostalgie de l’enfance, de ses espoirs, de ses joies, de ses peines ( les repas en famille, le collège et ses uniformes, les professeurs sévères, les vacances au bord de la mer, les amours naissants…). On a ici la confirmation de l’importance de cette période dans une vie, les bases fondamentales qu’elle apporte, les failles aussi.

Ce retour vers le passé va être bénéfique à Hiroshi quant à son regard sur la famille qu’il a lui-même construite. Une folle envie de se rapprocher des ses filles va l’envahir. Refaire leurs connaissances, en profondeur, pour mieux les accompagner, et les aider à devenir des femmes sereines.

D’un point de vue graphique, l’adaptation qui en a été faite facilite grandement la lecture, les dessins sont plaisants quoique un peu épurés à mon goût et la couleur me manque toujours autant lorsque je lis un manga.

« Le ciel est si haut. Et pourtant on a l’impression qu’il suffirait de tendre la main pour toucher les nuages… Le ciel est si mystérieux… C’est comme s’il était immuable, au-delà des hommes, au-delà du temps… Et si c’était ça, l’éternité, un simple ciel… Personne ne devient vraiment adulte… L’enfant que nous avons été est toujours là, bien vivant, tout au fond de nous… Il est comme ce ciel… Avec le temps nous croyons grandir… Mais la maturité n’est qu’un leurre, une entrave à notre âme libre d’enfant. En revivant mes quatorze ans, j’avais l’impression de découvrir ce qui m’avait échappé jusqu’alors. »

quartierlointain2

quartierlointain3

quartierlointain4

quartierlointain5

Quartier Lointain, Jiro Taniguchi, Casterman —

Publicités

Une réflexion sur “Quartier Lointain – Jiro Taniguchi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s