Le cas mystérieux de R. et autres nouvelles – Frank Conroy

casdeR
Je connaissais déjà un peu l’auteur, ayant lu l’année passée un petit chef-d’oeuvre ; Corps et âme. (En quelques mots, Frank Conroy nous raconte l’ascension d’un enfant prodige, magnifique pianiste dans le New York des années 1940, époque de grandes mutations. La musique nous enrobe tout au long du roman, les personnages attachants à souhait restent gravés dans notre mémoire une fois le livre terminé.)
Ce recueil de trois nouvelles m’a légèrement déçu même si on retrouve l’écriture alerte et le plaisir que l’auteur prend à raconter des histoires et à croquer ses personnages.

Le cas mystérieux de R.

Un psychanalyste écrit à ses confrères pour leur confier le cas étonnant d’un patient – jeune écrivain à succès happé par l’alcool et la drogue – qui l’a marqué et dont il s’était naturellement attaché.

« Vous ne devez jamais oublier, a-t-il dit, et, après cette séance, vous ne l’oublierez jamais, que l’artiste qui travaille sans inspiration crée un enfant mort, un enfant qu’il aime néanmoins autant qu’il aimerait un enfant vivant, et ce sentiment que tout le bénéfice de votre travail et de votre amour va à quelque chose qui n’est pas vivant, rien ne pouvant être vivant sans la Muse, est en tout point le même sentiment que vous éprouvez si un patient auquel vous vous êtes consacré assidûment des années durant, et que vous en êtes venu à aimer, levait tout d’un coup la main, faisait claquer ses doigts, et disparaissait. Je suis resté immobile un moment. J’ai fini par me lever et par examiner le divan, qui était vide, ne présentant qu’un billet craquant de cent dollars à l’endroit où la tête de R. était posée. »

Racontars

L’auteur nous raconte quelques années de la vie de George, jeune homme qui aspire à acquérir une certaine maturité pour devenir plus sage…on le voit évoluer au milieu de ses amis, de ses petites amies, enseigner à l’université…il finit par se rendre compte que les choses ne sont pas toujours telles que l’on croit, que les faux-semblants transforment souvent la réalité.

« Par quelque mystérieuse chimie, son visage reflétait donc concrètement la force de sa volonté, la méthode qu’il avait choisie pour affronter la souffrance – dont il avait eu son lot, comme tout être humain – étant la négation de celle-ci. Il ne niait pas l’existence de la souffrance, mais seulement l’empire qu’elle pourrait avoir sur lui. (Ce en quoi il se trompait, évidemment). Il avait vingt-huit ans, il était intelligent, et ne faisait pas cas des forces qui le manipulaient. Plus que la plupart des jeunes gens, il s’extasiait devant les apparences de la vie, non parce qu’il était superficiel, mais parce qu’il pensait que les apparences pourraient apporter la révélation de quelque voie d’accès inconnue (de lui) vers l’intérieur, vers le dedans de la vie, où il finirait par devenir un homme plutôt qu’un jeune homme. Il avait envie d’un visage plus mûr. »

Les sens de la rencontre

Voici la nouvelle qui m’a le plus touchée ; un père réalise que son fils a définitivement quitté le monde de l’enfance lors d’un match de basket-ball.
Ce père prend conscience de son nouveau rôle auprès de son fils, qui sera forcément différent, puisqu’il a désormais face à lui un adulte.

« Kirby se disait qu’il n’avait jamais vu son fils aussi plein de vie, aussi complètement immergé dans la vie, et les puissances de la vie, que lorsqu’il avait hurlé ces mots. Et, à cause de ce qu’il voyait, Kirby sentit qu’un changement se produisait en lui. Il sentit un profond bouleversement à l’intérieur de lui-même, et puis une délivrance, tandis que tout l’amour ancien qu’il avait éprouvé pour Alan s’écoulait, tout cet amour doux-amer, toute cette appréhension devant le bras roulé d’il y a des siècles, tout cet amour pétri d’inquiétude s’écoulait et s’évaporait dans l’incandescence du cri d’Alan. Instantanément, un amour plus sobre, plus fort, prit sa place. Kirby comprit que c’était avec cet amour-là qu’ils vivraient désormais. »

Le cas mystérieux de R. et autres nouvelles de Frank Conroy, Folio —

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s