Ukumbusho, la mémoire de la forêt – Jackie Macri

ukumbusho
Un soir, à la veillée, quelque part non loin du Congo et du Rwanda, au pied du mont Mwéno et tout près du fleuve Rouchourou, un petit groupe d’hommes, de femmes et d’enfants s’apprêtent à écouter religieusement le plus vieux et le plus sage du campement. Le vieil homme raconte des histoires ancestrales, transmettant ainsi la Mémoire, essentielle pour les nouvelles générations. En swahili, on appelle cela l’Ukumbusho : « (…)la mémoire, ce feu allumé aux temps passés pour éclairer le futur. »
L’ancien fait alors le récit de Dogono, un adolescent en passe de devenir adulte, et de la vieille Mandji, qui a perdu la vue, accompagnée du petit Yon, des gorilles qu’on nomme en swahili des poongos. Dogono perd sa famille et erre dans la forêt quant il rencontre sur son chemin Mandji portant le petit Yon sur son dos. Mandji est partie à la recherche de son clan, qui a fui sous l’annonce d’un cataclysme pour se réfugier en haut du mont Mwéno, en oubliant le petit yon. La peur mutuelle passée, Dogono trouve un abris aux deux poongos et la femelle gorille le berce et le rassure comme elle fait pour Yon. L’homme et l’animal s’apprivoisent l’un l’autre, un joli lien se crée entre les deux. Leurs différences s’estompent très vite au profit de réels ressemblances. Les gestes vont vite remplacer la parole, puis les yeux diront tout. Puis, Dogono va être recueilli par le Père Francesco, dans sa mission. Il volera des oeufs pour subvenir aux besoins des gorilles, les aidera malgré les nombreuses difficultés et finira par retrouver le chemin qui le mènera à son village. D’ici là, il aura grandi, et aura vécu une vraie aventure initiatique. Dogono est devenu adulte, responsable de sa vie future, et a appris la bonté, la compassion, le partage, l’entraide et la tolérance.
Un livre qui se lit comme un conte, une jolie écriture, et des personnages loin de nous et pourtant si proches.

« Il dit qu’il faut entretenir l’Ukumbusho, comme on entretient un feu. Pour la chaleur, pour la lumière. Parce que le passé sert à éclairer le futur. »

« – Tu seras un homme, bientôt.
– Qu’est-ce que c’est, un homme ?
Un homme, c’est quelqu’un qui porte haut tous ceux qui lui ressemblent, ceux qui ont le même sourire.
– Les blancs, ils ne nous ressemblent pas.
Grand-père a alors conseillé de ne jamais se fier à la couleur ou à la forme, qui ne sont que des leurres, et il a répété que c’est au sourire et seulement au sourire que l’on reconnaît les hommes. Le sourire est une façon de demander à être rassuré, et ceux qui ont les mêmes demandes ne peuvent être que semblables et rassemblés. »

« Il s’assoit et elle vient s’assoir près de lui. Perdus dans le désordre du monde, ils sont tous deux sur un rocher qui émerge d’une terre sans racines. Ils considèrent le paysage alentour, elle, à l’affût de quelque odeur familière en dérive, lui, en quête d’espérances. De temps en temps, elle balance sa grosse main sur l’épaule de Dogono qui fait de même sans parvenir à la déstabiliser. Ils s’inventent compagnons dans un jeu d’équilibre. Quelques minutes où l’animal n’en est plus vraiment un. Quelques minutes où l’humain voudrait rester enfant. »

«  L’aube va pouvoir enfin rallier les arbres et les animaux, la terre et les hommes. Les blancs, les enchaîneurs et tous les hommes finiront par comprendre. Dans trois jours ! Pour patienter, il fredonne la chanson du soir. L’aube franchira la montagne, les hommes passeront leur montagne pour retrouver leur forêt. Trois jours, il devra attendre trois jours…Peut-être devenir un homme, c’est savoir attendre… »

Ukumbusho, la mémoire de la forêt, roman de Jackie Macri, Editions Calleva —

2 commentaires sur “Ukumbusho, la mémoire de la forêt – Jackie Macri

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s